Bulletin écologique du Maghreb

MAP - Publié le Lundi 1 Février 2021 à 10:11



Tunis - Le nombre de palmiers infectés par le charançon rouge, dans les régions de Ben Arous, Tunis, Manouba et Ariana (Grand Tunis), a baissé pour atteindre seulement 889 en 2020 contre 2590 en 2016.


Cette réduction est le résultat d'une stratégie nationale visant à atténuer la propagation de cet insecte ravageur, selon des responsables tunisiens qui s'exprimaient lors d'une journée d'information organisée récemment sur ce sujet.

Pour poursuivre la lutte contre cet insecte ravageur des palmiers d'ornement, des équipements (4 camions équipés, chacun, d'un treuil et d'un pulvérisateur, doté d'une capacité de 1000 litres), ont été livrés aux commissariats régionaux de développement agricole de Tunis, Ben Arous, Ariana et Mannouba.

Une table ronde sur le charançon rouge du palmier a été organisée, par la même occasion, avec la participation de toutes les parties concernées, notamment les représentants des commissariats régionaux pour le développement agricole (CRDA), des groupements professionnels, des municipalités, de la société civile.

Le charançon rouge a fait son apparition en Tunisie depuis 2011 à Carthage et a gagné du terrain progressivement en banlieue nord puis dans les gouvernorats de Nabeul et Bizerte, provoquant entre 4 mille et 5 mille cas de contamination.

Pour prévenir et empêcher sa propagation, le ministère tunisien de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la pêche a mis en place une stratégie nationale et mobilisé des financements estimés à 1,29 million d'euros en 2019,

- Le stock des barrages en Tunisie au 26 janvier dernier est de 1,13 milliard de m3, ce qui représente 49,7 % de la capacité totale des barrages, selon le ministère tunisien de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche.

"Du premier septembre 2020 (début de l'année hydrologique) au 25 janvier 2021, nous avons enregistré 501,7 millions de m3, ce qui représente 63% de la moyenne pour la même période", a précisé Hamadi Habaieb, directeur général du bureau de la planification et des équilibres Hydrauliques (BPEH) au ministère dans des déclarations à la presse.

Il rappelle que l’an dernier à pareille période, on enregistrait 1,47 milliard de m3 et donc un taux de remplissage plus important.

Plus en détails, du 26/01/2020 à la même date en 2021, le stock du barrage de Sidi Salem est passé de 457,942 m3 à 282,812 m3 soit 48,7% de la capacité de ce barrage. Le stock du barrage de Sidi el Barrack est plus stable avec un niveau des eaux situé à 92,9% de sa capacité, a-t-il détaillé.

Il a fait savoir que les effets du changement climatique se font encore sentir avec le décalage des saisons et de faibles précipitations.


Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Tous les commentaires sont modérés. marocafrik.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture !

Le Fil | Tribune