Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Algérie: des dizaines de chômeurs arrêtés lors d'affrontements avec la police (ONG)

Publié le Vendredi 16 Juillet 2021 | AFP



​Alger - Des dizaines de chômeurs ont été arrêtés lors d'affrontements avec la police dans plusieurs villes du sud de l'Algérie, conséquence d'un mécontentement social à l'origine de manifestations qui s'étendent au Sahara, a indiqué jeudi une ONG algérienne.


"La situation est inquiétante avec des dizaines d'interpellations, des affrontements et des scènes de violences", a déclaré à l'AFP Said Salhi, vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH), dénonçant "le huis clos" des autorités autour de ces affrontements récurrents.

"Ce qui se passe est un cri d'alarme qui doit rapidement interpeller les autorités pour l'ouverture d'un dialogue politique global avec la population", estime la LADDH.

Les habitants de Ouargla, ville pétrolière de plus de 100.000 habitants située au nord du Sahara algérien, vivent au rythme des affrontements depuis près d'une semaine. Les heurts se sont étendus à d'autres villes du sud du pays, des jeunes mettent le feu à des pneus sur la chaussée et bloquent les transports publics, selon des médias locaux.

"La fumée noire n'a pas quitté le ciel" depuis plusieurs jours, rapporte la correspondante du quotidien francophone El Watan à Ouargla.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent des affrontements mercredi soir entre des chômeurs et des membres des forces anti-émeutes, notamment dans les préfectures de Ouargla et d'El Oued (nord-est du sahara algérien).

Ouargla est la capitale d'une wilaya (préfecture) riche en hydrocarbures, où se trouvent nombre de gisements, notamment celui de Hassi Messaoud, le plus grand d'Algérie. Mais Ouargla est aussi une ville où le taux de chômage des jeunes est élevé. Les chômeurs reprochent notamment à l'Agence nationale pour l'emploi (Anem) de ne pas recruter les diplômés du sud de l'Algérie.

Cette absence de recrutement des diplômés locaux a fait naître "un sentiment d'humiliation, de marginalisation et d'injustice" parmi la population, relève le sociologue Nacer Djabi.



Derniers tweets