Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Publié le Samedi 3 Juillet 2021 | MAP



​Dakar - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du samedi 03 juillet :


Côte d'Ivoire-électricité

Le ministre des Mines, du Pétrole et de l'Energie, Thomas Camara a annoncé, vendredi à Abidjan, la fin du rationnement de l’électricité depuis le 25 juin 2021 pour les ménages et celui des industriels interviendra le 15 juillet.

« Depuis le 25 juin 2021, le rationnement de la fourniture de l’électricité aux ménages a pris fin. Les ménages sont désormais approvisionnés de façon continue en électricité, sous réserve de certaines pannes et de quelques petits problèmes. Au niveau des industriels, à partir du 15 juillet 2021, le rationnement prendra fin. Ils seront régulièrement fournis en électricité », a promis M. Camara au terme d’une réunion présidée par le Premier ministre, Patrick Achi, avec les industriels sur la cherté de la vie.

Le Premier ministre a rassuré certains industriels qui sont dans une logique d’importation de groupes électrogènes pour alimenter leurs usines que le réseau électrique ivoirien a une grande puissance capable de combler tous les besoins.

Côte d'Ivoire-orpaillage

Le Conseil national de la sécurité (CNS) a autorisé la création d’un Groupement Spécial de Répression de l’Orpaillage Illégal, lors de sa réunion, jeudi dernier, en présence du Président de la République, Alassane Ouattara, indique un communiqué.

Ce groupement sera composé de 560 éléments dont 460 gendarmes et 100 agents des Eaux et Forêts, spécialement équipés pour intervenir sur l’ensemble du territoire et viendra intensifier la répression des infractions au code minier précise le communiqué lu par le ministre, Fidèle Sarassoro, secrétaire du CNS.

Kenya-pétrole

Au Kenya, l'autorité de régulation de l’énergie et du pétrole (Epra) envisage de permettre aux exploitants de mini-réseau de devenir des distributeurs électriques.

La plupart des mini-réseaux du pays fonctionnent en effet aux hydrocarbures et leur éloignement accroît le coût du transport du combustible, annihilant ainsi la rentabilité de leur exploitation.

Si ces nouvelles dispositions sont adoptées, les exploitants de mini-réseau pourront acquérir de l’énergie auprès de la Kenya Power et la distribuer à leurs clients pour plus de rentabilité, estime Epra.

Tchad-Pétrole

Les recettes pétrolières du Tchad ont diminué au cours du premier trimestre 2021, malgré la hausse de volume des exportations et le cours du Brent, a indiqué l'Observatoire tchadien des finances publiques dans une note sur le service pétrolier.

Les recettes pétrolières ont diminué de -68,4 % entre le premier trimestre 2020 et le premier trimestre 2021, passant de 102 milliards de FCFA (156 millions d’euros) à 32,2 milliards de FCA (49 millions d’euros).

D’après l’Observatoire, cette diminution représente un manque à gagner d’environ 107 millions d’euros sur trois mois, soit 1,2 million d’euros par jour en moyenne, pour l’État tchadien durant cette période.

Afrique du Sud-Déficit

L'Afrique du Sud a enregistré un déficit budgétaire de 39 milliards de dollars (551,9 milliards de Rands) durant l’exercice de 2020, a annoncé le Trésor.

Le déficit budgétaire arrêté en mars 2021 a atteint 11,2% du PIB, a précisé le Trésor dans une note, faisant observer que ce taux est inférieur aux prévisions de 12,3% du PIB précédemment avancées par le ministre des Finances, Tito Mboweni.

Ce résultat meilleur que prévu signifie que le déficit du budget consolidé, qui comprend les dépenses totales des provinces, des caisses de sécurité sociale et de certaines entités publiques, pourrait être inférieur à la projection de 14% du PIB.

La même source relève que les principales dépenses budgétaires pour 2020/2021 étaient inférieures de 16,2 milliards de Rands aux estimations et que les recettes collectées par l'Agence fiscale ont dépassé les prévisions pour la première fois en cinq ans.

Zimbabwe-Agriculture :

Le Zimbabwe envisage de soutenir la production locale d'engrais au cours de la période allant jusqu'en 2024, sur la base d'un accord avec les producteurs pour réduire les importations, a indiqué le gouvernement zimbabwéen.

La ministre de l'Industrie et du Commerce, Sekai Nzenza, a déclaré dans le cadre d'un forum de l'agro-industrie que cette décision permettra d'économiser des devises étrangères rares.

Le forum vise à intégrer et aligner les politiques, stratégies, programmes, projets et activités du gouvernement en vue de renforcer la compétitivité de l'agro-industrie dans le pays.

La demande d'engrais du Zimbabwe pendant une saison agricole normale et bonne est d’environ 600 000 tonnes, dont 70 pour cent sont destinés aux programmes d’agriculture du gouvernement.

L'industrie des engrais au Zimbabwe joue un rôle clé en termes de contribution au produit intérieur brut, croissance et de sécurité alimentaire, entre autres.



Derniers tweets