Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 14/09/2021

Publié le Mardi 14 Septembre 2021 | MAP



​Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mardi 14 septembre :


Ethiopie-Transport aérien

La compagnie éthiopienne «Ethiopian Airlines» et Boeing ont décidé de consolider leur partenariat avec la signature récemment d'un protocole d'accord stratégique visant « à positionner l'Ethiopie en tant que plaque tournante de l'aviation en Afrique ».

«Ce nouveau partenariat triennal, qui cimente les 70 ans d'histoire commune des deux parties dans l'aviation, s'appuiera sur quatre domaines de collaboration stratégiques : le développement industriel, la formation avancée en aviation, le partenariat éducatif et le développement du leadership», rapporte l'agence Ecofin.

Sénégal-société

Le nombre de pauvres a augmenté entre 2011 et 2018 au Sénégal, passant de 5, 8 millions à plus 6 millions alors que le taux de pauvreté monétaire a enregistré une baisse de cinq points sur la même période, a indiqué l'Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

Le taux de pauvreté monétaire est estimé à 37,8% entre 2018 et 2019, soit une baisse du niveau de pauvreté de cinq points par rapport à 2011 (42,8%). Malgré cette baisse du taux de pauvreté, le nombre de pauvres a augmenté au Sénégal (5 832 008 en 2011 contre 6 032 379 en 2018), a ajouté la structure dans les résultats d’une enquête rendus publics lundi.

L’enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages (EHCVM) a révélé que la pauvreté était, sur la même période, davantage accentuée en milieu rural (53,6% contre 19,8% pour le milieu urbain) où il ressort une baisse plus importante du niveau de pauvreté par rapport à 2011 (5,2 points contre 2,1 points pour le milieu urbain).

Les résultats de l’enquête montrent que le taux d’extrême pauvreté était passé de 12,2% à 6,8% entre 2011 et 2018.

Le Sénégal a réalisé, sur l’initiative de la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), une enquête harmonisée sur les conditions de vie des ménages (EHCVM) financée par la Banque mondiale (BM).

Zimbabwe-Mines-Or

La production aurifère au Zimbabwe, qui a baissé de 30% durant le 1er trimestre 2021, a été affectée principalement par les faibles performances du secteur artisanal et à petit échelle, a indiqué le ministère zimbabwéen des Finances et du Développement économique.

Les mines artisanales dans le pays ont vu leur production baisser de manière drastique durant cette période à cause de plusieurs facteurs, dont notamment l'alimentation électrique instable, les fortes pluies qui ont causé l'inondation des puits, les problèmes de fonds de roulement et la demande internationale modérée, a souligné le ministère dans son bulletin trimestriel sur les performances du secteur minier.

Il a noté ainsi que la production du métal jaune au Zimbabwe s'est élevée à 4.311 kg au cours du 1er trimestre de l'année en cours, contre 6.152 kg durant le 1er trimestre 2020, soit une baisse de près de 30%.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, la production de l'or durant cette période était inférieure aux 4.794 kg produits au 4ème trimestre de l'année dernière. Angola-Diamants

L'Angola a pris part à une réunion virtuelle sur le système de certification du Processus de Kimberley (PK), qui planche sur la question de l'éthique et de la responsabilité dans l'industrie du diamant.

Les participants se sont penchés, cinq jours durant, sur la situation en République centrafricaine (RCA), ainsi que sur la numérisation du certificat du Processus de Kimberley, a révélé la Commission nationale angolaise du PK.

A l'ordre du jour de cette rencontre figurent également l'audition des propositions de candidats potentiels pour accueillir le Secrétariat permanent du Processus de Kimberley. En plus de la réunion, un forum spécial sur la provenance responsable des diamants bruts est également prévu.

Outre l'Angola, des représentants des 82 pays membres du Système international de certification du Processus de Kimberley ont participé à cet événement.

Le Processus de Kimberley est l'organisme qui garantit la certification des diamants vendus dans le monde, garantissant qu'ils ne proviennent pas de zones de conflit.

Rwanda-Transport

Le Rwanda bénéficiera de l'assistance technique du Zimbabwe pour se doter de ses premières infrastructures ferroviaires. Les deux pays viennent de signer un protocole d’accord portant sur le développement des infrastructures de transports multimodales.

Cette collaboration, qui repose sur le transfert de compétences, vise à apporter au Rwanda, l’expertise nécessaire pour une meilleure implémentation de deux projets ferroviaires, dont l’un est déjà en cours de développement.

Conçus pour être érigés le long des deux principales routes commerciales utilisées par le pays, les deux projets formeront un réseau de 400 km.

Ouganda-Pétrole

Le gouvernement ougandais a annoncé avoir validé un projet de loi sur le pipeline est-africain (EACOP). Dénommé projet de loi EACOP, le document définit le cadre juridique suprême qui met en exergue les sections clés du régime fiscal du projet, ainsi que les règles concernant la façon dont les entreprises locales seront impliquées dans la fourniture de biens et services.

Dans le document, l’Ouganda offre à ses partenaires TotalEnergies et CNOOC la certitude que leur investissement est protégé contre tout changement de loi grâce à l’insertion d’une clause de stabilisation.

Les partenaires bénéficieront de certains avantages fiscaux. Par exemple, les revenus tarifaires provenant de l’exploitation d’EACOP ne seront pas soumis à l’impôt sur les sociétés pendant une période déterminée. De même, l’importation d’équipements pour la ligne ne sera pas soumise à une retenue à la source.

Gabon-Investissement

En vue d’améliorer l’environnement des affaires et améliorer le classement du Gabon dans les prochains rapports Doing Business sur la période 2021-2023, le pays a initié une série de réformes, notamment le lancement par la ministre de la Promotion des investissements, Carmen Ndaot, récemment à Libreville des travaux de mise en œuvre de la feuille de route de ces réformes, adoptée le 11 août dernier en conseil des ministres et ce, a l’occasion d’une série de réunions avec les ministres sectoriels,

Accompagnée de la Task Force sur la re forme du cadre des affaires, M. Ndaot a rencontré les 7 et 8 septembre à Libreville, deux des ministres clés concernés par l’exécution de ce programme triennal de re formes, à savoir le ministre de l’Économie et celui de l’Habitat.

«L’objet de ces rencontres était de présenter a chaque ministère sectoriel ses re formes et mesures phares afin de définir un plan d’action opérationnel assorti d’un chronogramme précis pour un suivi-e valuation périodique de leur mise en œuvre. A l’issu de ces tours de table, la Task force veillera avec les techniciens de ces administrations a circonscrire en priorité les re formes a réaliser au plus tard le 30 avril 2022 (date de notification des re formes a la Banque Mondiale, ndlr)», a expliqué Carmen Ndaot

En plus des réunions avec ses collègues, la ministre de la Promotion des investissements s’est entretenue avec la direction de l’Agence nationale de la promotion des investissements (ANPI) sur les re formes la concernant.

Gabon-Budget Le gouvernement gabonais a consacré 5,9% du budget de l’Etat au département de la santé en 2021. Soit 115,9 milliards de francs CFA.

Le gouvernement utilisera ces fonds pour poursuivre «l’exécution des mesures sociales et urgentes dans le cadre de la prévention sanitaire, l’offre de soins et la lutte contre le sida».

Selon les comptes de la santé 2018 et 2019, le Gabon a injecté près de 600 milliards de francs CFA dans le secteur sur ces deux années.