Maroc. Revue de presse quotidienne du 24/11/2020

MAP - Publié le Mardi 24 Novembre 2020 à 11:03



Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi :


Le Matin :

• Université et Enseignement supérieur : Essaouira va franchir un seuil historique (M. André Azoulay). "Essaouira se prépare à franchir un seuil historique avec la mise en place à court et moyen terme d'infrastructures universitaires et d'enseignement supérieur d'une dimension et d'un niveau scientifique marqués du sceau de l'exception", a déclaré M. André Azoulay, Conseiller de SM le Roi et Président-Fondateur de l'Association Essaouira-Mogador. S'exprimant devant le 2ème Congrès International des Territoires Innovants organisé par l'Ecole supérieure de Technologie (EST) d'Essaouira, M. Azoulay a souligné la pertinence du thème central de cette session, "De l'Intelligence en Ville à la Ville Intelligente : les nouveaux paradigmes". Une thématique à travers laquelle le Conseiller de SM le Roi a mis en relief "l'actualité et la légitimité qui s'imposent à tous et particulièrement à la Cité des Alizés qui, il y a une trentaine d'années, avait fait le choix inédit et pionnier de fonder sa renaissance sur les valeurs historiques et patrimoniales de la ville, ainsi que sur la diversité culturelle que les Souiris ont su inviter au banquet de la pensée et du développement durable". 

• La relance économique au cœur du Congrès "Digital Now". Le congrès international sur l’économie numérique,"Digital Now", est prévu pour les 15 et 16 décembre. Il adoptera cette année un format hybride, alliant présentiel et virtuel sur la plateforme online.digitalnow.ma. Le thème retenu pour cette deuxième édition est "Le Digital au service d’une relance économique vigoureuse". "Des conférenciers professionnels de grande renommée internationale sont conviés à partager et débattre avec les dirigeants d’entreprise et les cadres exécutifs du Royaume, de l’évolution numérique et du développement technologique des divers pans de l’économie", indique Le Club des Dirigeants du Maroc. "Cet événement explore les nouveaux modèles et vecteurs stratégiques dans un monde en évolution digitale. Il articule des thématiques sociétales, de smart gouvernance des territoires intelligents, de technologies, d’affaires, de marketing et d’industrie", expliquent les organisateurs.

L’Economiste :

• Changements climatiques : vers la création d’un consortium pour la recherche. Malgré son jeune âge, (4 ans) ses ambitions sont grandes. L'Université Mohammed VI Polytechnique, lancée en 2017, entend se positionner en locomotive de la recherche et d’innovation au Maroc et même en Afrique. Aujourd'hui, elle vient de lancer un consortium Inter-universitaire de formation, de Recherche et d’innovation, constitué de 6 universités marocaines, Cadi Ayyad, Mohammed V, Ibn Tofail, Ibn Zohr, Sultan Moulay Slimane, en plus de l'UM6P et l'Institut de recherche pour le développement Français (IRD). Objectif, créer un centre international des Sciences de la durabilité sur le thème de la gestion des ressources végétales, de l'eau et du sol dans le contexte des changements climatiques au Maroc et en Afrique. Le Groupement cherche à se positionner en tant que catalyseur de création et transfert de savoirs pour relever le défi de la gestion durable et efficiente des ressources végétales, de l'eau et du sol dans le continent.

• L’annonce du vaccin stimule la reprise économique. Avec le lancement imminent du vaccin contre le Coronavirus, des baromètres conjoncturels laissent augurer des signaux positifs dans plusieurs secteurs. C'est le cas, notamment pour certaines filières industrielles, dont l'automobile, l'électronique, le textile et cuir et l’agroalimentaire. Ceci, en ligne avec le redressement du taux d'utilisation des capacités de production et avec le regain d'optimisme au niveau des exportations durant le mois de septembre. Le BTP enregistre, quant à lui, une atténuation significative de la baisse des ventes de ciment, tout en présentant une évolution modeste lors des derniers mois.

