Bulletin de l'écologie de l'Afrique

MAP - Publié le Lundi 17 Mai 2021 à 12:07



Dakar - Voici le bulletin de l'écologie de l'Afrique pour la journée du lundi 17 mai :


Sénégal :

-- Le sénégalais Mouhamadou Maouloud Diakhaté, Enseignant Chercheur à l'Université Gaston Berger, a été nommé Président du Conseil d’administration du Sustainable Development Solutions Network (SDSN-Sahel), qui couvre 6 pays : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Tchad, avec résidence à Dakar.

Sustainable Development Solutions Network (SDSN), en français Initiative des Nations Unies pour un réseau de solutions de développement durable, est une initiative lancée en 2012. Elle vise à mobiliser l’expertise scientifique et technique à l’appui des Objectifs de Développement Durable (ODD).

-- Le ministère de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall dispose de quatre nouvelles barques motorisées pour assurer la préservation de la biodiversité des aires marines protégées (AMP).

Ces équipements ont été acquis grâce à un financement de plus de 100 mille euros de l’Agence française de développement (AFD), rapporte le site « FinancialAfrik ».

Gabon :

-- La COP 26 et la stimulation du financement climatique ont été au centre d'un échange entre le ministre gabonais de l’environnement Lee White et le président de la COP 26, Alok Sharma, tenu fin de la semaine dernière à Londres.

La COP 26 est prévue se tenir en novembre 2021 à Glasgow en Ecosse. Le Gabon assure la présidence du Groupe de négociateurs africains en vue de la COP 26.

Ethiopie :

-- Plus de 5,8 milliards de plants ont été préparés pour la campagne nationale de plantation d'arbres prévue en Ethiopie au cours de la saison des pluies (juin-juillet).

La prochaine campagne vise la plantation de six milliards d'arbres sur 1,9 million d'hectares, selon les responsables éthiopiens.

L'Ethiopie envisage de planter 20 milliards d'arbres d'ici 2024, conformément à l'initiative nationale «Héritage vert» lancée il y a deux années.

Madagascar :

-- Les autorités malgaches ont saisi un total de 1057 tortues radiées entre février et avril 2021, a indiqué le ministère malgache de l'Environnement et du Développement durable.

«Presque toutes les tortues saisies durant ces trois mois sont des juvéniles, c'est-à-dire des tortues de petite taille, les plus convoitées dans le trafic», a souligné le ministère, notant que cette opération a été menée dans la région d'Androy, au sud du pays.

Il a relevé également que la direction régionale du ministère à Androy a remis ces tortues à Turtle Survival Alliance, une organisation qui œuvre pour la conservation des tortues, à Tsihombe, afin de recevoir les soins et traitements appropriés pour leur réhabilitation, en attendant de les lâcher dans des habitats naturels sécurisés.

Les tortues radiées qui sont en danger critique d’extinction, font l’objet d’un trafic important notamment au Sud de Madagascar. Ainsi, entre 2000 et 2014, un rapport conjoint entre le Fonds mondial pour la nature (WWF) et l'Union internationale pour la conservation de la nature fait état de 11.363 tortues radiées saisies.

Tanzanie :

-- Le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Gouvernement tanzanien ont signé un accord portant sur un projet de 77,4 millions de dollars qui permettra d’apporter un appui crucial à 260.000 ménages ruraux touchés par les effets des changements climatiques.

Le Programme de développement de l’agriculture et de la pêche (également désigné par l’acronyme AFDP) donnera aux populations rurales les moyens d’accroître leur productivité, d’améliorer leur sécurité alimentaire et leur nutrition, et de renforcer leur résilience.

La pauvreté est plus élevée dans les zones rurales, où 31% de la population vit sous le seuil de pauvreté, et principalement de l’élevage, des cultures vivrières et de la pêche.

Alors que la crise liée à la COVID‑19 menace de précipiter 500 000 Tanzaniens de plus dans la pauvreté, le Programme de développement de l’agriculture et de la pêche ciblera notamment les petits exploitants agricoles, les petites et moyennes entreprises de production de semences, les petits pêcheurs, les transformateurs, les aquaculteurs, les cultivateurs d’algues dans 41 districts de Tanzanie continentale et de Zanzibar. La moitié des bénéficiaires seront des femmes et 30% seront des jeunes.