Bulletin quotidien d'informations économiques africaines

Publié le Mercredi 25 Août 2021 à 11:09 | MAP


​Kigali - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du mercredi 25 août 2021:


Djibouti-Télécoms

- La société publique Djibouti Telecom a engagé l'augmentation de ses capacités Internet sur le câble sous-marin de fibre optique DARE1, dans le cadre d’une opération confiée à l’entreprise américaine Ciena, spécialisée dans la fourniture d'équipements de réseaux de télécommunications et de services logiciels.

Cette opération permettra à l’opérateur historique de doubler les débits de ligne, à 400 gigabits par seconde, et de satisfaire la demande croissante en connectivité exprimée par les populations de Djibouti.

Le directeur général de Djibouti Telecom, Mohamed Assoweh Bouh, estime que «les réseaux de câbles sous-marins sont notre bouée de sauvetage pour le monde connecté, en particulier avec plus de personnes qui dépendent d'Internet que jamais auparavant».

Kenya-Sucre

- Au Kenya, le gouvernement envisage d’introduire plusieurs amendements à la loi sur le sucre datant de 2019 afin de durcir les importations de la denrée.

Dans les détails, l’Etat compte obliger les négociants et les entreprises à fournir avant tout achat de sucre sur le marché régional et international, un échantillon de la matière première ainsi qu’un certificat pré-importation du pays d’origine.

L’exécutif prévoit notamment d’appliquer une amende de 10 millions de shillings (91.000 USD) et un emprisonnement de 5 ans à tout individu contrevenant à ces dispositions. Avec ce projet de modification qui reste encore à être approuvé par le Parlement, le pays entend réduire le flux des importations de sucre qui inondent le marché intérieur.

Angola-Agriculture-Manioc

- L'Angola dépense environ 428 millions de dollars par an pour l'achat de blé, a affirmé la représentante du Fonds des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Guertha Barreto.

Lors du premier Congrès international du manioc, Mme Barreto a abordé la vision de la FAO de promouvoir le manioc en tant qu'aliment du 21e siècle, soulignant que le montant dépensé par le pays aurait pu être consacré à la production locale et à l'industrialisation du produit, dont les dérivés, comme la farine, peuvent remplacer le blé.

Le blé est utilisé principalement pour la fabrication de pain et d'autres aliments de pâtisserie, qui peuvent également provenir de la transformation du manioc, si l'investissement est fait dans l'industrialisation du tubercule, a-t-elle poursuivi.

La responsable onusienne a signalé qu'en plus d'être utilisé pour l'alimentation humaine, le manioc est également utilisé pour la fabrication d'aliments pour animaux et comme matière première pour une large gamme de produits à valeur ajoutée tels que la farine, ainsi que le bois pressé, le papier et les textiles, la production d'édulcorants, de fructose, de gel d'amidon de haute technologie et d'autres sous-produits.