Aujourd’hui le Maroc :

• Marché du halal : Nécessité de renforcer les exportations marocaines. 45ème exportateur au monde de produits halal, le Maroc a tout à gagner de cette niche. Le potentiel que recèle le pays sur ce segment est toujours sous-exploité. Seulement 810 millions de dollars sont expédiés sur le marché international, notamment vers les pays de l’Organisation de la coopération islamique (OCI). L’essentiel de ces exportations est constitué de produits alimentaires (747 millions de dollars) contre 48 millions de dollars générés par les exportations de produits pharmaceutiques et 15 millions de dollars par les produits cosmétiques. Ces chiffresont été avancés lors de la présentation de la 8ème édition du rapport sur la situation de l’économie islamique dans le monde ayant eu lieu au siège de l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX). La redynamisation de l’offre exportable marocaine sur le marché mondial du halal passe en premier par la sensibilisation des entreprises nationales aux opportunités offertes sur ce segment. 

Maroc le Jour :

• La Hongrie réaffirme son ferme attachement au règlement pacifique de la situation au Sahara. La Hongrie a réaffirmé son ferme attachement au règlement pacifique de la situation dans la région du Sahara, dans le cadre des efforts onusiens, comme le reflète la politique menée par le Royaume du Maroc. "Dans ce contexte, la Hongrie réaffirme son soutien aux efforts menés sous les auspices exclusifs des Nations Unies, en vue de parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique et durable de la question du Sahara, reposant sur la notion de compromis", indique le ministère hongrois des Affaires étrangères dans une note verbale. La Hongrie tient également à souligner sa sincère reconnaissance pour le rôle stabilisateur que joue le Maroc dans toute la région.

• Légère atténuation du rythme baissier des recettes touristiques en septembre. Le rythme baissier des recettes touristiques a enregistré une légère atténuation en septembre 2020 pour se réduire de 89,1%, après une baisse de 96,7% un mois plutôt, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF). "Suite à l'allégement des mesures de restriction aux voyages internationaux à partir du 6 septembre 2020, le rythme baissier des recettes touristiques a enregistré une légère atténuation courant ce mois, pour se réduire de 89,1%, après une baisse de 96,7% un mois plutôt", indique la DEPF dans sa note de conjoncture de novembre 2020. Cet allégement est prévu de se maintenir parallèlement à l'atténuation continue de la baisse moyenne observée durant les trois derniers mois du mouvement journalier des avions enregistré au niveau des aéroports nationaux, estime la même source.

L’Opinion : 

• "Intelaka" : Un programme de financement de projets à perfectionner. Bouée de sauvetage pour bon nombre de jeunes entrepreneurs et TPME, cherchant à surmonter les effets ravageurs de la crise, le programme "Intelaka" fait l'objet de moult critiques depuis plusieurs semaines. La réticence des banques à octroyer les crédits, le manque de communication et l'absence d'accompagnement figurent en tête de liste des griefs exprimés. Si quelque 9.500 entreprises ont pu bénéficier du programme "Intelaka" depuis son lancement en février jusqu'au 16 octobre 2020, les ambitions de milliers d'autres porteurs de projets risquent de se transformer en frustration et ce, en raison du nombre imposant des dossiers rejetés ou mis en stand-by.

• Safi : Vers la réalisation d’une nouvelle structure hospitalière multidisciplinaire. L’offre de santé au niveau de la ville de Safi sera renforcée prochainement, par l'entrée en fonction d’un hôpital multidisciplinaire, de nature à tirer vers le haut la qualité des services sanitaires publics dans la province, et à alléger la pression sur l’hôpital Mohammed V de Safi. Cette nouvelle structure, d’une capacité de 45 lits, est réalisée sur une superficie totale de 6,4 ha, dont 4,4 ha consacrés à l’hôpital et quelque 2ha dédiés au jardin public, outre un parking souterrain d’une capacité de 150 voitures.

Al Bayane :

• Mise en garde contre les conséquences des tentatives du "polisario"de violer le cessez-le-feu. Bernard Miyet, ancien Secrétaire général-adjoint de l’ONU chargé des opérations de maintien de la paix dont relève la Minurso, a mis en garde, dans un entretien à la MAP, contre les tentatives du "polisario" de violer le cessez-le-feu en déplaçant ses miliciens dans la zone tampon d’El Guerguarat, qui relie le Maroc à la Mauritanie. "Tout ce qui contribue à remettre en cause le cessez-le-feu, directement ou indirectement, est malvenu et contraire aux engagements pris", a dit M. Miyet en réaction aux tentatives du "polisario" d’entraver le trafic civil et commercial au niveau de cet axe routier vital, reliant l’Europe et l’Afrique de l’Ouest via le Maroc et la Mauritanie. 

