Maroc. Revue de presse quotidienne du 27/11/2020

MAP - Publié le Vendredi 27 Novembre 2020 à 13:55



Rabat - Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce vendredi :


Le Matin :

• Maroc-Mauritanie: ferme volonté de renforcer la coopération dans le domaine de la sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques . Le directeur général de l'Agence marocaine de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques (AMSSNuR), Khammar Mrabit, a réitéré l’engagement de l’agence dans le renforcement de la coopération au niveau régional. A l’occasion de la récente visite du nouveau Président de l’Autorité Nationale de Radioprotection, de Sûreté et de Sécurité Nucléaire de la République Islamique de Mauritanie (ARSN), Ishagh Mohamed Moussa, le Directeur Général d’AMSSNuR a réitéré l’engagement de l'agence dans le renforcement de la coopération au niveau régional et a confirmé sa pertinence dans le raffermissement de cette coopération en matière de formation, de partage des connaissances et d’expériences dans les domaines de la sûreté et de la sécurité nucléaires et radiologiques, a indiqué l’AMSSNuR dans un communiqué. Cette rencontre intervient dans le cadre de la vision clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en faveur de la coopération Sud-Sud, du co-développement et de l’intégration du continent africain, souligne la même source.

 • El Guerguarat : Plusieurs eurodéputés et d'éminentes personnalités politiques européennes appellent au soutien du Maroc . Plusieurs eurodéputés et d'éminentes personnalités politiques européennes ont lancé un appel au Haut Représentant, Joseph Borell, pour soutenir le Maroc dans ses efforts afin de garantir le libre passage des biens et des personnes dans la zone démilitarisée d’El Guerguarat. "Des parlementaires européens appartenant au Parti populaire européen, aux Socialistes et Démocrates, à Renew Europe, ainsi que plusieurs personnalités politiques ont appelé le Haut Représentant aux Affaires étrangères, Josep Borell, à soutenir la relance des pourparlers de paix sur la question du Sahara sous l'égide de ONU", rapporte le portail d’information EU Political Report, basé à Bruxelles. L’auteur de l’article, Gary Cartwright, a relevé que ces députés "ont exprimé leurs inquiétudes face à la montée des tensions après la violation de la zone démilitarisée par les milices armées du Polisario".

 Maroc le Jour : 

•  La RAM renforce ses vols internationaux au départ et vers Tanger . Royal Air Maroc (RAM) lancera, à partir du 11 décembre prochain, quatre nouvelles routes aériennes reliant la ville de Tanger à quatre métropoles européennes, à savoir Madrid, Bruxelles, Barcelone et Malaga, a annoncé jeudi la compagnie aérienne nationale. "Fidèle à ses engagements de premier transporteur aérien national et consciente de sa mission en tant qu’acteur majeur dans la promotion du tourisme marocain et dans le renforcement des liens des Marocains résidant à l’étranger avec leur mère patrie, la RAM renforce son programme de vols internationaux au départ et vers Tanger", a indiqué la compagnie dans un communiqué. S'agissant du programme des vols réservé à ces nouvelles lignes, la même source a précisé que la liaison Tanger- Malaga se fera à cinq fréquences par semaine (lundi, jeudi, vendredi, samedi et dimanche), tandis que quatre fréquences par semaine concerneront les liaisons Tanger-Madrid (lundi, mardi, samedi et dimanche), Tanger-Barcelone (mardi, mercredi, jeudi et samedi) et Tanger-Bruxelles (mardi, jeudi, vendredi et dimanche). 

 •  Bientôt des vaccins de tous types "made in Morocco" . Le Maroc ambitionne d’atteindre une autosuffisance dans la production de tous types de vaccins et d’assurer l’approvisionnement de l’Afrique subsaharienne et du Maghreb, a souligné le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb. Dans un entretien accordé à l’agence de presse russe Sputnik, M. Ait Taleb a affirmé que le Maroc ambitionne de devenir un producteur de vaccins en tous genres avec une plateforme de production vaccinale de haute technologie dans la ville technologique Mohammed VI de Tanger. Cette usine va permettre de développer des vaccins "made in Morocco" et d’assurer l’autosuffisance du pays tout en approvisionnant le continent africain et les pays maghrébins voisins, a dit le ministre.

