Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain

Algérie: le frère de l'ex-président Bouteflika condamné à deux ans de prison


AFP - le Mercredi 13 Octobre 2021 à 11:33 |

           

​Dar El Beidah (Algérie) - Said Bouteflika, frère cadet du défunt ex-président Abdelaziz Bouteflika, a été condamné mardi soir à deux ans de prison ferme par un tribunal algérois pour "entrave au bon déroulement de à la justice", a indiqué l'agence officielle APS.


Le parquet avec requis sept ans ferme contre M. Bouteflika qui a comparu devant le tribunal criminel de Dar El Beida, à l'est d'Alger où il était poursuivi avec d'autres anciens responsables pour "incitation à falsification de documents officiels", "abus de fonction", "entrave à la justice", "incitation à la partialité de la justice" et "outrage à magistrat".

Le principal accusé dans ce procès est l'ancien ministre de la justice Tayeb Louh. Il a écopé de six ans de prison tandis que l'ancien patron des patrons, l'homme d'affaires Ali Haddad, a été condamné à deux ans ferme, a précisé l'agence.

L'ancien inspecteur général du ministère de la justice, Tayeb Belhachemi, a également été condamné à deux ans d'emprisonnement. Le tribunal a prononcé l'acquittement de six autres accusés.

Saïd Bouteflika, 63 ans, avait été arrêté en mai 2019 en compagnie de trois co-accusés et condamné en septembre de la même année à 15 ans d'emprisonnement lors d'un procès éclair devant un tribunal militaire pour "complot contre l'armée", qui demandait alors publiquement le départ du président Bouteflika pour sortir de la crise née du Hirak, le mouvement de contestation antirégime.

Le 2 janvier 2021, une cour d'appel militaire avait acquitté Said Bouteflika, mais étant sous le coup d'un mandat de dépôt pour "trafic d'influence", il avait été transféré d'une prison militaire à une prison civile.

Said Bouteflika fut l'influent conseiller de son frère Abdelaziz, décédé le 17 septembre. Cité dans d'autres affaires en cours d'instruction, comme le financement de la campage du 5e mandat avorté, il devrait rester en prison même en ayant déjà purgé la peine des deux ans qui lui a été infligée mardi.

Depuis la démission forcée d'Abdelaziz Bouteflika début avril 2019, sous la pression des manifestations du Hirak et de l'armée, la justice algérienne a placé en détention préventive ou condamné plusieurs responsables politiques ainsi que de puissants hommes d'affaires proches de lui, notamment pour des faits de corruption







Facebook
Twitter
Newsletter
Mobile
Rss