Menu
              
MAP | Publié ici le Lundi 16 Mai 2022

Afrique du Sud: Le travail des enfants, un ennemi du progrès (Cyril Ramaphosa)




Aucun pays et aucune économie ne peut se considérer à la pointe du progrès si son succès et sa richesse ont été bâtis sur le dos des enfants, a indiqué le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa.


M. Ramaphosa a tenu ces propos lors de l'ouverture, dimanche à Durban (530 km de Pretoria), de la cinquième Conférence mondiale sur l'abolition du travail des enfants, initiée en partenariat avec l'Organisation internationale du travail (OIT).

«Le travail des enfants est un ennemi du développement des enfants et un ennemi du progrès. Nous sommes ici parce que nous reconnaissons le besoin urgent de mettre fin à une situation où des millions d'enfants à travers le monde perdent leurs années de formation sous le fardeau d'une responsabilité injuste», a déclaré le chef de l’Etat.

Citant l'OIT et l'UNICEF, il a souligné que des progrès substantiels ont été réalisés dans la lutte contre les pires formes d'exploitation des enfants par le travail. Malgré cela, l'OIT affirme que l'effet de l'aggravation de la pauvreté signifie que 8,9 millions d'enfants supplémentaires devraient être engagés dans le travail d'ici la fin de 2022.

«Cela menace nos efforts pour éliminer le travail des enfants d'ici 2025 dans le cadre des Objectifs de développement durable des Nations Unies. Cela signifie que nous devons intensifier nos efforts et relever les défis auxquels nous sommes toujours confrontés avec un objectif renouvelé», a-t-il soutenu.

Le président a déclaré que l'un des défis les plus importants est que les conditions matérielles désastreuses auxquelles sont confrontés des millions de familles à travers le monde les placent souvent dans une situation difficile. "Lorsque la vie est une question de survie et que les familles ont du mal à joindre les deux bouts, les jeunes enfants sont souvent obligés de quitter l'école pour gagner un salaire pour aider leur famille", a-t-il déclaré.

Notant qu’un autre défi est l'accès limité à une éducation de qualité abordable pour les enfants, il a expliqué que l'absence de protection sociale universelle, y compris les allocations de pension alimentaire pour enfants et les formes de soutien à la garde d'enfants pour les mères qui travaillent, contribue à des conditions qui augmentent la probabilité de travail des enfants.

"L'élimination du travail des enfants fait partie intégrante de notre parcours en tant que communauté internationale vers la réalisation de la justice sociale, des droits de l'homme et de la protection des plus vulnérables", a affirmé le chef de l’Etat.

La conférence, qui se tient pour la première fois sur le sol africain, examinera, cinq jours durant, plusieurs thématiques portant notamment sur «Pourquoi des millions d'enfants sont victimes de pratiques d'exploitation au travail ?», «Pourquoi cela persiste dans certains pays, mais moins dans d'autres ?» et «Quelles interventions décisives sont nécessaires pour mettre fin à ces pratiques ?».
 






Facebook
Twitter
Mobile
Rss