Menu
              
MAP | Publié ici le Vendredi 18 Mars 2022

Le Maroc, précurseur en matière d’investissement durable





Grâce à la clairvoyance de SM le Roi Mohammed VI, le Maroc a été précurseur sur plusieurs domaines en termes d’investissement durable, à l’intérieur du Royaume, mais aussi dans d’autres pays du continent africain, a souligné, jeudi à Marseille, le président du Conseil Régional Casablanca-Settat, Abdellatif Mâzouz.
Un investissement durable pour une relance résiliente et inclusive constitue une “ligne de conduite” du Maroc, y compris dans ses relations avec ses voisins en Afrique, a relevé M. Mâzouz qui participe au sommet Europe-Afrique, organisé sous le thème “métropoles africaines, les actrices de la relance mondiale”, dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne.
“Au Maroc du 21ème siècle, celui de SM le Roi Mohammed VI, gouverner c’est désormais prévoir et anticiper”, a souligné M. Mâzouz, lors de la première édition de ce Forum, co-organisé par la Métropole Aix-Marseille-Provence, La Tribune et La Tribune Afrique, réunissant un millier de décideurs politiques, économiques et de la société civile au Palais du Pharo dans la ville phocéenne.
Il a fait observer que par la nature “très stable de ses institutions”, le Royaume investit sur les temps longs, ce qui lui permet d’anticiper, paradoxalement, sur les urgences du développement durable.
Relevant la mise en place par le Royaume d’une gouvernance de proximité par la mise en œuvre d’une politique de régionalisation avancée, où les collectivités territoriales, régions et communes sont dotées de plus en plus de moyens pour planifier et mettre en œuvre leurs propres programmes de développement, notamment à travers des investissements durables, M. Mâzouz a souligné qu’au niveau de l’environnement, le Maroc a très vite investi dans des programmes en énergies renouvelables pour couvrir 42% de ses besoins en énergie propres à l’horizon 2030, mais aussi pouvoir en exporter vers les pays voisins et partenaires.
Il a cité à cet égard la stratégie de préservation et de développement des ressources en eau potable et d’irrigation qui a été initiée par le Souverain portant sur l’amélioration de l’efficience des réseaux de distribution, le recyclage des eaux usées, la construction de nouveaux barrages et de stations de dessalement des eaux de mer (à Dakhla, à Agadir, à Casablanca).
Le président du Conseil régional Casablanca-Settat a rappelé également le programme « zéro Mika » pour en finir avec les sachets de plastique et leur effet polluant, faisant observer que si le Maroc est connu pour être le 2ème investisseur africain en Afrique dans des secteurs tels que les télécoms, la finance, BTP, l’éducation et la santé, il investit aussi dans la durabilité avec des pays voisins du continent dans des projets tels que le Gazoduc Nigéria Maroc ; l’aménagement de la Baie de Cocody en Côte d’Ivoire ou la reconstruction du Pont Rosso pour relier le nord et le sud du Continent.
Au niveau social, M. Mâzouz est revenu sur la gestion de la crise sanitaire, grâce à la clairvoyance de SM le Roi, rappelant que le Maroc a été parmi les premiers pays au monde à assurer son auto-suffisance en masques, et en a fait bénéficier plusieurs pays amis, comme il a investi dans la prévention vaccinale généralisée et gratuite.
De même, une stratégie nationale est désormais en cours de déploiement pour atteindre une couverture médicale et sociale généralisée en termes d’assurance maladie et de retraite, à l’horizon 2026, alors que l’indemnité pour perte d’emploi suivra juste après, a-t-il ajouté, en notant que l’initiative nationale de développement humain -INDH- a permis à des centaines de milliers de familles d’accéder à des services sociaux et à des sources de revenus dans la dignité.
Il a par la même occasion insisté sur l’importance que revêt le développement durable du continent africain dans les principales stratégies envisagées par le Maroc.
Mbarka Bouaida, présidente du Conseil de la région de Guelmim-Oued Noun et de l’Association des Régions du Maroc (ARM) a également pris part en distanciel à ce sommet, rendez-vous majeur, accélérateur des transitions et des relations entre les deux continents, ayant pour objectif de rapprocher les citoyens des métropoles européennes et africaines sur des projets communs portés par la puissance publique et les entreprises.
Le programme du Forum Europe-Afrique se concentre sur le rôle des métropoles, actrices clés dans l’accélération de la coopération Afrique-Europe. Les enjeux liés au climat, le financement de l’économie verte, des startups et de l’entrepreneuriat, l’intégration économique régionale Afrique-Méditerranée-Europe, seront les principaux thèmes des débats.