• Le Maroc réitère son attachement aux principes fondamentaux humanitaires de la Convention sur les mines anti-personnel. Le Maroc a réitéré à Genève son attachement aux principes fondamentaux humanitaires de la Convention sur les mines anti-personnel "qui relève d'un engagement stratégique, depuis les premières phases de sa négociation, jusqu’à son adoption, et aujourd’hui encore". "Partant de cette conscience responsable, le Royaume du Maroc participe activement, aussi bien par ses Forces Armées Royales, qu’avec les experts de différents départements et la société civile, à toutes les réunions de la Convention, respecte sans relâche ses fondements et principes humanitaires et contribue de manière volontaire à son renforcement à travers la soumission volontaire du Rapport ,ational de Transparence, en vertu de son article 7", a affirmé l'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l'Office des Nations Unies à Genève, Omar Zniber qui s'exprimait au titre du débat général de la 18ème réunion des Etats Parties à la Convention sur les Mines Antipersonnel, tenue dans le courant de la semaine dernière à Genève.

Libération :

• Réduction des GES : Signature du contrat d'exécution du projet TraCs entre le Maroc et l’Allemagne. Le ministère de l'Équipement, du transport, de la logistique et de l'eau et l'Agence de coopération internationale allemande (GIZ-Maroc) ont signé un contrat d'exécution du projet de coopération TraCs Maroc, qui vise essentiellement la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur des transports. Le projet TraCs Maroc "Advancing Transport Climate Strategies in Rapidly Motorizing Countries" soutient l'évaluation et la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le secteur des transports dans trois pays que sont le Maroc, le Vietnam et le Kenya. Ce projet, qui est financé dans le cadre de l'initiative internationale sur le climat (IKI) par le ministère fédéral allemand de l’Environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire (BMU), vise également à appuyer les décideurs politiques de ces trois pays partenaires pour mettre en œuvre leurs plans d'actions sur le changement climatique dans le secteur des transports.

• Nouvelles mesures exceptionnelles contre la Covid-19 à Guelmim. Les autorités de la province de Guelmim ont annoncé une batterie de mesures préventives "exceptionnelles", à partir de lundi pour une période de 15 jours, afin d’endiguer la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19). Ces mesures ont été adoptées sur la base des recommandations émanant du Centre de coordination provincial, ainsi que de la réunion du comité de veille en charge de la gestion de la pandémie du coronavirus, qui s’est tenue samedi. En prenant en considération l’évolution de la situation épidémiologique, le wali de la région de Guelmim-Oued Noun, gouverneur de la province de Guelmim, Mohamed Najem Abhay, a décidé l’interdiction des déplacements nocturnes entre 21H00 et 06H00 du matin, sauf ceux justifiés par des raisons sanitaires ou professionnelles. Il a également été décidé de la fermeture des marchés de proximité à 17H00, des magasins commerciaux, professionnels et de service à 20H00, ainsi que des restaurants, cafés et snacks à la même heure.

Al Massae :

• CSMD: fin du processus d'écoute et de consultations, un rapport prévu début janvier. Le processus de consultations élargies mené par la Commission spéciale pour le Modèle de développement (CSMD) depuis décembre 2019, "touche à sa fin", a annoncé lundi la CSMD, qui fait savoir qu'un rapport sera remis à SM le Roi Mohammed VI "au plus tard début janvier 2021", conformément aux Hautes Orientations du Souverain. Dans un communiqué, la CSMD rappelle avoir mis en place, pendant 10 mois, un dispositif ambitieux pour recueillir les attentes des citoyens et leurs principales préoccupations en matière de développement, ainsi que leurs propositions pour le Maroc qu’ils souhaitent. A cet effet, des séances d'écoute ont été organisées pour consulter les partis politiques, les opérateurs économiques, les syndicats, les différentes composantes de la société civile, l'administration publique, les universités et les organismes internationaux spécialisés et recueillir leurs contributions, a ajouté la même source.

