Bulletin économique du Maghreb

Publié le Lundi 28 Juin 2021 à 11:28 | MAP


Tunis - Les recettes touristiques cumulées en Tunisie ont baissé de 34%, à la date du 20 juin 2021, à 706 millions de dinars (un dinar tunisien équivaut à 0,36 dollar), par rapport à la même date de l'année écoulée, selon les derniers indicateurs monétaires et financiers publiés par la Banque Centrale de Tunisie (BCT).


De même, les services de la dette extérieure cumulés ont régressé de 28%, à la même date, pour se situer au niveau de 3,5 milliards de dinars.

En contrepartie, les revenus du travail cumulés ont atteint 2,8 milliards de dinars, soit une hausse de 25%, par rapport à la même période de l'année dernière.

Pour ce qui est des avoirs nets en devises, ils ont légèrement augmenté de 3,8%, à la date du 25 juin 2021, à près de 21,5 milliards de dinars, ce qui représente 141 jours d’importation.

En ce qui concerne le volume global du refinancement, il a baissé de 24%, pour ne pas dépasser 7,1 milliards de dinars.

-. Le lancement virtuel de la 2e phase du projet "Promotion des activités d’Exportation vers de nouveaux Marchés de l’Afrique Subsaharienne" (PEMA II), est prévu pour le 29 juin courant, a annoncé dimanche, le Centre tunisien de Promotion des Exportations (CEPEX).

Le projet PEMA a pour objectif de permettre à davantage de PME tunisiennes d'exploiter le potentiel commercial des nouveaux marchés d’Afrique subsaharienne.

Le projet offre un éventail de services aux entreprises. L’accent est mis sur les partenariats commerciaux au sein de consortiums, la mise en valeur de nouveaux marchés, les approches numériques, la mise en relation et la promotion du dialogue public-privé.

Le projet encourage en particulier, les entreprises dirigées par des femmes, jusqu’ici sous-représentées dans le secteur de l’exportation.

Il y a lieu de rappeler que les exportations tunisiennes sont limitées à quelques aires géographiques : en 2018, la région méditerranéenne a absorbé environ les trois quarts des exportations tunisiennes, tandis que seuls 3 % étaient destinés à l’Afrique subsaharienne.

Pourtant, les pays du sud du Sahara ont connu une croissance remarquable ces dernières années. Suite à l’adhésion de la Tunisie au Marché commun de l’Afrique orientale et australe (Common Market for Eastern and Southern Africa, COMESA), les exportations tunisiennes ont un accès en franchise de droits à quinze pays africains depuis janvier 2020.

En outre, l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) en 2020, peut stimuler encore davantage le commerce entre la Tunisie et le reste de l’Afrique, dans la mesure où, dans les années à venir, l’on s’attend à une levée progressive des barrières douanières.

-Le développement de la coopération dans le domaine du tourisme entre la Tunisie et la France a été au menu d'une rencontre tenue samedi à Tunis, entre le ministre tunisien du tourisme et de l'Artisanat, Habib Ammar et une délégation parlementaire française.

Lors de cette rencontre qui a eu lieu en présence des professionnels du secteur, le ministre du Tourisme a mis l’accent sur les différentes mesures sanitaires prises par la Tunisie pour lutter contre la propagation du covid-19, afin d'assurer la réussite de la saison touristique estivale, a fait savoir dimanche dans un communiqué, le département du tourisme.

Parmi les mesures citées, le démarrage de la campagne de vaccination au profit des professionnels du secteur de tourisme et la mise en place d’un protocole sanitaire assurant la protection du touriste national et étranger.

Le ministre a tenu à souligner l’importance du marché français pour la Tunisie avec 900 mille touristes accueillis en 2019, assurant qu'avec la reprise de l'activité touristique en 2022, le secteur pourra atteindre l'objectif d'un million de touristes français au cours des prochaines années.

-. Réputé à la fois pour sa résilience que par son extrême fragilité face aux phénomènes de crises, le secteur bancaire algérien n’a pas été épargné par les conséquences de le pandémie Covid-19, notamment sur le volet du remboursement des crédits accordés aux opérateurs économiques.

Dans des déclarations à la presse, le directeur général de la Banque Extérieure d’Algérie (BEA) et président de l’Association professionnelle des Banques et des Etablissements Financiers (ABEF), Lazhar Latreche, a indiqué qu’un mode opératoire harmonisé a été proposé aux banques publiques algériennes, afin de les accompagner et les intégrer dans un processus de gestion "concertée" de la crise.

Parmi les orientations citées par M. Latreche, la nécessité du rééchelonnement de tous les crédits dont les échéances n’ont pas été honorées, et dont le stock a été estimé après étude de 1399 dossiers, à quelque 1050 milliards de dinars.

Les nouveaux échéanciers établis par les banques oscillent entre 18 et 36 mois, selon le type de créanciers et de crédits.

Par ailleurs, le montant global des crédits tous azimuts alloués par les banques en 2020, a atteint les 9.000 milliards de dinars, dont 1.933 milliards de dinars accordés sous formes de crédits d’investissements, selon la même source.