Bulletin économique du Maghreb

Publié le Vendredi 2 Juillet 2021 à 11:56 | MAP


Tunis - Une convention de coopération et de partenariat visant à promouvoir l'administration publique tunisienne a été signée, mercredi, entre l'Ecole nationale d'administration (ENA) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).


Cette convention, qui s'inscrit dans le cadre de la réalisation des objectifs de développement durable notamment l'ODD16, vise à promouvoir l’administration publique tunisienne à travers l’adoption des approches innovantes et le renforcement des compétences des cadres de la fonction publique, lit-on dans un communiqué du PNUD.

En vertu de cet accord, le PNUD offre à l’ENA une assistance technique pour concevoir et instaurer un laboratoire d’innovation publique, organiser des stages aux élèves du cycle supérieur de l’ENA et mettre en place un programme de formation, au profit des hauts cadres, en matière de conception, mise en œuvre et évaluation des politiques publiques.

-. L'économie tunisienne devrait connaître une croissance de 2,7 % en 2021 et de 2,9 % en 2022, selon la Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement (Berd).

L'économie tunisienne devrait se redresser et connaître une croissance de 2,7 % en 2021 et de 2,9 % en 2022, à la faveur de meilleures conditions météorologiques pour l'agriculture, notamment la production d'huile d'olive, a précisé la BERD dans son dernier rapport sur les perspectives économiques régionales.

Selon l'institution, la vigueur de la reprise dépendra également du rythme de la vaccination contre la Covid-19, qui permettra la réouverture de l'économie, notamment du secteur touristique.

Il a souligné qu'un redressement fort et durable de l'économie tunisienne dépendra toutefois des réformes, le resserrement budgétaire étant susceptible de freiner la vigueur de toute reprise.

La Tunisie a vu son économie se contracter de 8,8 % en 2020, a rappelé la même source, précisant que le ralentissement s'est poursuivi au premier trimestre de 2021, le PIB ayant reculé de 3 % en glissement annuel.

Concernant la partie méridionale et orientale du bassin méditerranéen (région SEMED), la BERD relève ses prévisions de croissance économique à 3,5 % en 2021.

Ce retour de la croissance fait suite à une baisse de 2,1 % du produit intérieur brut (PIB) de la région SEMED en 2020.

Dans sa dernière édition "Perspectives économiques mondiales", la Banque mondiale a révélé que la croissance économique devrait rebondir à 4 % au cours de cette année en Tunisie après un recul historique de 8 % en 2020.

-. La banque centrale d'Algérie a dévoilé un plan de refinancement de l’économie nationale de l’ordre de 2100 milliards de DA, selon un nouveau règlement publié au journal officiel.

Selon ce règlement, le lancement d'un "programme spécial" de refinancement est mis en place pour une durée d’une année, à compter du 1er juillet 2021. Il vient en soutien au programme de relance de l’économie nationale.

Ce programme spécial de refinancement consiste en "des opérations de cession temporaire d’apport de liquidités effectuées à l’initiative de la Banque d’Algérie". Ces opérations portent sur des échéances de douze mois, renouvelables à deux reprises.

Le montant plafond alloué dans le cadre de ce programme, dont la mise en place est assurée par le Comité des opérations de politique monétaire de la Banque d’Algérie (COPM) est de 2.100 milliards de dinars, selon le règlement de la BA.

Selon le règlement, les effets que la Banque d’Algérie accepte en garantie au titre d’opérations spéciales de refinancement sont les obligations émises par le Trésor public, dans le cadre du rachat des crédits syndiqués.

Les intérêts sont déterminés par application au montant du concours, du taux d’intérêt simple, selon le principe de calcul "nombre exact de jours/360".

Ces opérations spéciales de refinancement sont réalisées sous forme d’opérations de cession temporaire par voie d’appels d’offres normaux à taux fixe.

-. La valeur du dinar algérien a enregistré un nouveau record en baisse face au billet vert américain.

Jeudi, le dinar algérien valait sur le marché interbancaire 134,79 dollars à l’achat contre 134,49 dinars le mardi 29 juin. Le dernier record à la baisse. Il s’agit du plus important record en valeur cette année.

En effet, le dollar américain a battu un nouveau record historique en valeur sur le marché interbancaire des changes face à la monnaie nationale. Le dernier record à la baisse enregistré par la monnaie algérienne face au dollar a eu lieu le 21 juin dernier. La valeur du dollar valait 134,59 dinars à cette date avant le record de jeudi.

Face à la monnaie unique européenne, le dinar gagne encore quelques virgules. Pour l’achat, il est passé d’un euro pour 159,65 dinars contre 159,99 mercredi. En ce qui concerne la vente, l’euro valait jeudi 159,70 dinars contre 160,07 DA mercredi.

Sur le marché parallèle. Le dinar garde pratiquement les mêmes valeurs. L’euro s’échangeait entre 210 et 212 dinars à l’achat et entre 211 et 213 dinars à la vente, tandis que le dollar frôle les 180 dinars à la vente.

La dégringolade s’est notamment accélérée ces dernières années, notamment pendant 2020, qui fut une année noire pour le dinar qui s’est vu dévalorisé de 22 % face à l’euro et de 11 % face au dinar.