Bulletin écologique du Maghreb

Publié le Vendredi 29 Janvier 2021 à 12:06 | MAP


Tunis - La Tunisie vient de lancer un 5e appel d'offres pour la mise en place de centrales solaires.


Il porte sur une capacité combinée de 70 MW répartis entre 16 centrales, la Tunisie prévoyant de construire 6 centrales solaires d’une capacité individuelle de 10 MW et 10 autres de 1 MW.

La production de la centrale projetée sera livrée à la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz (STEG), dans le cadre d’un accord de rachat d’électricité conclu à long terme.

Selon l’Agence Internationale de l’Energie Renouvelable (Irena), la Tunisie avait, en 2019, une capacité installée de 62 MW.

Les 4 précédents appels d’offres de ce type, lancés entre 2017 et 2020, devraient permettre la mise en place de 280 MW.

Un autre lancé fin 2019 concerne 500 MW dont 300 MW ont été obtenus par "Scatec Solar".

-. Le projet du code des eaux en Tunisie dans sa version modifiée et actualisée, vient d'être transmis à la commission parlementaire de l’Agriculture, de la sécurité alimentaire, du commerce et des services liés.

Selon un communiqué du ministère tunisien de l’Agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche, le nouveau projet tient compte aussi des propositions de certains acteurs du secteur de l'eau.

Le Code des eaux propose, d'après le ministère, un cadre juridique pour la gouvernance du secteur de l'eau dans le pays dans l'objectif de relever les défis actuels et futurs à travers un système institutionnel efficace et une approche participative.

Il contient aussi des solutions opérationnelles qui garantissent les droits de tous les utilisateurs, tout en préservant la richesse hydraulique et les droits des générations futures, estime le département de l'Agriculture. Mais, une "Lecture du projet de code des eaux", élaborée par la Fondation allemande "Heinrich-Böll-Stiftung", Tunisie, a fait état de "certaines lacunes" dans ce projet de code soumis au parlement.

Il s’agit principalement de l'absence d’une vision claire de décentralisation de la gestion des ressources en eau et d'une approche genre, impliquant davantage les femmes dans la gestion de l’eau.

Le projet manque aussi une véritable stratégie de traitement des eaux pluviales, selon cette lecture.

D'après la Fondation, le nouveau code doit instaurer une nouvelle forme de responsabilité commune entre l’Etat et les agriculteurs, afin de garantir la pérennité des exploitations, tout en préservant la ressource eau.

L'eau est devenu un enjeu de taille en Tunisie dans l'actuelle conjoncture des changements climatiques. Le pays est pauvre en eau, avec un quota par habitant des ressources hydrauliques renouvelables estimé à 400 m3/hab/an, ce qui place la Tunisie dans le groupe des pays les moins dotés en eau douce.