"Education sans délai" approuve 33,3 millions USD en faveur de 300.000 enfants au Sahel central

Publié le Mercredi 6 Janvier 2021 à 12:20 | MAP


​New York - Le fonds international "Éducation sans délai" a annoncé avoir approuvé 33,3 millions de dollars de subventions aux investissements à effet catalyseur, en réponse à la crise sanitaire et humanitaire qui touche le Sahel central au Burkina Faso, au Mali et au Niger, précisant que ces fonds bénéficieront à quelque 300.000 enfants et jeunes touchés par les déplacements, les conflits et les effets de la Covid-19.


Ces investissements donnent lieu à un total de 103 millions de dollars d'investissements de la part d’Éducation sans délai, approuvés le mois dernier pour les enfants réfugiés, déplacés de force, vivant dans des communautés d’accueil et autres filles et garçons vulnérables dans ces pays, ainsi que pour les enfants et les jeunes touchés par la crise en République démocratique du Congo, au Nigeria, en Colombie, en Équateur et au Pérou, précise le fonds dans un communiqué diffusé mardi à New York.

Dotés chacun de 11,1 millions de dollars, ces nouveaux programmes pluriannuels de résilience au Burkina Faso, au Mali et au Niger réuniront les acteurs des secteurs de l’humanitaire et du développement pour offrir conjointement aux enfants et aux jeunes laissés pour compte dans le Sahel central une éducation inclusive et de qualité. 

Ils s’étendront sur trois ans, avec pour objectif de mobiliser 117 millions de dollars supplémentaires sous forme de cofinancement de la part de partenaires nationaux et internationaux, du secteur privé et de fondations philanthropiques, selon la même source.

Et d’ajouter à cet égard que les filles sont touchées de manière disproportionnée par ces crises de longue durée. "C’est pourquoi les investissements d’Éducation sans délai font de leur éducation – du niveau préscolaire au niveau secondaire – une priorité, en veillant à ce que 60 % des bénéficiaires dans les trois pays soient des femmes".

Éducation sans délai souligne également la nécessité d’atteindre les personnes les plus délaissées dans les contextes de crises prolongées. Les enfants et les adolescents en situation de handicap représentent ainsi 10 % des personnes à atteindre grâce à ce financement pluriannuel.

"Au Sahel central, des millions de filles et de garçons vivent en première ligne des conflits armés, de la faim, des déplacements forcés et de la pauvreté. La Covid-19 et l’augmentation des catastrophes liées aux changements climatiques exacerbent les défis auxquels ces enfants font déjà face pour exercer leur droit à l’éducation. L’éducation représente leur seul espoir", a déclaré Gordon Brown, Envoyé spécial des Nations-Unies pour l’éducation mondiale et Président du Comité directeur de haut niveau d’Éducation sans délai.

"Toutefois, davantage de ressources financières sont nécessaires pour financer entièrement ces programmes conjoints, soigneusement conçus et adaptés aux crises, qui transformeront l’éducation dans le Sahel central, à condition que le financement soit disponible ", a-t-il souligné, dans le communiqué.