L’Economiste : 

•  Ecoles/Universités: L’évaluation démarre . Des dysfonctionnements, l'enseignement supérieur en compte beaucoup. Dans ses rapports, la Cour des comptes en a déjà relevé en passant au crible la gestion universitaire. Néanmoins, jusqu'à présent, il n'existe pas d'état des lieux global permettant de livrer une photographie complète du secteur. Et c'est justement ce que l'Agence nationale d'évaluation et d'assurance qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Aneaq) s'apprête à réaliser. Une radioscopie de tous les établissements de l'enseignement supérieur, publics et privés, sur une durée de cinq ans. Une première au Maroc. L'Agence, qui s'est contentée de l'évaluation des filières de formation depuis son activation en 2017, s'attaque enfin aux établissements. Une première série d'évaluations a donc été lancée en juin 2020, avec 12 écoles et facultés, soit une structure par université publique. Ce sont les universités elles-mêmes qui ont proposé les établissements à évaluer. 

•  Le coût social des violences aux femmes . Les violences faites aux femmes ont un coût social. En plus des dégâts psychologiques sur les victimes et les enfants, elles ont un impact direct sur l'activité socio-professionnelle: absentéisme, baisse du rendement et de la productivité, pertes de revenus... Le Haut-Commissariat au plan a procédé à l'analyse du coût social de ce phénomène auprès des filles et femmes âgées de 15 à 74 ans ayant déclaré avoir eu des expériences de violence physique et/ou sexuelle au cours des 12 derniers mois. Les résultats de l'étude montrent l'ampleur des dégâts. Dans le cadre conjugal, 25% parmi les victimes de la violence physique et 10% parmi les victimes de violence sexuelle ont souffert de blessures et/ou de problèmes psychologiques. Les troubles d'ordre psychologique sont révélés par plus de 6% des victimes de violence physique et 79% des personnes ayant subi des violences sexuelles. La nervosité, la frustration, l'anxiété, les troubles du sommeil et une sensation de fatigue permanente constituent les conséquences psychologiques les plus courantes.

 Aujourd’hui le Maroc : 

 • Covid-19: La Russie promeut "Sputnik" au Maroc . Après la Chine, le Maroc approche la Russie. Le vaccin russe contre la Covid-19, Sputnik-V, sera également proposé sur le marché national. Dans ce sens, une réunion vient d’avoir lieu entre le ministre de la santé et des responsables russes en présence de l’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la Fédération de Russie au Royaume du Maroc, Valérian Vladimirovitch Shuvaev. L’annonce de la réunion a d’ailleurs été faite par l’ambassade russe. Dans le détail, une réunion a eu lieu à distance, mercredi 25 novembre, entre les hauts responsables des ministères de la santé de la Russie et du Maroc sur la promotion du vaccin russe Sputnik-V contre la Covid-19. Le ministre avait quelques heures auparavant abordé la question dans un entretien avec un média russe. "Pour le vaccin russe Sputnik-V, j’ai personnellement reçu récemment un représentant marocain. Maintenant, je compte discuter avec le ministre de la santé russe la semaine prochaine pour essayer de débattre de la question du vaccin à vecteur viral non réplicatif (Adénovirus) Sputnik-V, du centre de recherches russe Gamaleya", avait-il affirmé. Il s’agit du troisième type de vaccin que le Maroc compte acheter après le vaccin chinois de Sinopharm et celui produit par AstraZeneca.

