Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Bulletin écologique du Maghreb

Publié le Mardi 3 Août 2021 | MAP



Tunis - Le Conseil d'Etat italien vient de se prononcer sur l'affaire des déchets importés illégalement d'Italie vers la Tunisie entre mai et juillet 2020, selon le député et activiste écolo tunisien, Majdi Karabai.


D'après Karabai, le Conseil d'Etat italien, qui est l'organe suprême des conseils juridiques et administratifs du gouvernement, a demandé à la société italienne "SRA", exportatrice des déchets italiens d'appliquer les décisions des autorités de la province italienne de Campanie et surtout celle du Tribunal de Napoli, qui l'a sommé de récupérer ses 282 containers (7800 tonnes) de déchets ménagers arrivés illégalement d'Italie entre mai et juillet 2020, dans un délai de 90 jours à compter du 9 décembre 2020.

La société SRA avait déposé une plainte auprès du Tribunal administratif de Naples contre la province de Campanie afin de faire suspendre la décision de cette dernière, mais le Tribunal a statué le 9 février 2021, qu'il n'est pas spécialisé dans des affaires pareilles. Pour rappel, en mai 2020, 282 conteneurs de déchets ménagers collectés par la société italienne SRA (Sviluppo Risorse Ambientali) ont été expédiés en Tunisie via la société tunisienne "Soreplast" et ce sans respect des exigences des conventions internationales (Bâle, Bamaco).

Plus d'une année est passée depuis l'entrée des premières cargaisons de déchets italiens en Tunisie et plus de 4 mois après la fin des délais prévus par la convention de Bâle pour leur réexportation vers le pays d'origine, ces déchets, dont une partie est restée en vrac dans les locaux de la société Soreplast, sont toujours, au Port de Sousse.

Le 16 juin 2021, le ministre des Affaires étrangères, Othman Jerandi, en visite à Rome, a souligné dans une déclaration à la presse que "l'affaire des déchets italiens importés sera résolue et qu'il existe un consensus entre les autorités tunisiennes et italiennes, pour trouver définitivement une issue à cette affaire".

-. Nouakchott, Le ministre mauritanien de l'Hydraulique et de l'Assainissement, M. Mohamed El Hacenn Ould Boukhreis, a inauguré lundi le Barrage de Dhleima situé près de la Kédia du Djil dans la moughataa de F’dérick.

Ce barrage, qui est le fruit d'une coopération entre les secteurs public et privé, constitue une contribution significative au renforcement des efforts visant à fournir à tous les citoyens l'accès aux services d'eau et à renforcer la sécurité hydrique en Mauritanie.

Avec une capacité de stockage de 363.000 mètres cubes, il contribuera à l'approvisionnement en eau potable, aux activités agricoles et au développement animal dans cette région.

Le barrage contient actuellement plus de 60.000 mètres cubes d'eau de pluie depuis la dernière saison d’hivernage.

Le ministre de l'Hydraulique et de l'Assainissement, dans une déclaration à la presse, a indiqué que ce barrage, qui s'inscrit dans le cadre du programme de construction de 25 autres, fournira de l'eau potable pour les usages liés aux activités agricoles et au développement animal.

Il a fait savoir que cette nouvelle approche en matière de politique de gestion des eaux de surface ou souterraines, fluviales ou dessalées, se fonde sur une exploitation rationnelle des ressources hydriques de manière à répondre de façon pérenne à la demande croissante en eau aussi bien pour les besoins domestiques que pour les secteurs productifs.

Il a fait observer que cette nouvelle approche n'est pas fortuite, mais elle émane d'une étude réfléchie et d'un schéma bien pensé et n'est pas basée sur l'improvisation. Contrairement aux projets précédents, elle prend plutôt en compte les impacts sur le citoyen, sur l’environnement et sur la durabilité de la ressource

Il a souligné qu'il est certain que les installations qui sont en construction et qui se produiront à l'avenir auront des répercussions importantes sur l'amélioration des conditions de vie des citoyens et leur intégration dans la roue de la croissance.

Il a souligné qu'il est certain que les installations qui sont en construction et celles à venir auront des impacts positifs importants sur l'amélioration des conditions de vie des citoyens.