Afrique du Sud : La Commission d'enquête sur la corruption somme l'ex-président Zuma d'assister à ses auditions

MAP - Publié le Mercredi 13 Janvier 2021 à 11:44



​Johannesburg - L'ex-président sud-africain, Jacob Zuma, a été sommé, mardi, par la Commission judiciaire d’enquête sur la corruption d'assister aux auditions prévues du 18 au 22 janvier courant.


Le Secrétaire général de la Commission d’enquête, Itumeleng Mosala, a souligné que M. Zuma est obligé de se présenter aux auditions qui se tiendront au cours de la semaine prochaine après les multiples assignations qui ont été émises contre lui.

«La commission tient à vous faire comprendre que le fait de ne pas comparaître devant elle, sans motif valable, les 18 et 22 janvier 2021, constituera une infraction pénale», a souligné M. Mosala dans une lettre adressée à l'ancien président.

La commission judiciaire a été mise en place pour enquêter sur le phénomène de la "capture de l'Etat" qui renvoie aux vastes détournements de fonds publiques par des hommes d'affaires, des politiciens et des fonctionnaires durant les deux mandat de l'ancien président (2009-2018).

En novembre dernier, la Commission avait envoyé une nouvelle convocation à M. Zuma pour l'auditionner après sa décision de quitter la commission sans autorisation durant sa première audition tenue en quelques jours plus-tôt.

Le président de la Commission, le juge Raymond Zondo, avait affirmé que la décision de M. Zuma de quitter les audiences de la commission sans autorisation face à une convocation valide et contraignante était une "affaire sérieuse qui porte préjudice au bon déroulement de l'enquête, à l'état de droit dans le pays et à la responsabilité publique de l'ancien président".

M. Zuma avait refusé, à de nombreuses reprises, de répondre aux allégations au sujet de son implication présumée dans les affaires de corruption qui ont entaché ses deux mandats.

Cité dans de nombreux scandales politico-financiers, M. Zuma a été poussé à la démission en 2018 et remplacé par Cyril Ramaphosa, qui a promis d’éradiquer la corruption dans le pays.


Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Tous les commentaires sont modérés. marocafrik.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture !

Le Fil | Tribune