Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Afrique du Sud: Le système de santé affecté par les violences et les pillages (professionnels)

Publié le Mercredi 14 Juillet 2021 | MAP



Johannesburg - Le système de Santé en Afrique du Sud a été affecté par les violences et les pillages qui ravagent les provinces de Gauteng et du KwaZulu-Natal depuis l'emprisonnement de l'ancien président sud-africain Jacob Zuma, ont déploré mercredi des professionnels de la Santé.


«Les actes de vandalisme en cours dans le pays ont entravé le déroulement normal des prestations de soins dans certains hôpitaux», a déclaré Frans Skosana, pneumologue dans un hôpital à Johannesburg, soulignant que certains membres du personnel ont été empêchés par les émeutes de se rendre au travail.

Il a également noté que le risque que représentent ces violences pour la sécurité des employés entrave les livraisons nécessaires pour l'hôpital, y compris celles de l'oxygène indispensable pour le traitement des patients de la Covid-19.

Pour sa part, la compagnie des services de soins Mediclinic Southern Africa (MCSA) a confirmé que l'accès à certaines de ses installations s'était avéré difficile, tandis que la livraison de certaines fournitures médicales, ainsi que le mouvement des patients entre les installations, avaient également été affectés.

«Les mesures d'urgence mises en place pour faire face à cette situation comprennent la mobilisation du personnel, la fermeture temporaire des centres de vaccination dans les zones à risque, conformément à la directive du ministère de la Santé à cet égard, et l'annulation des chirurgies électives dans les zones de troubles», a précisé MCSA.

Elle a signalé qu'elle s'efforce également «d'assurer la livraison de fournitures essentielles comme l'oxygène en cette période de pandémie de Covid-19», a déclaré Mediclinic Southern Africa dans un communiqué.

Les manifestations violentes qui se sont déclenchées au début dans la province du KwaZulu-Natal se sont étendues ensuite à d’autres provinces sud-africaines, notamment Gauteng, suite à l'emprisonnement de M. Zuma. La Cour constitutionnelle l'avait condamné, fin juin, à une peine de 15 mois de prison pour outrage à la justice.

Les tensions se sont exacerbées depuis vendredi dernier avec des centaines de manifestants bloquant les routes nationales et les autoroutes, pillant les magasins et incendiant des camions et voitures.

Lundi, la Force de défense sud-africaine (SANDF) a annoncé que l'armée sud-africaine sera déployée pour faire face aux manifestations violentes qui secouent les deux provinces.



Derniers tweets