• Clémentine : Les exportations en hausse de 60% . Les produits agricoles affichent une bonne performance à  l’export. Les perspectives sont  prometteuses à ce niveau et  ce, en dépit du contexte international difficile. L’ensemble des  filières atteignent des niveaux  satisfaisants à l’heure actuelle.  Citons en exemple les exportations de clémentines. Elles se  sont améliorées de 60% comparé à la campagne précédente  atteignant sur la période allant  du 1er septembre au 22 novembre un volume de 106.600 tonnes. "Cette tendance positive a concerné l’ensemble des marchés d’exportation. La campagne actuelle est marquée par une situation commerciale favorable sur les marchés internationaux pour les clémentines en  particulier, et pour les agrumes  de manière générale", a expliqué le ministère de l’agriculture, de  la pêche maritime, du développement rural et des eaux et  forêts dans un récent communiqué.  Les produits maraîchers ont  également affiché une tendance  positive à l’export. Le volume expédié vers le marché international au 22 novembre s’est apprécié de 15% arrivant à 214.500  tonnes.  

L’Opinion : 

• Coronavirus: Les syndicats mettent la gratuité au centre de la stratégie nationale de vaccination . Plusieurs syndicats ont contacté le chef du gouvernement, Saad Dine El Otmani, pour élargir le cercle des bénéficiaires de la gratuité des vaccins. Jusqu'à présent, le gouvernement n'a pas rencontré les centrales syndicales à ce sujet. Ceci dit, si El Otmani n'a toujours pas répondu aux interrogations des syndicats, le ministre de la Santé l'a fait. Dans une interview accordée à l'agence de presse russe Sputnik, Khalid Aït Taleb a noté que la vaccination sera supportée "dans sa majorité par l'État". "Elle sera gratuite pour les personnes démunies et à risque, et remboursable pour le reste des citoyens par les organismes gestionnaires", précise Ait Taleb.

• Le pommier, une filière qui contribue à une dynamique économique importante à Drâa-Tafilalet . Troisième espèce fruitière cultivée dans la région de Drâa-Tafilalet après le palmier dattier et l’olivier, le pommier est une filière qui contribue à une dynamique économique importante au niveau régional grâce surtout au chiffre d’affaire qu’elle génère et aux journées de travail créées chaque année. Cette culture a connu une large extension au niveau des zones de montagne de la région grâce aux conditions climatiques favorables (froid hivernal), aux disponibilités en terres et en eaux d’irrigation, aux subventions accordées par l’Etat à l’investissement dans cette filière et aux efforts déployés dans le cadre du pilier II du Plan Maroc vert (PMV). Ces efforts ont favorisé une progression de la superficie occupée par le pommier à Drâa-Tafilalet de 8.645 Ha en 2008 à 17.501 Ha en 2020, selon des données de la Direction provinciale de l’Agriculture à Midelt, province où 90% de la production en pommes est localisée au niveau régional.

 Al Bayane :

 • ONU: Le Maroc informe le Conseil de sécurité des derniers développements à El Guerguarat . L'ambassadeur, Représentant permanent du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, a informé les membres du Conseil de sécurité des derniers développements dans la région d’El Guerguarat au Sahara marocain, notamment l’intervention salutaire et couronnée de succès menée par les Forces Armées Royales (FAR) au niveau de ce passage frontalier. Cette opération a permis de mettre fin au blocage causé par les milices du "polisario" et de rétablir la circulation civile et commerciale au niveau de cet axe routier reliant le Maroc et la Mauritanie, a précisé M. Hilale dans deux lettres adressées à l’instance exécutive des Nations-Unies depuis le 13 novembre, et qui seront publiées en tant que documents officiels du Conseil de sécurité et consignées dans les annales de cet organe. M. Hilale a souligné, dans ces lettres, que l’action menée par les FAR, visant à mettre un terme définitif aux violations inadmissibles par le "polisario", du cessez-le-feu, des Accords militaires et des résolutions du Conseil de sécurité, à El Guerguarat, s'est déroulée de manière pacifique, sans aucune menace ou atteinte à la vie et à la sécurité des civils, précisant que cette action a eu lieu en présence de la MINURSO, qui l’a observée entièrement.

