Algérie: 18 mois de prison ferme requis contre un journaliste pour "diffamation"

MAP - Publié le Mardi 16 Mars 2021 à 15:19




Le parquet algérien a requis lundi 18 mois de prison ferme à l'encontre d'un journaliste poursuivi, entre autres, pour "diffamation.

Dans ce procès intenté par le ministère de la Communication, le rédacteur en chef du site d'informations arabophone Essafir broadcast, Abdelhakim Setouane, est poursuivi pour "diffamation", "atteinte à la vie privée", "chantage journalistique" et "publication d'informations malveillantes".

Le tribunal de Sidi M'hamed a ainsi requis une peine de 18 mois de prison ferme contre le journaliste, en détention depuis le 20 octobre.

Cette peine a été jugée "disproportionnée" par les organisations de défense de la liberté de presse ayant réclamé sa "libération immédiate".

Le verdict est attendu le 29 mars, d'après les médias locaux.

Plusieurs journalistes ont été condamnés ces derniers mois par la justice algérienne, dont Khaled Drareni, correspondant de TV5 Monde en Algérie.

L'Algérie figure à la 146e place (sur 180) du classement mondial de la liberté de la presse 2020 établi par l'ONG, dégringolant de 27 places par rapport à 2015.


Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Tous les commentaires sont modérés. marocafrik.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture !

Le Fil | Tribune