Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain

Xinhua - le Mercredi 8 Septembre 2021 à 11:58 |

L'ONU appelle à une action immédiate pour ralentir la "saison des incendies et des inondations" dans le monde


           


New York (Nations Unies) - Alors que les événements climatiques extrêmes affectent de plus en plus de pays dans le monde, les Nations Unies ont souligné l'importance de limiter la hausse des températures à 1,5 degré Celsius au-dessus du niveau pré-industriel, l'objectif convenu par l'ensemble de la communauté internationale.

"La planète tout entière traverse une saison des incendies et des inondations", ce qui frappe principalement les populations fragiles et vulnérables dans les pays riches comme dans les pays pauvres, a déploré la vice-secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, lors d'une réunion de haut niveau sur l'action climatique. S'exprimant par message vidéo à l'occasion du Dialogue sur l'accélération des solutions d'adaptation en amont de la 26e Conférence des Parties des Nations Unies sur le changement climatique (COP26), conférence annuelle de l'ONU sur le climat qui aura lieu en novembre à Glasgow (Royaume-Uni), la responsable onusienne a relevé les impacts déjà visibles d'une hausse de 1,2 degré Celsius. "Les pays et populations du monde entier, en particulier les plus vulnérables et les moins responsables de la crise climatique, connaîtront des conséquences encore plus dévastatrices", a-t-elle averti.

"Les effets se répercuteront à travers les économies, les communautés et les écosystèmes en effaçant les bénéfices du développement, en creusant la pauvreté, en augmentant les migrations et en exacerbant les tensions", a-t-elle ajouté. Grâce à des "mesures audacieuses et décisives" en faveur d'une économie mondiale à zéro émissions d'ici à 2050, Mme Mohammed a assuré que le monde pouvait toujours limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré. "Agir maintenant, c'est une question de justice climatique.

Nous avons les solutions", a-t-elle affirmé. Elle a appelé à "des investissements considérablement accrus" dans l'adaptation et la résilience et a souligné l'importance de simplifier les règles et l'accès pour les pays les moins avancés, notamment en Afrique. A moins de 80 jours de la COP26, la vice-secrétaire générale de l'ONU a exhorté les participants à "agir dès maintenant avec audace pour les populations et la planète avant qu'il ne soit trop tard". 




Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Novembre 2021 - 15:04 Situation “désastreuse” dans les camps de Tindouf

Vendredi 26 Novembre 2021 - 14:25 Le Maroc dénonce les dérapages de Mary Lawlor