En Tunisie comme au Maroc, le tourisme frappé par le Covid regarde vers 2022

Publié le Mercredi 13 Octobre 2021 à 10:31 | AFP


Hammamet (Tunisie) - Soleil, mer et sable chaud, tout est réuni ce matin d'octobre à Hammamet pour le plaisir des touristes. Mais à l'heure des bilans, en Tunisie comme au Maroc, l'humeur est morose: la saison 2021 n'a fait que redonner un peu d'oxygène à un secteur ravagé par le Covid-19.


Haykel Akrout est directeur du luxueux Bel Azur depuis plus de 20 ans. Il fait visiter fièrement cet hôtel avec piscines et thalasso, en surplomb de la plage à Hammamet, la célèbre ville balnéaire tunisienne.

"2021 est mieux que 2020 (...) Mais ça reste deux fois moins bien que 2019, à cause des contraintes" liées au Covid-19, dit-il à l'AFP.

Après une flambée épidémique en juillet, son hôtel de 1.000 lits a dû réduire de moitié sa capacité et la Tunisie s'est retrouvée en zone rouge pour toute l'Europe, d'où proviennent ses touristes habituels, surtout Français, Allemands et Italiens.

Comme tous les Russes rencontrés au Bel Azur, Elena Bakurova a choisi le pays du jasmin pour le "très bon prix payé" pour ce "superbe endroit". Venue de Vladivostok, dans l'extrême-orient russe pour fêter ses 44 ans, elle "voulait aussi découvrir l'Afrique".

Yanis Merabti, un ouvrier lyonnais de 28 ans, a aussi opté pour la Tunisie "pour une question de prix". Mais pas seulement. "On vient tous les ans avec ma mère. La France n'est pas comme ça en octobre. On ne peut pas trouver la plage, le soleil, il fait froid."

Avec un hôtel rempli à 30%, dont 130 Russes, "on parle de survie, on n'est pas du tout dans un contexte de rentabilité", déplore M. Akrout.

La saison 2021 a connu "un très léger mieux. Mais, par rapport à 2020 - année catastrophique avec une régression de 80% -, on est très loin de l'activité normale avec une augmentation de 11% cette année", confirme à l'AFP Dora Milad, présidente de la Fédération hôtelière FTH.

Les bonnes années comme 2019, avec 9 millions de nuitées, le tourisme a représenté jusqu'à 14% du PIB, faisant vivre 2 millions de Tunisiens.

Egalement dépendant du secteur, le Maroc a connu après la réouverture des frontières mi-juin une relative embellie. Le pays comptabilisait plus de 3,5 millions d'entrées fin août contre 2,2 millions un an plus tôt, mais quatre fois moins qu'en 2019 (13 millions).

"La reprise a été particulièrement bonne dans les villes balnéaires. Mais elle a été ralentie par les restrictions imposées en août", explique à l'AFP Hamid Bentahar, président de la Confédération du tourisme au Maroc.

Sous l'effet d'un pic épidémique, le Maroc a durci les restrictions sanitaires en limitant les déplacements vers les pôles touristiques de Marrakech et Agadir (ouest).

En Algérie, où le tourisme intérieur fournit le plus gros contingent de visiteurs, l'activité des hôtels a "reculé à tout juste 25% (de la normale, ndlr) en raison de la pandémie", qui a connu un pic en juillet, selon le président de la Fédération hôtelière FNH, Ahmed Oulbachir.

Ces derniers jours, à la faveur d'une forte baisse des contaminations et décès, la Tunisie a été sortie des listes rouges du Royaume-Uni et de la France, qui a pris une mesure identique pour le Maroc et l'Algérie.

Pour l'hiver 2021, il est "déjà trop tard", estime le directeur du Bel Azur. Mais "c'est comme un gros paquebot, cela va remettre la machine en route" et permettre de "sauver la saison 2022: on pourra signer des contrats avec les tours opérateurs".

Les professionnels se préparent à une reprise tout en estimant qu'il faudra "repenser le tourisme".

La Tunisie "ce n'est plus l'image du chameau et la plage seulement. Le tourisme de masse a montré ses limites", estime M. Akrout, appelant à valoriser "des sites magnifiques totalement inexploités".

A la FTH, Mme Milad est du même avis. Elle évoque le Sud, les régions intérieures (Djebel El-Saha) ou les "côtes de Carthage", près de Tunis. Selon elle, le secteur s'est "reposé sur ses lauriers" et son développement exponentiel à partir des années 60.

Sans oublier que "le tourisme balnéaire représente 80% de la demande mondiale", et sans "éliminer ce qui a été construit", il faut donc une nouvelle "vision", défend-elle.