Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines du 28/09/2021


MAP - le Mardi 28 Septembre 2021 à 12:13 |

           

​Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mardi 28 septembre 2021:


Côte d'Ivoire.

Le Premier ministre Patrick Achi, a souhaité la création d'une filière laitière intégrée en Côte d’Ivoire, en sollicitant l’expertise de l’entreprise de produits laitiers FrieslandCampina.

«J’invite FrieslandCampina à faire bénéficier notre pays du transfert de compétences et de technologies, en vue de créer en Côte d’Ivoire, une filière laitière totalement intégrée. Celle-ci aura, en amont, le soutien et l’accompagnement des nationaux pour la création et le développement de PME et fermes laitières, capables d’approvisionner ces unités industrielles», a déclaré M. Achi.

Au-delà de ce projet, il a invité FrieslandCampina à s’engager à renforcer et à diversifier sa présence dans le secteur industriel ivoirien, en réalisant des investissements dans la valorisation du large éventail de produits dont dispose le pays.

Le Premier ministre a par ailleurs exhorté les investisseurs privés nationaux et internationaux à saisir toutes les opportunités d’investissement qui se présentent en Côte d’Ivoire dans les dix secteurs stratégiques définis dans la Vision 2030 du président Alassane Ouattara et le Plan National de Développement (PND 2021-2025.

Gabon. La Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) a démenti, le 27 septembre, les informations de recrutement au sein de l’administration des Douanes.

Orchestrée par des "personnes mal intentionnées", "cette démarche frauduleuse vise à extorquer de l’argent à des compatriotes", a prévenu la DGDDI. Dans un communiqué, le patron de la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI), Boris Admina Atchoughou, a informé le public que "des personnes mal intentionnées procèdent actuellement, par leurs contacts, à la collecte de dossiers en vue du recrutement au sein de notre administration". "Les Douanes gabonaises démentent formellement être à l’origine de cette démarche frauduleuse qui vise à extorquer de l'argent à des compatriotes et rappellent que tout concours d’entrée en douanes se fait par voie de communication officielle", a-t-il insisté, ajoutant que cette pratique est devenue courante dans le pays et le modus operandi est quasiment le même.

Nigeria.

Initialement prévu le 1er octobre, l'eNaira sera lancé le 4 octobre. C'est ce qu’a déclaré récemment Godwin Emefiele, gouverneur de la Banque centrale du Nigeria (CBN) à un groupe d’investisseurs étrangers à New York.

La principale raison de ce report est liée aux manifestations de la fête nationale le 1er octobre. "La Banque centrale ne voudrait pas que l'événement enlève de l'éclat à la célébration de l'indépendance", a expliqué M. Emefiele.

Néanmoins, la plateforme eNaira a été mise en ligne une semaine avant le lancement officiel du token. Elle a enregistré la visite d'un million d’internautes en 24 heures, d’après les analyses de Thisday, et ceux-ci ont pu découvrir les services qu’offrirait la CBN avec sa monnaie numérique.

Entre autres, la plateforme promet des transactions financières plus faciles pour les utilisateurs d'eNaira. Il s’agit par exemple d'effectuer des paiements de pair à pair d'un compte bancaire ou d'une carte liée, de transférer de l'argent de son compte bancaire vers son portefeuille eNaira ou encore d’effectuer des paiements en magasin en utilisant son portefeuille eNaira en scannant les codes QR.

Ethiopie.

La compagnie minière norvégienne «Akobo Minerals» a annoncé qu'il va mobiliser 08 millions de dollars pour construire une exploitation minière à petite échelle sur le gisement aurifère Segele en Ethiopie.

Quelques jours après l’obtention d’un permis minier auprès des autorités éthiopiennes, le norvégien Akobo Minerals a publié le 27 septembre une étude exploratoire pour son projet aurifère Segele, selon l’agence Ecofin.

Les travaux de construction devraient durer une année et l’exploitation minière débuter fin 2022. Au pic de la production, l’usine de traitement devrait avoir une capacité mensuelle de 5 800 tonnes de minerai, est-il indiqué. Afrique du Sud.

La réalisation des objectifs du Programme annuel de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) ne peut se faire que grâce aux efforts collectifs des pays africains en utilisant efficacement les plateformes existantes de coopération régionale et continentale, a affirmé la ministre sud-africaine des relations internationales et de la coopération, Naledi Pandor.

