Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Publié le Samedi 16 Janvier 2021 à 13:10 | MAP


Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du samedi 16 janvier :


Sénégal-Economie

Le climat des affaires au Sénégal a enregistré une légère baisse de 0,4 point au terme du mois de novembre 2020 comparé au mois précédent, selon une enquête d'opinion réalisée auprès des chefs d'entreprise par la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).

L’indicateur synthétique de ce climat des affaires, calculé sur la base des soldes d’opinion des chefs d’entreprise s’est situé à 96,5 durant la période sous revue contre 96,9 au mois d’octobre 2020.

« Cette situation reflète les orientations défavorables des opinions des prestataires de services et commerçants », souligne la DPEE. Sur une base annuelle, le climat des affaires s’est également contracté de 3,8 points, en novembre 2020.

Soudan du Sud-Soudan-Pétrole

Le Soudan du Sud et le Soudan ont convenu d'augmenter la production de pétrole brut de 170.000 barils par jour à 300.000 bj d'ici deux à trois ans.

«La production à l'heure actuelle se situe entre 165.000 et 170.000 bj, mais nous voulons la porter à 300.000 bj d'ici deux à trois ans à partir de 2021», a affirmé Awow Daniel Chuang, sous-secrétaire au ministère sud-soudanais du Pétrole à l’issue d’une rencontre mercredi à Juba avec Hamid Suleiman Hamid, sous-secrétaire au ministère soudanais de l'Energie et des Mines.

Côte d'Ivoire-fisc

La Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), dans l'annexe fiscale ivoirienne de 2021, appliquable aux préparations alimentaires destinées aux nourrissons et au lait infantile, est passeé de 18% à 9%, selon le directeur général des impôts, Sié Abou Ouattara.

M. Sié Ouattara, a au cours d'une présentation de l'annexe fiscale 2021, jeudi à Abidjan, expliqué que la loi fiscale consacre un taux réduit de 9% aux préparations alimentaires pour nourrissons et au lait infantile.

L'incompréhension de ce dispositif a suscité des commentaires et "on a voulu montrer qu'on est parti de 0% pour cent de taxation à 9%, mais la vérité (...) on est passé de 18% à 9%", a précisé le directeur général des impôts.

BAD-énergie

Le Conseil d'administration du Groupe de la Banque africaine de développement a approuvé, le 14 décembre dernier à Abidjan, un prêt de quinze millions de dollars américains provenant du Fonds des énergies durables pour l’Afrique (SEFA) et un autre prêt de dix millions de dollars provenant du Fonds pour les technologies propres (CTF, en anglais) pour faire progresser la réalisation des projets du Fonds africain pour les énergies renouvelables (FAER II) destinés à stimuler la production d’énergie à faibles émissions de carbone en Afrique subsaharienne.

La contribution du SEFA est constituée d’une enveloppe de dix millions de dollars en capitaux propres et d’un prêt remboursable de cinq millions de dollars. Le CFT, qui fait partie du Fonds d’investissement pour la lutte contre le changement climatique (CIF, en anglais), apportera dix millions de dollars en capitaux propres.

Burundi-Transport

Treize ans après l'arrêt des opérations d’Air Burundi, le gouvernement a dévoilé ses projets pour la création d’une nouvelle compagnie aérienne nationale, Burundi Airlines, dont les premiers vols sont espérés dès l’année prochaine.

La nouvelle compagnie aérienne serait basée sur une fusion entre le prédécesseur quasi-disparu Air Burundi et la société de gestion en escale publique (Société Burundaise de Gestion des Entrepôts et d’Assistance des Avions en Escale – SOBUGEA), selon un communiqué du gouvernement relayé par des médias locaux.

L’Etat contrôlera 92% de la nouvelle compagnie national, basée à l’aéroport de Bujumbura-Melchior Ndadaye, tandis que la Société d’Assurances du Burundi (SOCABU) détiendra une participation de 4%. La succession de l’ancien transporteur belge Sabena détiendra également une participation de 4%.

Kenya-thé

Le Kenya appliquera une taxe à taux zéro sur le thé local, une mesure qui vise, selon le ministre de l'agriculture, Peter Munya, à décourager les commerçants qui réimportent la boisson après son exportation afin d'éviter le paiement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Cette mesure qui permettra à davantage de commerçants de faire de la valeur ajoutée dans le pays, est de nature à augmenter la consommation de thé, dont la croissance est restée faible au fil des ans malgré la hausse de la production, a expliqué le ministre.