Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Climat: D'ici 2050, le nombre de déplacés internes pourrait atteindre 216 millions (Banque mondiale)

Publié le Mardi 14 Septembre 2021 | MAP



​Washington - Le changement climatique, devenu un facteur de migration de plus en plus important, pourrait contraindre 216 millions de personnes dans six régions du monde à se déplacer à l'intérieur de leur pays d'ici 2050, estime la Banque mondiale dans un rapport publié lundi. Il y a trois ans, le premier rapport Groundswell de la Banque mondiale pre voyait que le changement climatique pourrait conduire 143 millions de personnes dans trois re gions du monde (Asie du Sud, Ame rique latine et Afrique subsaharienne) a migrer a l'inte rieur de leur pays d’ici 2050.


Dans la nouvelle version de ce document, la Banque mondiale ajoute trois autres régions, à savoir l’Afrique du Nord, l’Asie de l’Est et le Pacifique, et l’Europe de l’Est et l’Asie centrale, pour parvenir a une estimation mondiale de 216 millions de migrants climatiques environ d’ici 2050 dans les six re gions.

"Il est important de noter que cette projection n’est pas fige e", a indiqué le vice-président du développement durable à la Banque mondiale, Juergen Voegele, cité dans le rapport.

"Si les pays commencent de s maintenant a re duire les gaz a effet de serre, a combler les e carts de de veloppement, a restaurer les e cosyste mes vitaux et a aider les gens a s’adapter, les migrations climatiques internes pourraient e tre re duites jusqu’a concurrence de 80% - a 44 millions de personnes d’ici 2050", a soutenu l’expert de l’organisation basée à Washington.

"Le changement climatique est un puissant moteur de migration interne en raison de son impact sur les moyens de subsistance des populations et de la perte d'habitabilité dans les lieux très exposés", peut-t-on lire dans le rapport.

D'ici 2050, prévient le document, l'Afrique subsaharienne pourrait compter jusqu'à 86 millions de migrants climatiques internes ; l'Asie de l'Est et le Pacifique, 49 millions ; l'Asie du Sud, 40 millions ; l'Afrique du Nord, 19 millions ; l'Amérique latine, 17 millions ; et l'Europe de l'Est et l'Asie centrale, 5 millions.

"Le rapport Groundswell est un rappel brutal du coût humain du changement climatique, en particulier pour les plus pauvres du monde - ceux qui contribuent le moins à ses causes", a souligné M. Voegele.

Selon la BM, les pays doivent faire front ensemble et agir re solument a la fois pour garantir un de veloppement vert, re silient et inclusif, et pour re duire tre s conside rablement les e missions mondiales de gaz a effet de serre, conforme ment a l’Accord de Paris.

Il est tout aussi essentiel de commencer a planifier, le cas e che ant, des migrations climatiques internes me thodiques et bien encadre es, en guise de strate gie d’adaptation efficace qui produirait des effets positifs sur le de veloppement.

"Il est crucial d’agir maintenant sur le triple plan du climat, du de veloppement et des migrations afin d’assurer la re alisation des objectifs de de veloppement durable au cours des 10 prochaines anne es et parvenir a la prospe rite partage e d’ici au milieu du sie cle pre sent et au-dela ", relève la même source.