Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain

Bulletin de l'écologie de l'Afrique du 16/09/2021


MAP - le Jeudi 16 Septembre 2021 à 14:43 |

           

​Dakar - Voici le bulletin de l'écologie de l'Afrique pour la journée du jeudi 16 septembre 2021:


Cameroun.

Le Premier ministre camerounais Joseph Dion Ngute et le vice-président de la Banque mondiale pour l'Afrique de l'Ouest et centrale, Ousmane Diagana, ont eu récemment des discussions sur la manière d'exploiter les potentiels énergétiques pour stimuler le développement et l'économie du Cameroun qui ont été durement impactés par la pandémie de Covid-19.

La Banque mondiale cherche à jouer un rôle plus important dans les projets d'énergie durable dans le monde et le Cameroun dispose de ce qu'il faut pour de tels projets, a déclaré M. Diagana à l'issue de sa rencontre avec le Premier ministre camerounais à Yaoundé.

L'énergie peut transformer l'agriculture, augmenter l'accès à l'éducation et améliorer réellement le fonctionnement des systèmes de santé, a ajouté le responsable à la Banque mondiale.

Il a souligné que le Cameroun est un pays doté d'énormes potentiels dans le secteur de l'énergie et que la Banque mondiale s'engage à travailler avec le gouvernement pour que le Cameroun puisse accéder facilement à l'énergie pour une meilleure transformation de l'économie du pays.

Gabon.

Le directeur général de l’Agence gabonaise d’études et d’observations spatiales (Ageos), Tanguy Gahouma Bekale, et le directeur général des forêts (DGF), Ghislain Moussavou, ont signé le 15 septembre un mémorandum d’entente pour la mise en œuvre d’un service opérationnel pour le suivi et le contrôle de la gouvernance forestière.

Pour ces deux administrations, la bonne gouvernance dans le secteur forestier est une question de responsabilité commune des acteurs dans un élan de mutualisation de leurs efforts.

Cette synergie entre ces deux entités permettra de rendre plus efficace le dispositif de surveillance forestière et d’alerte autour de la problématique de la déforestation en temps réel. Elle se matérialisera par la conjugaison des moyens des deux entités.

L’Ageos à travers cet accord contribuera aux côtés de la direction générale des forêts à la réalisation d’un inventaire forestier national, et la production de la cartographie des ressources forestières ligneuses, cartographie annuelle et quinquennale du couvert forestier.

Cet accord permettra également un suivi continu des changements du couvert forestier au sein des concessions forestières, le développement d’un système d’alertes de la déforestation en quasi temps-réel et le développement d’outils de travail sur le terrain.

Afrique du Sud.

Le secteur de l’énergie est actuellement responsable de près de 80% des émissions de gaz à effet de serre en Afrique du Sud, révèle un rapport du ministère de l'Environnement.

Dans un effort pour atteindre des émissions nettes nulles d'ici 2050, le gouvernement a présenté un Plan des ressources intégrées qui promeut un mix énergétique diversifié comprenant le charbon, les énergies renouvelables et le nucléaire.

Cependant, le pays dépendra toujours principalement du charbon, selon le plan, qui stipule que les anciennes centrales à charbon seront progressivement mises hors service, avec 10.500 mégawatts qui devraient être déclassés d'ici 2030.

L'Afrique du Sud a été classée dans l’indice de transition énergétique (ETI) du Forum économique mondial (WEF) en queue de peloton devant le Venezuela, le Liban, la Mongolie, Haïti et le Zimbabwe voisin, classé 115e.

Les émissions de gaz à effet de serre de l’Afrique du Sud représentent 1,1% des émissions mondiales, alors que la part du pays dans le produit intérieur brut (PIB) mondial n’était que de 0,6%, selon une étude de l’Université du Cap.

Kenya.

Le gouvernement du comté de Lamu, au Kenya, a réuni plus de 500.000 de dollars US pour faire face aux effets néfastes de la sécheresse qui affecte la région.

Plus de 250.000 de dollars seront consacrés à l'achat et à la distribution de nourriture pour les résidents dans le besoin, selon le gouverneur adjoint du comté, Abdulhakim Aboud.

Près de 100.000 de dollars seront consacrés à l'acheminement d'eau par camion, 100.000 de dollars pour le soutien sanitaire et nutritionnel des personnes touchées, et plus de 45.000 de dollars seront utilisés pour un programme d'alimentation scolaire, a indiqué M. Aboud dans une déclaration à la presse.

Selon lui, au moins 100.000 personnes risquent de mourir de faim dans la région à cause de la sécheresse.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Septembre 2021 - 09:56 Maroc. Revue de presse quotidienne du 29/09/2021





Facebook
Twitter
Newsletter
Mobile
Rss