Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Publié le Mercredi 28 Juillet 2021 à 10:14 | MAP


Addis-Abeba - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mercredi 28 juillet :


Afrique de l'Est-France

«TradeMark East Africa» (TMEA) et l'Agence française de développement (AFD), viennent de signer à Nairobi, au Kenya, une convention de subvention de 29,9 millions d'euros pour contribuer à une intégration économique régionale plus durable et inclusive dans la Corne de l'Afrique.

Ce financement provient de l'Union européenne, qui l'a délégué à l'AFD via une convention de financement totale de 32 millions d'euros, signée une semaine plus tôt entre les deux parties, rapporte l’agence djiboutienne d’information ADI.

« Le projet TMEA-AFD se concentrera sur le corridor de Djibouti, principale artère commerciale de l'Éthiopie, tout en soutenant un commerce plus inclusif entre Djibouti et l'Éthiopie. L'objectif global est de renforcer la compétitivité de ce corridor par des améliorations logistiques et réglementaires (réduction des temps de transport et de transit dans les ports et aux frontières, simplification des procédures et réduction des coûts associés) », souligne ADI.

Ethiopie-Japon

L'Éthiopie et le Japon ont signé mardi un échangé des notes sur le programme de subventions pour le développement économique et social (fourniture de riz) s'élevant à 120 millions de Birr (01 dollars= 44 birr).

Ce soutien vise à renforcer la sécurité alimentaire en Ethiopie en contribuant à l'augmentation de la disponibilité des céréales sur le marché, a notamment souligné la ministre d'Etat éthiopienne des Finances, Yasmin Wohabrebbi.

Kenya-Entreprises

La société d'investissement publique kényane, Centum Investment Group, a annoncé mardi avoir enregistré une perte nette de 1,37 milliard de shillings (13 millions USD) au cours du premier trimestre 2021, qui constitue sa première perte annuelle depuis plus de 42 ans.

Cette contre-performance s’explique, selon le PDG du groupe James Mworia, par « les pertes d’exploitation enregistrées dans les activités de négoce et les activités d’investissement ».

Centum Investment Group a également enregistré des pertes de réévaluation de 4,2 milliards de shillings (39 millions USD), nuisant encore plus à ses résultats.

Le conseil d’administration du groupe a toutefois minimisé la perte du groupe et recommandé un dividende de 0,33 shillings par action s’élevant à 218 millions de shillings (2 millions USD).

Kenya-Restauration

Au Kenya, la chaîne de restaurants Java House Group envisage d’ouvrir sur les 5 prochaines années, 30 nouveaux points de vente dans la capitale Nairobi, a déclaré Derrick Van Houten, directeur exécutif de la compagnie qui opère également au Rwanda et en Ouganda.

D’après le responsable, ces nouveaux magasins, dont le coût est chiffré à plusieurs millions de shillings, permettront de créer plus de 200 opportunités d’emplois.

La démarche de l’entreprise, qui est passée en 2017 dans le giron du groupe émirati de capital investissement Abraaj, devrait l’aider à gagner en présence sur un marché kényan de la restauration rapide en plein développement, selon les observateurs.

Zimbabwe-Mines-Or

La production aurifère au Zimbabwe, qui a baissé de 30% durant le 1er trimestre 2021, a été affectée principalement par les faibles performances du secteur artisanal et à petit échelle, a indiqué le ministère zimbabwéen des Finances et du Développement économique.

Les mines artisanales dans le pays ont vu leur production baisser de manière drastique durant cette période à cause de plusieurs facteurs, dont notamment l'alimentation électrique instable, les fortes pluies qui ont causé l'inondation des puits, les problèmes de fonds de roulement et la demande internationale modérée, a souligné le ministère dans son bulletin trimestriel sur les performances du secteur minier.

Il a noté ainsi que la production du métal jaune au Zimbabwe s'est élevée à 4.311 kg au cours du 1er trimestre de l'année en cours, contre 6.152 kg durant le 1er trimestre 2020, soit une baisse de près de 30%.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, la production de l'or durant cette période était inférieure aux 4.794 kg produits au 4ème trimestre de l'année dernière.

Angola-Diamants

L'Angola a pris part à une réunion virtuelle sur le système de certification du Processus de Kimberley (PK), qui planche sur la question de l'éthique et de la responsabilité dans l'industrie du diamant.

Les participants se sont penchés, cinq jours durant, sur la situation en République centrafricaine (RCA), ainsi que sur la numérisation du certificat du Processus de Kimberley, a révélé la Commission nationale angolaise du PK.

A l'ordre du jour de cette rencontre figurent également l'audition des propositions de candidats potentiels pour accueillir le Secrétariat permanent du Processus de Kimberley. En plus de la réunion, un forum spécial sur la provenance responsable des diamants bruts est également prévu.

Outre l'Angola, des représentants des 82 pays membres du Système international de certification du Processus de Kimberley ont participé à cet événement.

Le Processus de Kimberley est l'organisme qui garantit la certification des diamants vendus dans le monde, garantissant qu'ils ne proviennent pas de zones de conflit.