«Bien que de nombreux progrès ont été réalisés dans la mise en œuvre du PIDA, nous ne sommes pas encore au niveau de mise en œuvre requis et les gouvernements et l'Union africaine doivent apporter un plus grand soutien», a déclaré Mme Pandor.

Elle a, à ce propos, souligné que le Programme de développement des infrastructures en Afrique a été créé en tant que cadre permettant aux parties prenantes du continent d'utiliser et de développer les infrastructures nécessaires à une croissance tangible et d'intégrer le continent physiquement, économiquement et socialement.

Zimbabwe-Mines.

La société sidérurgique Zimbabwe Iron and Steel Company (ZISCO) a appelé les investisseurs à l'aider à relancer les opérations qui avait auparavant suscité l'intérêt de compagnies indiennes et chinoises.

Essar Africa Holdings, une unité du groupe indien Essar, avait accepté d'investir jusqu'à 4 milliards de dollars dans ZISCO en 2011, mais l'accord a échoué.

Un accord conclu par la société R&F en Chine pour investir 2 milliards de dollars en 2017 a également échoué après que les autorités de Harare ont tenté de renégocier l'accord.

Le président par intérim de ZISCO, Martin Manuhwa, a déclaré que la société recherchait de nouveaux investisseurs «qui seraient intéressés par la mise à disposition de fonds pour relancer l'entreprise».

Burkina Faso.

La ministre déléguée en charge de l'Aménagement du territoire, Pauline Zouré a annoncé récemment que le Burkina Faso a bénéficié en 2020, d’environ 1.253 milliards de FCFA des partenaires techniques et financiers (PTF).

«Le montant des décaissements au titre de l’aide publique au développement (APD) au profit du Burkina Faso (en 2020) s’est établi à 2.143 millions de dollars US, soit environ 1.253 milliards de FCFA», a déclaré la ministre qui s’exprimait à Ouagadougou lors de la cérémonie de publication officielle du «rapport sur la coopération pour le développement 2020».

Selon elle, ce flux d’aide qui a connu un accroissement de 38% représente l’effort déployé par les PTF pour accompagner le gouvernement dans la lutte contre les effets de la Covid-19 et dans les actions de développement.

Pour la ministre, l’APD en 2020 a été majoritairement sous forme de dons et investie essentiellement dans cinq secteurs de planification.

Pauline Zouré a ajouté que ces secteurs sont notamment celui du Travail, de l’emploi et protection sociale, de la santé, l’Environnement eau et assainissement, la Production agro-sylvo-pastorale et le secteur infrastructures de transport, de communication et d’habitat.

La ministre a aussi souligné que 58% de l’APD a été absorbée par ces cinq secteurs. «Le volume global de l’aide absorbé par ces cinq secteurs s’est situé à 1.129 millions de dollars US, soit 52,7% de l’APD totale reçue en 2020», a-t-elle déclaré.

Le rapport sur la coopération pour le développement (RCD) est un document élaboré par le ministère en charge de l’Economie et qui retrace la situation de l’Aide publique au développement (APD) fournie au Burkina Faso pendant l’année budgétaire écoulée.

Kenya.

La Dubai Islamic Bank Kenya (DIBBK) s'est engagée à accroître ses investissements sur le marché kenyan, à l'occasion de ses quatre années d'activité dans le pays.

Filiale du groupe Dubai Islamic Bank PJSC, DIBBK a commencé ses activités dans le pays, en juin 2017, en tant que banque commerciale à part entière, offrant des produits et services conformes à la charia. De son côté, le groupe continue de fournir des injections de capitaux et un soutien en liquidités à DIB Bank Kenya, désormais évalués à 10,2 milliards de shillings.

"DIB Bank Kenya a un engagement à long terme envers la croissance du pays étant donné l'attractivité du marché, qui est également une plaque tournante importante en Afrique de l'Est'', a déclaré, récemment, le directeur général du groupe Dubai Islamic Bank PJSC et le président de la DIB Bank Kenya, Adnan Chilwan, lors des célébrations marquant le quatrième anniversaire de la banque à Nairobi.

"Il est encourageant de noter que la plus grande économie d'Afrique de l'Est, le Kenya, connaît une croissance de 6,6 % cette année, une augmentation significative par rapport aux 0,6 % estimés en 2020, dénotant une forte reprise économique", a ajouté M. Chilwan.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Septembre 2021 - 09:56 Maroc. Revue de presse quotidienne du 29/09/2021

Mardi 28 Septembre 2021 - 10:41 Bulletin écologique du Maghreb du 28/09/2021





Facebook
Twitter
Newsletter
Mobile
Rss