L'Afrique se dote d’une plateforme de suivi des attaques visant les journalistes avec le soutien de l'UNESCO

MAP - Publié le Vendredi 29 Janvier 2021 à 12:01



​Paris - Une première plateforme numérique en ligne visant à améliorer la protection des journalistes, à lutter contre les menaces et la violence à leur endroit, ainsi qu’à favoriser les mécanismes d’alerte rapide et à renforcer la capacité de réaction en Afrique sera lancée, ce vendredi, par les partenaires des médias africains avec le soutien de l'UNESCO.


Développée par des acteurs africains, la plateforme a reçu l'appui de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture par le biais de son Programme multi-donateurs pour la liberté d’expression et la sécurité des journalistes. 

"Safetyofjournalistsinafrica.africa" sera en mesure de "fournir une réponse en temps réel sur l’ensemble du continent, afin de mettre fin à l’impunité des attaques visant les journalistes africains - harcèlement, arrestations arbitraires, agressions et assassinats", souligne un communiqué de l’organisation onusienne basée à Paris. 

Elle constituera, ajoute l’UNESCO, un mécanisme de coopération qui assurera un suivi des attaques sur le continent et contribuera à la médiatisation de celles-ci ainsi qu’aux actions à envisager pour lutter contre l’impunité. 

Le dispositif assurera notamment la surveillance des menaces pesant sur l’intégrité physique ou la sécurité des journalistes et d’autres acteurs des médias, des cas d’impunité, des menaces envers la confidentialité des sources des journalistes ainsi que des restrictions à la liberté de la presse de la part des autorités judiciaires et politiques, relève l’UNESCO. 

L’initiative, qui sera lancée notamment par le président de l’UA et la directrice générale de l’UNESCO, s’inspire de la Plateforme pour la protection du journalisme et la sécurité des journalistes du Conseil de l’Europe. 

Elle sera alimentée par les actions conjointes des organisations partenaires dont quatre organes de l’UA (le Rapporteur spécial sur la liberté d’expression et l’accès à l’information de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples de l’Union africaine, le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), l’Architecture africaine de gouvernance (AAG), la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples), des organisations de la société civile, ainsi que des réseaux de médias et des partenaires de développement, en partenariat avec l’UNESCO. 


Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Tous les commentaires sont modérés. marocafrik.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture !

Le Fil | Tribune