• Le Maroc appelle à l'UA au respect de la légalité . Le Maroc a appelé, mercredi à Addis-Abeba, au respect de la légalité et l’impératif de créer les conditions propices au développement dans le continent africain. L’Ambassadeur Représentant Permanent du Royaume auprès de l’Union Africaine et de la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi, qui intervenait lors de la 2ème réunion du Comité des Représentants Permanents de l’UA, préparatoire au 14ème Sommet extraordinaire de l’Union sur la thématique "faire taire les armes", qui aura lieu les 5 et 6 décembre par visioconférence, a souligné l’impératif du respect de la légalité et des décisions des Chefs d’Etat qui constituent le référentiel de l’action africaine commune. M. Arrouchi, qui s’exprimait lors de cette réunion par visioconférence, a relevé la nécessité de contrecarrer et de mettre fin aux manœuvres et visées politiques mal intentionnées qui entravent le bon fonctionnement de l’institution, au moment où les aspirations du citoyen africain en matière de paix, de sécurité et de développement, revêtent un caractère d’urgence, notant qu’il est temps de se pencher et d’explorer les voies et moyens à même d’activer les conditions propices pour le développement du continent.  

Libération : 

• Le Maroc et l'Italie expérimentent des solutions innovantes pour fluidifier les procédures d'import/export . Les ports de Casablanca et de La Spezia en Italie expérimentent de nouvelles solutions innovantes pour fluidifier les flux de marchandises et créer un couloir logistique international, dans le cadre du programme d'innovation de l'Agence Nationale des Ports (ANP), et du programme Européen FENIX. L'objectif recherché à travers ce programme consiste à optimiser et simplifier les procédures d'import/export entre les ports de l'ANP et les ports de l'Union Européenne, indique un communiqué conjoint de l'ANP, de Portnet et du port de La Spezia. Cet objectif pourra être atteint grâce à la normalisation des échanges électroniques entre les Douanes, organismes de contrôle, opérateurs de manutention, autorités compétentes aux standards internationaux à travers le guichet unique du commerce extérieur Portnet et la reconnaissance mutuelle des formalités de contrôle, ainsi que l'exploitation de nouvelles technologies telles que l'Internet des Objets (IOT), fait savoir la même source.

 • Vernissage à Salé d'une exposition collective d'art contemporain autour du patrimoine marocain . Le vernissage d'une exposition collective d'art contemporain baptisée "Expo Day" a eu lieu, mardi à Salé, à l'initiative de la plateforme des Jeunes de Sidi Abdellah "Badir Salé", mettant en avant diverses facettes du patrimoine marocain. Cette exposition collective (25-30 novembre), qui rassemble trois artistes marocains et amateurs d'art, à savoir Zineb Naou, Zakaria Bassin et Nouha Fennich, vise à mettre en avant leur passion, leur parcours, leurs techniques et particularités, ainsi qu'à renforcer les liens entre disciplines artistiques et soutenir les jeunes artistes de Salé. L'attrait de cette exposition réside dans la grande variété des œuvres exposées, notamment des œuvres figuratives, abstraites, conceptuelles, spontanées, de petit à grand format, à des prix bas ou élevés. 

Akhbar Al Yaoum :

• En temps de pandémie, les avocats peinent à organiser des élections . Le suspens est de mise chez les avocats du Maroc quant au sort de leurs élections professionnelles, prévues les 18 et 19 décembre prochain. En effet, la grande majorité des instances des juristes a rendu des décisions quant aux listes des avocats éligibles lors de ces échéances, avant de se heurter à des appels au report de ces élections en raison de certaines difficultés de gestion dans le sillage de la pandémie du Covid-19. Dans ce sens, Houcine Abbadi, avocat au barreau de Fès et vice-président de la Commission de législation à la deuxième chambre du parlement, a indiqué qu'il avait adressé une question au ministre de la justice au sujet de la position du ministère concernant la tenue des élections professionnelles dans les dates prévues, précisant que le ministre a relevé qu'une réunion se tiendra dans ce sens pour décider du sort de ces échéances.

• Vague de froid jusqu'à dimanche. La Direction générale de la météorologie (DGM) vient de publier un bulletin météorologique spécial faisant état de chutes de neige, de baisses des températures, de fortes averses orageuses et de fortes rafales de vent qui sont attendues du jeudi au dimanche. Cette forte chute du mercure est due au mouvement de l'anticyclone des açores en dehors du territoire national et à l'approche d'une dépression froide du large de l'océan atlantique. Ces deux éléments ont donné lieu à un courant aérien sud-ouest contenant un air frais et des nuages denses et pluvieux qui concerneront des zones allant de Tanger à Agadir.

