Le véritable visage du polisario ! De quoi faire ouvrir grand les yeux de certains pays européens

- Publié le Samedi 13 Mars 2021 à 20:09



De nombreuses informations sûres indiquent que plus d’une centaines de terropolisariens s’activeraient au sein du groupe terroriste Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI) et que pour ce fairel’encadrement ainsi quel’endoctrinement étaientdirigés par des imams dépêchés dans les camps des réfugiés sahraouis marocains sis à Tindouf, en Algérie.


Le véritable visage du polisario ! De quoi faire ouvrir grand les yeux de certains pays européens
Cette situation constitue un facteur majeur qui fait de la zone sahélo-saharienne une menace constante pour les pays de ladite région et le Maroc en raison de l’implication d’éléments terropolisariens dans les groupuscules terroristes tels qu’AQMI et l’État Islamique au Grand Sahara.

Ces terropolisariens, passés maîtres dans la fabrication d’explosifs et de poisons mortels, sont installés durablement en Europe avec des passeports algériens et parfois même dotés de la nationalité du pays de résidence, notamment en Espagne, en France, en Allemagne, au Pays Bas, en Suède et en Belgique avec la bénédiction totale du régime algérien.

Il est à noter que les terropolisariens s’inspirent des méthodes de DAESH et constituent des cellules dormantes aptes à mener des attaques terroristes contre les intérêts du Maroc dans les pays, notamment européens, où ils se terrent.

Il a même été signalé certaines déclarations de dirigeants terropolisariens à travers lesquelles ils appelaient les membres de ces cellules dormantes à se faire exploser dans les lieux de fréquentation de ressortissants marocains pour en faire le plus grand nombre de victimes innocentes.

Cet activisme du terrorisme polisarien constitue à ne point en douter une escalade du terrorisme jihadiste en Europe ainsi qu’en Afrique et rappelle la stratégie médiatique de terreur perpétuée par DAESH au Moyen-Orient et en Europe.

Il est à signaler que les terropolisariens n’ont aucune scrupule à kidnapper, former et utiliser des enfants recrutés par des jihadistes, ce qui dénote un tournant inquiétant dans la stratégie terroriste adoptée par les mentors polisariens.

De plus, ce qui se passe actuellement dans les camps des embastillés sahraouis marocains, sis à Tindouf en Algérie, représente un stratagème pour cacher le drame humanitaire de la population de ces camps de la mort et une vaine tentative de masquer la scission en son sein.

Il est donc urgentissime pour les services sécuritaires des pays européens de surveiller de très près tout personne se déclarant être polisarien ainsi que leurs soutiens et voir même leur interdire l’accès à leur territoire pour les raisons cités en supra.

Par ailleurs, il est inutile de préciser que le Maroc ne sera point pénalisé au cas où l’Union Européenne venait à ne pas parapher ses Accords agricoles et de pêches avec Rabat.

La Chine, le Japon, la Russie ainsi que de nombreux pays d’Afrique et du Moyen-Orient seraient ravis de voir leur quotas revus à la hausse, sans oublier le peuple marocain qui verra plus de produits sur les étals de ses marchés, notamment à l’approche du mois Sacré de Ramadan.

Quant aux pays européens, il est certain que leur peuple aura à débourser très gros lors de leur course quotidienne ou hebdomadaire au cas où il trouverait les produits qu’il recherche. Une situation qui s’aggraverait au cas où les, bars, cafés et restaurants venaient à rouvrir, notamment en Espagne, en France, au Portugal, aux Pays Bas, en Belgique et en Allemagne.

N’oublions pas que les pays européens ont déjà vécu la même situation dans les années 1990 lorsque l’Accord de Pêche Maroc-Union Européenne n’avait pas été reconduit et le Maroc, pour sauver ces pauvres commerçants, restaurateurset cafetiers européens d’une faillite certaine, avait signé des Accords de gré à gré avec chacun des pays concernés pour limiter ce désastre économique.

Farid Mnebhi
Farid Mnebhi est un écrivain marocain, licencié Physique, titulaire d'une maîtrise en sciences... En savoir plus sur cet auteur

Le Fil | Tribune