Bulletin écologique du Maghreb du 20/09/2021

Publié le Lundi 20 Septembre 2021 à 10:47 | MAP


Tunis - La Société Tunisienne de l'Electricité et du Gaz (STEG) a annoncé avoir consacré pendant la dernière saison estivale quatre centrales électriques, d'une capacité de 450 mégawatts chacune, pour répondre à la demande accrue en énergie électrique, résultant de l'accroissement de l'usage domestique des climatiseurs.


Le mercredi 11 août 2021 à 16h, la STEG a enregistré un pic de la demande en énergie de près de 4472 mégawatts, dont 44 % résultant de l'utilisation des climatiseurs, précise-t-on de même source, qui rappelle que la Tunisie a connu durant ces dernières années, une hausse considérable du nombre des climatiseurs installés dans les appartements et les maisons, lesquels utilisent parfois 2 à 3 appareils.

Dans des déclarations à la presse, le directeur central de la stratégie et de la planification à la STEG, Joumâa Souissi, a indiqué que la contribution des climatiseurs au pic de la demande en l’électricité au cours de l’été 2021, a été aux alentours de 1970 mégawatts, en raison des facteurs climatiques et surtout de la hausse des températures et de l’humidité.

Et de préciser que le phénomène de l’usage des climatiseurs chaud et froid en Tunisie remonte à 1996, lorsque le pic a changé de la saison hivernale de 18h à 22h,à l’été de 11h à 15 heures.

La direction des études et de la planification a, ainsi, décidé de réaliser un questionnaire sur l'utilisation des climatiseurs dans le secteur domestique et auprès des abonnés à la moyenne tension ainsi que dans les hôtels, les administrations et le secteur des services. Le résultat a révélé que près de 2% des clients de la STEG possèdent des climatiseurs.

Souissi a souligné que le pic record enregistré pendant l’été dernier, a atteint 4472 mégawatts, suite à l’augmentation continue des températures et surtout à l’usage intensif des climatiseurs (hausse du pic de la demande en électricité de 11% par rapport à l’année dernière).

Pour le responsable, la hausse de l’usage des climatiseurs commence à perturber les plans de la STEG, soulignant que de nouvelles centrales électriques ont été construites moyennant des millions de dinars d’investissements, afin de répondre à la demande accrue en électricité.

"Les estimations initiales concernant le pic de la consommation pour l’été 2021, portaient sur quelque 4220 mégawatts, alors que ces estimations ont été largement dépassées de plus de 250 mégawatts à cause de la canicule".

Selon le responsable, actuellement, la STEG est en train d’élaborer un modèle de prévisions des pics de consommation basé sur les conditions climatiques. Il a signalé que ces prévisions conditionnent les investissements qui seront réalisés par la STEG au cours des prochaines années, l’objectif étant d’assurer le confort du citoyen à travers la satisfaction de la demande accrue en climatisation.

En ce qui concerne la coopération avec l’Agence Nationale de la Maîtrise de l’Energie (ANME) en matière de maîtrise du phénomène de la hausse de l'utilisation de climatiseurs non conformes aux normes, et ceux qui ne respectent pas la certification énergétique, les deux structures ont souligné que la certification énergétique a été lancée depuis 2003 et ne concerne pas seulement les climatiseurs mais également les réfrigérateurs et nombre d’appareils électroménagers.

Le responsable a convenu de l’absence des mécanismes de contrôle nécessaires pour respecter la certification énergétique et le contrôle des circuits de distribution légaux et illégaux, permettant de mettre fin à l’importation des climatiseurs non certifiés et non conformes aux normes nationales, bien qu’il existe un laboratoire au sein du centre technique des industries mécaniques et électriques qui a la charge de procéder au contrôle technique des climatiseurs et leur respect des normes en matière de certification énergétique.

Il convient de signaler que la plupart des marques commerciales de climatiseurs en Tunisie ne sont pas énergétiquement certifiées, alors qu’il existe des marques énergivores, introduites dans le pays, à travers les réseaux de contrebande et les circuits de distribution parallèles et qui sont vendus à bas prix, ce qui a poussé nombre de Tunisiens à les acquérir sans prendre en considération leurs impacts sur la facture de consommation d’électricité.

-. Le ministère tunisien du transport et de la logistique a appelé, à l'occasion de la célébration de la journée mondiale sans voiture (22 septembre), tous les agents du département et des entreprises sous sa tutelle, à "prendre les transport publics ou les bicyclettes, pour aller à leur travail au cours de cette journée".

Il a aussi souhaité que "les différentes entreprises publiques adhérent à cette initiative, en incitant leurs cadres et agents à réduire l'utilisation des voitures administratives", en vue "de réduire la consommation d'énergie et partant contribuer à la préservation de l'environnement".

Le ministère du transport a encore appelé toutes les sociétés nationales et régionales de transport terrestre et ferroviaire, à instituer la gratuité du transport sur une ligne urbaine ou plus, pour transporter les voyageurs vers leurs lieux de travail, de 5 heures à 10 heures du matin, le 22 septembre courant.

Il a enfin, incité toutes les sociétés nationales et régionales du transport à "annoncer une réduction exceptionnelle d'un maximum de 50%, sur la vente des abonnements de transport public et ce du 21 au 28 septembre courant".

La célébration de la journée mondiale sans voiture, le 22 septembre courant, a été décidée officiellement en l'an 2000, dans plusieurs pays européens.

L'ONU a adopté cette journée en tant qu'un des mécanismes essentiels pour encourager les peuples à préserver l'environnement et sensibiliser aux risques engendrés par la pollution, l'encombrement et les nuisances sonores.