Al Massae :

• Charges communes: Plus de 24 MMDH de crédits prévus en 2021. Le ministre de l'Economie, des finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, a indiqué que les crédits prévus en 2021 au titre des charges communes s'élèvent à 24,54 milliards de dirhams (MMDH) contre 24,65 MMDH en 2020. Présentant le projet de budget sectoriel du ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration devant la Commission des finances et du développement économique à la Chambre des conseillers, M. Benchaâboun a précisé que ces crédits sont destinés à couvrir plusieurs charges, notamment celles de la compensation (13,54 MMDH), ainsi que des allocations, rentes et pensions diverses pour un montant de 615 millions de dirhams (MDH), outre des participations au niveau des systèmes de la protection sociale (580 MDH). Il s'agit également de déployer 5,35 MMDH en faveur du déficit du régime des pensions militaires, les impacts financiers résultant de l'augmentation de la pension minimale, les allocations familiales au profit des retraités des régimes gérés par la Caisse Marocaine des Retraites (CMR), a-t-il ajouté. 

• Covid-19: Des comportements disparates des Bourses africaines. Les marchés boursiers africains, notamment du Maroc, de la Tunisie et de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ont eu des comportements disparates face au choc lié à la crise du nouveau coronavirus (covid-19), a relevé, mardi, le directeur général d'Attijari Global Research (AGR), Taha Jaidi. "Si l'on analyse techniquement les évolutions des trois Bourses, on constate qu'il y a une nette disparité entre elles", a souligné M. Jaidi lors d'un webinaire tenu sous le thème "Comportement et perspectives des marchés boursiers africains face à la crise sanitaire" à l'initiative d'Attijariwafa bank Corporate & Investment Banking (CIB). Et de poursuivre que "le marché marocain a dupliqué ce qui s'est passé à l'international. La Bourse de Casablanca a, en effet, connu une baisse de 27% en 24 séances seulement, ce qui est parfaitement en ligne avec ce qui s'est passé au niveau mondial".

 Al Ahdath Al Maghribia :

 • Baisse des tarifs des test Covid-19. Un accord de principe a été conclu entre les laboratoires privés et l'Agence nationale de l'assurance maladie en vue de l'adoption d'une nouvelle tarification pour les test de dépistage du Covid-19 de type PCR. Cette initiative vise à faire bénéficier une plus large frange de la population de ces tests afin de pouvoir détecter les personnes contaminées. Ainsi, le tarif du test PCR, actuellement facturé 700 DH, devrait s'établir à 450 DH dans les laboratoires privés. Dans les CHU le test sera facturé 360 DH au lieu de 500 et dans les laboratoires publics le nouveau tarif sera de 300 DH au lieu de 500 DH actuellement. Le test sérologique a, quant à lui, été fixé entre 100 DH et 200 DH au lieu de 300 dans les établissements privés, alors qu'il reste gratuit dans les laboratoires publics.

 • La pandémie peut constituer une "opportunité pour la relance économique". Le Maroc est en mesure de faire de la pandémie de la Covid-19 une opportunité historique pour favoriser son décollage économique et renforcer la cohésion sociale, en dépit des défis et contraintes en lien avec le caractère résistant du virus et la durée de sa propagation, a indiqué mercredi à Rabat le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit. Le contexte exceptionnel lié à la pandémie ainsi que la mobilisation globale des services centraux et territoriaux pour enrayer la propagation de la maladie n’ont pas entravé la poursuite la mise en place des conditions essentielles à même de garantir le succès des différents chantiers prévus pour la prochaine étape, a souligné M. Laftit, qui présentait le projet de budget du ministère au titre de l'année budgétaire 2021 devant la Commission de l'Intérieur, des collectivités territoriales et des infrastructures à la Chambre des Conseillers.

