AFP - le Samedi 15 Janvier 2022 à 12:15 |

Les Maliens manifestent massivement contre les sanctions ouest-africaines


Les Maliens ont répondu massivement vendredi à Bamako et à travers le pays à l'appel de la junte à manifester contre les sanctions ouest-africaines et à faire pièce aux pressions internationales qui ne faiblissent pas, ont constaté les correspondants de l'AFP.


"Aujourd'hui le monde entier voit où se trouve la légimité populaire", a déclamé le Premier ministre de transition Choguel Kokalla Maïga devant des milliers de Maliens parés aux couleurs nationales vert, jaune et rouge et massés dans la capitale sur la place de l'Indépendance.

"Toute l'Afrique regarde le Mali aujourd'hui, dans une certaine mesure le destin de l'Afrique se joue au Mali aujourd'hui", a déclamé dans une harangue aux forts accents de patriotisme, de résistance et de panafricanisme ce vétéran de la politique intronisé par les militaires à la tête d'un gouvernement dit de transition.

Choguel Kokalla Maïga, qui avait troqué pour la circonstance son habituel boubou pour l'uniforme, a convoqué l'histoire de résistance au "colonisateur" français pour dire que "ce sont les enfants, fils et arrière-petits-fils de ces hommes-là qui sont à la tête de l'Etat aujourd'hui".

"Dieu et le peuple sont avec le gouvernement de transition (...) Tous ceux qui vont se mettre contre cette transition, Dieu ne les aidera pas, Dieu va leur barrer la route", a-t-il prédit.

Au cours d'un après-midi orchestré par la junte et ses soutiens, les participants, officiels et anonymes, ont entendu différents orateurs éreinter l'organisation des Etats ouest-africains Cédéao, exalter la souveraineté malienne, faire ovationner l'armée ou réclamer le désengagement de la France.

Le nom du président Vladimir Poutine a été scandé pour exprimer le voeu, nourri par une partie de la population, d'une intervention russe. Le chef du gouvernement a remercié la Russie et la Chine pour s'être opposées mardi à l'adoption au Conseil de sécurité d'un texte soutenant les sanctions de la Cédéao contre le Mali.

"Vive Assimi (Goïta), vive Choguel (Maïga)", s'enthousiasmait Abdoulaye Yanoga, chômeur de 27 ans en parlant dans le vacarme ambiant des chefs de la junte et du gouvernement, "nous les soutenons et nous avons compris que c'est la France qui est derrière (les organisations ouest-africaines) Cédéao et Uémoa, mais ces sanctions ne passeront pas ici".

Grosse affluence aussi à Tombouctou, sur la place Sankoré, devant la mosquée, ont indiqué plusieurs Tombouctiens à l'AFP.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré une foule dense marchant et chantant derrière le drapeau national dans les rues de Kadiolo, frontalière de la Côte d'Ivoire. Scène analogue à Bougouni, également dans le sud.

Le gouvernement malien a lancé lundi, au lendemain des mesures de rétorsion "extrêmes" selon lui prises par la Cédéao, un appel "à une mobilisation générale sur toute l'étendue du territoire national".

Le colonel Assimi Goïta, porté à la tête du Mali par un premier coup d'Etat en août 2020 et investi président "de la transition" à la suite d'un second en mai 2021, a exhorté les Maliens à "défendre (leur) patrie".

Le Mali, déjà plongé dans une grave crise sécuritaire et politique depuis le déclenchement d'insurrections indépendantiste et jihadiste en 2012, fait face depuis dimanche à de lourdes sanctions de la Cédéao. Celles-ci punissent le projet des militaires de continuer à gouverner pendant plusieurs années, et l'engagement révoqué d'organiser en février 2022 des élections qui auraient ramené les civils à la tête du pays.

La fermeture des frontières de la Cédéao, l'embargo sur les échanges commerciaux (hors produits de première nécessité) et sur les transactions financières ainsi que le gel des avoirs maliens dans les banques ouest-africaines, menacent dangereusement l'économie d'un pays parmi les plus pauvres du monde, enclavé et éprouvé par les violences et la pandémie.

Les sanctions ont suscité un concert de réprobations au Mali. La Cédéao est accusée d'être un club dépassé de dirigeants coupés des populations, et l'instrument de l'étranger, dont la France, l'ancien puissance coloniale engagée militairement au Sahel.

"Nous savons les pressions, les chantages, les menaces qu'ils (les dirigeants de la Cédéao) subissent", a dit Choguel Kokalla Maïga sans spécifier de la part de qui.

Le colonel Goïta, a validé vendredi un "plan de risposte" gouvernemental aux sanctions ouest-africaines, ont indiqué ses services sur Facebook. Le plan a plusieurs composantes, diplomatiques ou économiques, disent-ils sans plus de précisions.

A la suite du chef de la junte, le Premier ministre a assuré que le Mali restait ouvert au "dialogue".

Aucune sortie de crise n'est discernable pour le moment. Des partenaires du Mali aussi importants que la France et les Etats-Unis ont apporté leur soutien aux sanctions ouest-africaines. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a indiqué jeudi que l'UE allait prendre des dispositions "dans la même ligne" que la Cédéao.

La France et les Européens, engagés militairement contre les jihadistes , veulent rester au Mali, mais ne le feront "pas à n'importe quel prix", a dit le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.