Al Yaoum Al Maghribi :

• La vaccination anti-Covid19 couvrira les citoyens de plus de 18 ans selon un calendrier en deux injections. L'opération de vaccination anti-Covid19 va couvrir les citoyens de plus de 18 ans selon un calendrier vaccinal en deux injections, a indiqué le ministre de la Santé, Khaled Ait Taleb. La priorité sera donnée aux staffs se trouvant en première ligne dont le personnel de la santé, les autorités publiques, les forces de l’ordre, le personnel de l’éducation nationale ainsi que les personnes âgées et vulnérables, a précisé M. Ait Taleb en réponse à une question centrale à la chambre des représentants. L’opération sera par la suite étendue au reste de la population, afin de préserver la santé publique et réduire les répercussions économiques et sociales de la pandémie, tout en garantissant un taux de couverture vaccinale de près de 80% de la population, a-t-il ajouté.

Akhbar Al Yaoum :

• ONDA: Baisse du trafic commercial des passagers à fin octobre 2020. Le trafic commercial des passagers a enregistré, sur les dix premiers mois de l'année 2020, une baisse de 70,79%, par rapport à la même période en 2019, s'établissant à 6,144 millions voyageurs, selon l'Office national des aéroports (ONDA). Le trafic international a affiché un recul de 71,87 %, du fait d'une décroissance de l'ensemble des secteurs géographiques, notamment, l'Europe (-71,06 %), l'Afrique (-71,55 %), le Moyen et Extrême Orient (-77,94 %) et l'Amérique du Nord (-75,17 %), précise l'Office dans ses statistiques mensuelles. Pour le seul mois d'octobre, les aéroports du Royaume ont enregistré une baisse de l’ordre de 82,02%, par rapport à la même période de l’année 2019, en accueillant 388.659 passagers, contre 2.161.696 passagers en octobre 2019, fait savoir l'ONDA, ajoutant que l’aéroport Mohammed V a accueilli 46% environ du trafic passager global, contre 848.373 passagers pour la même période de l’année 2019, en régression de 79,08 %. 

Assahraa Al Maghribiya :

• FemParl, une initiative pour renforcer les capacités des femmes leaders à plaider pour des politiques inclusives. L'initiative FemParl, un programme pour le renforcement interactif des compétences de la gente féminine en politique, ambitionne de renforcer les capacités des femmes leaders à plaider pour des politiques inclusives, a indiqué l'ambassadrice du Canada à Rabat, Nell Stewart. Ce programme de formation au leadership, parrainé par le gouvernement canadien, vise à encourager la participation active des femmes parlementaires dans différentes régions du monde, y compris dans la zone MENA, a expliqué Mme Stewart qui s'exprimait lors d'une réunion organisée par l'ambassade du Canada et le Club international pour le leadership des femmes au Maroc, établi par le National Democratic Institute for International Affairs (NDI), en partenariat avec le Forum des Fédérations. Ainsi, l'initiative se propose de réunir des femmes leaders et notamment des femmes parlementaires des pays d'Afrique du nord et du Proche-Orient pour les mettre en relation, afin d'échanger les expériences et de renforcer leurs capacités d'influence positive sur des législations et des politiques inclusives dans leur pays respectif, a-t-elle relevé lors de cette rencontre tenue sous le thème "l'égalité de genre et le leadership féminin pour une société plus inclusive, plus juste et plus épanouie".

Al Ahdath Al Maghribiya :

• Polyester : polémique autour des taxes imposées . En vue de préserver la compétitivité du secteur de la fibre polyester et dans l'objectif de maintenir les postes d’emploi, l’Association marocaine des fabricants de tissu non tissé a appelé à relever la taxe douanière appliquée sur le produit fini de polyester discontinu destiné au rembourrage, importé des pays asiatiques, de 2,5% à 17,5%. A noter que suite aux recommandations de la COP 22 et en application des mesures décidées par le Royaume en matière de protection de l’environnement...le groupe marocain Famacolor s’était lancé dans la valorisation de déchets de PET. Ainsi, il avait créé sa filiale Casa-Fibre, dont la construction a mobilisé un investissement de l'ordre de 120 millions et a pu générer 160.000 emplois directs et 4000 emplois indirects . 