Al Yaoum Al Maghribi :

 • Le Royaume de Bahraïn annonce l'ouverture d'un consulat général à Laâyoune. Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a reçu, ce jeudi, un appel téléphonique de Son frère, SM Hamad Ben Issa Al Khalifa, Roi du Royaume du Bahreïn frère. Cet appel s'inscrit dans le cadre des relations fraternelles sincères et de l'estime réciproque unissant les deux Souverains et les deux Familles Royales, et traduit l'approche de consultation et de coordination permanentes entre les deux leaders, ainsi que les relations de coopération fructueuse et de solidarité continue entre les deux pays frères. A cette occasion, SM le Roi Hamad Ben Issa Al Khalifa a informé SM le Roi de la décision du Royaume de Bahreïn d'ouvrir un consulat général dans la ville marocaine de Laâyoune, une décision qui fera l'objet de coordination entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays. Lors de cet appel, SM le Roi Hamad Ben Issa Al Khalifa a salué les décisions ordonnées par SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, dans la région d'El Guerguarat, au Sahara marocain, et qui ont abouti à une intervention décisive et efficace pour préserver la paix et la stabilité dans cette partie du territoire marocain, et à garantir un flux normal et sécurisé des personnes et des biens entre le Royaume du Maroc et la République Islamique de Mauritanie. 

• Une femme violentée active occupée perd en moyenne 14 jours de travail par an. Une femme violentée active occupée perd en moyenne 14 jours de travail par an suite à l'incident de violence physique le plus grave subi au cours des 12 derniers mois, indique le Haut-Commissariat au Plan (HCP). Le HCP, qui vient de dévoiler les résultats relatifs au coût social de la violence à l'encontre des femmes et des filles, tirés à partir de l'enquête nationale sur la violence à l'égard des femmes et des hommes de 2019, fait savoir que plus de 14% de victimes actives occupées ont été contraintes à s'absenter de leur travail après l'incident de violence physique le plus grave. "La violence physique et/ou sexuelle dans le contexte conjugal se répercute non seulement sur la santé de la victime et son entourage, mais aussi sur ses activités socioprofessionnelles notamment par un absentéisme au travail et sur différents aspects des rapports sociaux", souligne la même source.

 Assahraa Al Maghribia :

• Laftit: la phase III de l'INDH fait partie des grands chantiers mis en œuvre par le ministère de l'Intérieur . La troisième phase de l'Initiative nationale pour le développement humain (2019-2023) fait partie des grands chantiers que le ministère de l’Intérieur veille à mettre en œuvre, a affirmé mercredi à Rabat le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit. Présentant le projet de budget de son département au titre de l'exercice 2021 devant la Commission de l'Intérieur, des collectivités territoriales et des infrastructures à la Chambre des conseillers, M. Laftit a mis l'accent sur les objectifs de la troisième phase de l’INDH, rappelant les premières assises du développement humain, tenues les 18 et 19 septembre 2019 à Skhirat en tant qu’occasion pour examiner les moyens de promouvoir le capital humain des générations montantes, de soutenir les catégories en difficulté, et de lancer une nouvelle génération d'initiatives génératrices d'emplois. Le ministre a en outre souligné que dans le cadre du programme relatif au rattrapage des déficits en infrastructures et services sociaux de base dans les espaces territoriaux les moins équipés, il a été procédé jusqu'en août dernier, à la réalisation de 541 projets pour un montant de 784 millions de DH, avec une contribution de l'INDH à hauteur de 687 MDH, bénéficiant à près de 780.000 personnes.

