Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 21/09/2021

Publié le Mardi 21 Septembre 2021 à 14:18 | MAP


​Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mardi 21 septembre :


Nigéria.

Le président du Nigéria Muhammadu Buhari a ordonné la transformation de la compagnie pétrolière nationale en société commerciale dans les six prochains mois et nommé un conseil d'administration pour la nouvelle entité.

Le président avait promulgué, en août, une loi attendue depuis de nombreuses années pour réguler le secteur pétrolier et gazier du premier pays producteur de brut en Afrique. Objectif: attirer les investissements étrangers.

Le Nigeria est le premier producteur de pétrole d'Afrique avec 1,9 million de barils exportés chaque jour. Nonobstant, le secteur attire peu d'investissements malgré des réserves gigantesques.

La nouvelle loi ambitionne de donner un cadre légal et fiscal au secteur nigérian du gaz et du pétrole, notamment via une fiscalité plus encadrée, une meilleure redistribution des richesses, et la transformation en société commerciale de la Nigeria National Petroleum Corporation (NNPC), compagnie pétrolière nationale.

Par conséquent, le directeur général du groupe de la NNPC, Mele Kolo Kyari, a été désigné pour prendre les mesures nécessaires pour que la transformation de la NNPC soit en conformité avec les dispositions de la loi pétrolière de 2021.

Gabon. De janvier à mars 2021, les recettes collectées par l’Etat gabonais ont reculé de 6,3%. Un montant de 387,7 milliards de francs CFA a été collecte , soit 19,8 % des prévisions contre 413,6 milliards l’année précédente, révèle la note de conjoncture sectorielle du ministère de l’Économie.

Par rapport a l’objectif annuel, la note de conjoncture souligne que "l’exécution des recettes hors pétrole a été de 35% pour les autres recettes, 20,9% pour les droits de douane, 18,5% pour les recettes des comptes spéciaux, 15,3% pour les impôts directs (19,8% pour l’impôt sur les sociétés et 10,2% pour l’impôt sur les personnes physiques) et 9,6% pour les taxes sur biens et services (dont 5,8 % pour la TVA)".

Côte d'Ivoire.

- La directrice générale de Côte d’Ivoire Tourisme, pour relancer la destination Côte d’Ivoire, entend mettre en œuvre une stratégie favorisant l’éclosion d’un écosystème touristique au profit des touristes et des professionnels.

Pour Malékah Mourad-Condé, cette nouvelle ambition passe par la promotion d’un tourisme durable qui permettra la résilience stratégique de l’économie touristique nationale face aux risques économiques, financiers, environnementaux et sanitaires.

Elle a promis l’inscription de son action dans le plan national de développement touristique intitulé «Sublime Côte d’Ivoire».

- Le Premier ministre ivoirien, Patrick Achi, a tenu une rencontre à San Pedro avec les opérateurs économiques locaux sur la vision du gouvernement et les modalités de collaboration avec le secteur privé, pour que la Côte d’Ivoire maintienne sa dynamique de croissance économique.

«Il m’a semblé important de présenter aux acteurs du deuxième poumon économique de Côte d’Ivoire, quelques orientations relatives aux grandes thématiques qui sont à la base de la "Vision 2030" du président Alassane Ouattara. Elles seront le fondement de nos relations au cours des prochaines années», a précisé Patrick Achi.

Au cours de la décennie 2011-2020, la Côte d’Ivoire a enregistré des performances économiques exceptionnelles. Selon le Chef du gouvernement, il s’agit de poursuivre la dynamique qui a permis de doubler le revenu par habitant en dix ans.

Ethiopie.

En Ethiopie, la route à péage Mojo-Meki-Batu longue de 92 km a été officiellement ouverte lundi aux usagers du transport.

Faisant partie du projet de route Mojo-Hawassa, la réalisation de cette nouvelle infrastructure routière a nécessité 6,3 milliards de Birr (01 dollars = 44 birr).

Il s'agit de la troisième route à péage de l’Ethiopie, dont la gestion est confiée à l’«Ethiopian Toll Roads Enterprise».

Djibouti.

Le ministre djiboutien de l’Économie et des Finances, chargé de l’Industrie, Ilyas Moussa Dawaleh, s’est entretenu avec une délégation conduite par Mme Marina Wes, directrice régionale de la Banque mondiale pour l’Égypte, le Yémen et Djibouti.

Le nouveau cadre du partenariat entre Djibouti et la Banque mondiale était au centre des discussions entre les deux parties, rapporte l’agence djiboutienne d’information ADI. Afrique du Sud.

L'Afrique du Sud continue de régresser sur l'indice de la liberté économique en se classant cette année au 84 è rang sur 165 pays, révèle le rapport annuel sur la liberté économique dans le monde.

"Le gouvernement sud-africain a adopté des lois et des réglementations qui ont valu au pays l'un des taux de chômage les plus élevés au monde, avec 75% de jeunes âgées de 15 à 24 ans incapables de trouver un emploi", précise le rapport qui a été publié par le groupe de réflexion Free Market Foundation, en collaboration avec l'Institut Fraser du Canada.

Commentant ces chiffres, le directeur de la Free Market Foundation, Eustace Davie, a déclaré que la promotion de la liberté économique serait le moyen le plus rapide et efficace de résoudre le problème du chômage et de permettre aux jeunes sud-africains de trouver un emploi.

Citant l'exemple de la Bulgarie, Davie a fait savoir que le pays a amélioré son classement dans l'indice de la 103ème place à la 36ème entre 2000 et 2019, en maintenant les impôts bas, en réduisant l'inflation de 409,7% à 1,20% par an et en améliorant les conditions du commerce extérieur.

En revanche, a-t-il regretté, l'Afrique du Sud a décliné dans le classement en passant de la 58ème position en 2000 à la 84ème cette année.

Par ailleurs, a-t-il dit, le score du pays en matière de liberté du commerce international s'est également détérioré en passant de 6,50 à 6,47, tandis que sa réglementation du crédit, du travail et des affaires est passée de 7,16 à 7,54.

Angola.

Plus de 30 millions de kwanzas est le montant collecté lors de la Foire du manioc, organisée dans la ville angolaise de Luau relevant de la province de Moxico, avec la participation de 100 exposants.

L'événement, qui s'est déroulé sous la devise «Agriculture et tourisme, facteurs décisifs pour le développement durable», a exposé deux jours durant plusieurs produits, ainsi que des services bancaires et de télécommunications.

Le gouverneur de Moxico a mis en exergue la stratégie de Luau pour relever le défi de la diversification économique, encourageant les jeunes locaux à se joindre à la pratique de l'agriculture afin que la production ne soit pas uniquement destinée à la consommation familiale, mais également à l'exportation de produits vers les pays voisins.