Al Ittihad Al Ichtiraki :

• Plus de 100 personnalités influentes en Italie apportent leur soutien à la position du Maroc sur la question du Sahara. L'Organisation italo-marocaine des droits de l'Homme en Italie a lancé un appel dans lequel plus de 100 personnalités italiennes influentes du monde de la politique, de l'économie et de l'art, ont exprimé leur soutien à la position du Maroc sur la question du Sahara marocain. Ces personnalités, dont des parlementaires, des sénateurs, des doyens et des professeurs d'université, des chercheurs, des ingénieurs, des syndicalistes, en plus des associations de la société civile, des acteurs dans le domaine du sport, des spécialistes du secteur bancaire et des leaders du patronat, ont fait part de leur "soutien à la cause nationale, et de leur conviction quant à la marocanité du Sahara". L'appel dresse un récit fidèle et sincère de l'histoire de la marche pacifique menée par le Maroc dans son Sahara. L'appel met a nu également les fausses allégations dont use "le polisario" pour induire en erreur l'opinion publique, dans le but d'obtenir de l'aide humanitaire.

Al Alam :

• Immobilier : les prix baissent de 0,8% au 3ème trimestre 2020. L'indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a baissé, en glissement annuel, de 0,8% au troisième trimestre de 2020 et les transactions de 9,5%, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l'Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC). Le repli des prix reflète des baisses de 1,2% pour les actifs résidentiels et de 0,4% pour les terrains, les prix des biens à usage professionnel ayant, en revanche, progressé de 3%, précisent BAM et ANCFCC dans une note sur la tendance globale du marché immobilier au 3ème trimestre 2020. La diminution du nombre des transactions est, quant à elle, en relation avec la baisse de 15,3% des ventes des actifs résidentiels, explique la même source, notant qu'en revanche, les ventes des terrains ont quasiment stagné et celles des biens à usage professionnel ont progressé de 22,8%.

Bayane Al Yaoum :

• Sahara: l'Espagne plaide pour une solution "politique et juste". La ministre espagnole des Affaires étrangères, de l’UE et de la coopération, Arancha Gonzalez Laya, a affirmé que son pays plaide pour une "politique et juste" à la question du Sahara sur la base des paramètres de l’ONU. "Nous défendons la recherche d'une solution politique et juste qui réponde à tous les paramètres exprimés dans les résolutions des Nations unies", a souligné Mme Gonzalez Laya dans un entretien au journal ABC, publié dimanche. Dans ce sens, la cheffe de la diplomatie espagnole a mis l’accent sur l’importance du respect du cessez-le-feu et de la nomination d’un nouvel envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour qu’il "puisse fournir un canal négocié pour cette solution". S’agissant de la relation de l’Espagne avec les parties concernées par cette question, Mme Gonzalez Laya a relevé que ses contacts avec ses "homologues marocain, mauritanien et algérien sont permanents. Ils font partie du cycle des contacts très fluides, hebdomadaires".

Rissalat Al Oumma :

• Pedro Sanchez: Le Maroc souffre d'une "pression migratoire" de l’Afrique subsaharienne. Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a souligné que le Maroc, en tant que pays de transit, souffre d’une "pression migratoire" en provenance des pays d’Afrique subsaharienne. "Le Maroc et d'autres pays de transit subissent également une pression migratoire de l'Afrique subsaharienne", a indiqué M. Sanchez lors d’une conférence de presse à l’occasion de la tenue du Sommet du G20. Dans ce sens, le président du gouvernement espagnol a ajouté que son pays "consolide une politique migratoire" qui inclut le dialogue avec les pays d'origine et de transit, précisant que la visite effectuée vendredi dernier au Maroc par le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, s’inscrit dans le cadre de cette politique. L'Afrique subsaharienne subit l'impact du Covid-19 en termes de baisse du tourisme, de l'activité économique et des envois de fonds des migrants, a-t-il estimé, mettant l’accent sur l’importance d’activer "des politiques de solidarité dans tout le pays" et de renforcer la coopération avec les pays d’origine et de transit. 

Le Fil | Bulletins | Mafrik | MAG | Religion | Tribune