 • Sahara: "Tant que l’Algérie n’aura pas reconnu son rôle de partie au conflit, aucun règlement définitif ne sera envisageable". "Tant que la fiction d’un Polisario autonome n’aura pas été levée et que l’Algérie n’aura pas reconnu son rôle de partie au conflit, aucun règlement définitif ne sera envisageable", écrit mercredi le magazine Jeune Afrique. Dans un éditorial signé par son directeur de la rédaction, François Soudan, sous le titre "Sahara : l’Algérie doit sortir du déni", Jeune Afrique revient sur les derniers événements à El Guerguarat suite à l’initiative du Royaume visant à rétablir la libre circulation des biens et des personnes dans cette zone-tampon. Selon lui, "il suffit de regarder une carte pour comprendre que la réouverture à la libre circulation de la zone tampon d'El Guerguarat était vitale pour le Royaume", ajoutant que "près de deux cents camions étaient bloqués au barrage que le Polisario y avait établi, menaçant de thrombose une artère commerciale essentielle pour les exportations et les échanges entre le Maroc, la Mauritanie et l’Afrique subsaharienne".

Al Alam :

 • Seul 1% des cliniques sont concernées par les violations épinglées par l'ANAM. Dans le sillage de la polémique autour de la surfacturation exercée par les cliniques privées dans le cas de la prise en charge des patients covid-19, l’Agence nationale de l’Assurance Maladie (ANAM) a décidé de suspendre trois cliniques du mode tiers payant dans le cadre de la convention nationale conclue entre les organismes gestionnaires de l'AMO et les médecins et les établissements de soins du secteur privé. Dans ce sens, le vice-président de l'Association marocaine des cliniques privées, Hassan Afilal, a relevé que les établissements concernés par ce type de pratiques épinglées par l'ANAM ne dépassent pas 1% des cliniques privées, précisant que sur 400 cliniques privées, 26 sont aux premières lignes de la lutte contre la pandémie en prenant en charge les patients Covid-19. 

 • Les députés se penchent sur le développement des provinces du Sud . Les questions relatives au développement dans les provinces du Sud seront au menu de la séance mensuelle de politique générale à la chambre des représentants, prévue lundi prochain. Dans le cadre des dispositions de l'article 100 de la Constitution, en particulier son troisième paragraphe et des dispositions du règlement intérieur de la Chambre, le Bureau a décidé de consacrer la séance plénière mensuelle des questions de politique générale adressées au Chef du gouvernement, prévue lundi 30 novembre, au thème "les programmes de développement dans les provinces du Sud", indique la Chambre dans un communiqué, publié suite à la réunion hebdomadaire de son bureau. A cette occasion, le président de la chambre, Habib El Malki, et les membres du bureau ont souligné l'importance des projets réalisés au niveau de ces provinces, ainsi que les chantiers lancés dans le cadre d’un projet de développement intégré dans les provinces du Sud ouvrant des perspectives prometteuses pour toutes ces régions, tant sur les plans économique et social, qu’au niveau des infrastructures.

 Al Ittihad Al Ichtiraki :

 • Vaccin anti-Covid: 100.000 doses par jours à Casa-Settat. Les autorités sanitaires sont sur le pied de guerre pour se préparer à la vaste campagne de vaccination contre la Covid-19. Cette opération d'envergure devra se dérouler sur une durée de 3 mois et concernera 25 millions marocains âgés de plus de 18 ans, soit 80% de la population. Dans la région de Casablanca-Settat, qui enregistre à elle seule environ 40% des cas de contaminations recensés au Maroc, un total de 6 millions de citoyens sont concernés par cette campagne, ce qui nécessite 12 millions de doses du vaccin. Selon des sources sûres, la campagne de vaccination au niveau de Casa-Settat, se déroulera en quatre étapes, dont chacune sera réservée à une catégorie précise et durera 21 jours. Concrètement, durant les 12 semaines de l'opération, 100.000 doses seront injectées chaque jour.

 • Violence faite aux femmes: nécessité d'harmoniser la législation nationale avec les normes internationales. Le secrétaire général du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Mounir Bensalah a affirmé, mercredi à Rabat, que l'éradication de la violence faite aux femmes nécessite la mise en œuvre des principes juridiques et éthiques basés sur la tolérance et le rejet de la violence. "La lutte contre la violence faite aux femmes requiert la mise en œuvre des principes juridiques et éthiques basés sur la tolérance et le rejet de la violence, en plus de la conjugaison davantage d'efforts en vue d'assurer l'harmonisation de la législation nationale avec les normes internationales adoptées", a-t-il indiqué à l'ouverture d'un atelier de formation dédié aux avocats, autour de "la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence conjugale, entre référentiels internationaux et nationaux". M. Bensalah a, dans ce sens, souligné que "les résultats de la révision des lois demeurent tributaires du changement de la réalité sociale et culturelle et de notre capacité à lutter en faveur de l'institutionnalisation de l'égalité", notant que l'autonomisation juridique des femmes, pour qu'elles jouissent entièrement de leurs droits, entrave les efforts de lutte contre la violence à leur égard.

Bayane Al Yaoum :

  • L'intervention marocaine à El Guerguarat saluée à la Chambre des Représentants Belge. L’intervention marocaine à El Guerguarat visant à rétablir la libre circulation des biens et des personnes entre l’Europe et l’Afrique a été saluée, mercredi, à la Commission des relations extérieures (RELEX) de la Chambre des Représentants de Belgique. Interpellant la ministre des Affaires étrangères Sophie Wilmès, à l’occasion de sa présentation de la note de politique générale de son département, le ministre d’Etat-député fédéral André Flahaut a rappelé que de fortes tensions avaient eu lieu ces dernières semaines dans la zone tampon d’El Guerguarat se traduisant par le blocage par des éléments du "polisario" de "l’unique route carrossable menant à la Mauritanie". Il s’agit d’un blocage, a-t-il affirmé, qui vient remettre en cause l’accord de cessez-le-feu de 1991.

 • Parlement: Les Conseillers adoptent le projet de loi portant réforme du Crédit populaire du Maroc. La Commission des finances, de la planification et du développement économique relevant de la Chambre des Conseillers, a adopté à l'unanimité, mercredi à Rabat, le projet de loi n°32.20 modifiant et complétant la loi n°12.96 portant réforme du Crédit populaire du Maroc. Présentant ce projet de loi devant la commission, le ministre de l'Économie, des finances et de la réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, a précisé que ce projet porte sur le renforcement des organes de gouvernance du Groupe Crédit populaire du Maroc et la promotion de ses fonds propres. Il s'agit de restructurer le capital de la banque centrale populaire et de libérer une partie du capital détenu par les banques populaires régionales, qui sont des banques coopératives déployées à l'échelle de toutes les régions du Maroc, dont le capital est détenu à hauteur de 51% par la banque centrale, a-t-il noté.

Rissalat Al Oumma :

 • Aéroport d'Agadir: Chute spectaculaire du trafic des passagers. Quelque 29.085 voyageurs ont transité par l’Aéroport d'Agadir Al-Massira en octobre 2020, contre 174.557 durant la même période de l’année précédente, soit un recul de 83,34% . Cette régression s'explique par les répercussions de la crise sanitaire liée au Coronavirus et l'arrêt du trafic aérien pendant plusieurs mois, selon un communiqué de l’Office national des Aéroports (ONDA). L’aéroport de la capitale de Souss a enregistré 7,48% du total des passagers des aéroports du Royaume qui était de 388.659 passagers, contre 2.161.696 durant la même période de l’année écoulée. S’agissant des mouvements d’avions, la part de l’aéroport d'Agadir-Al Massira s’est établie à 7,52% sur 5.024 mouvements enregistrés au niveau national. 

• Attijari Global Research anticipe une légère dépréciation du dirham. Le dirham devrait connaitre une légère dépréciation d'ici la fin de l'année 2020, en raison d'un effet rattrapage des flux imports, estime Attijari Global Research (AGR). La parité EUR/MAD devrait ainsi augmenter de 0,3%, 0,6% et 1,1% respectivement à horizons 1 mois, 2 mois et 3 mois, explique AGR dans la 1ère édition de son nouveau rapport générique "MAD Insights", un point d’analyse hebdomadaire du dirham ainsi que ses perspectives d’évolution. Sur la base de ses estimations, AGR indique que le dirham devrait retrouver les niveaux enregistrés en juin 2020, soit une parité EUR/MAD proche de 10,9.  

Le Fil | Bulletins | Mafrik | MAG | Religion | Tribune