Menu
              
MAPBUSINESS | Publié ici le Mercredi 23 Février 2022

Monde rural: Le programme exceptionnel commence à être décliné





Le programme exceptionnel, élaboré par le gouvernement, en exécution des Hautes Orientations Royales, pour atténuer les effets du retard des précipitations « commence déjà à être décliné sur le terrain », a assuré, mardi à Rabat, le ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, Mohamed Sadiki.
« Le programme exceptionnel, décidé par anticipation a commencé à être décliné sur le terrain. Les différents marchés ont été lancés et toutes les procédures administratives ont été accélérées suite aux Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI », a souligné M. Sadiki qui intervenait lors d’une rencontre organisée par ledit ministère avec les professionnels du secteur agricole, représentés par les chambres d’agriculture et certaines fédérations interprofessionnelles.
S’agissant de la première composante de ce programme, relative au soutien direct aux agriculteurs et aux éleveurs, le ministre a fait savoir que cela se fera à travers sept domaines d’intervention consistant à sauver le bétail en ce qui concerne les fourrages subventionnés, l’abreuvement du cheptel et le suivi de l’état de santé des moutons.
Il s’agit, également, de l’appui à l’irrigation d’appoint des plantations qui ont moins de 5 ans pour pouvoir sauver les programmes et les projets d’agriculture solidaire ainsi que les aménagements hydro-agricoles surtout dans certaines zones montagneuses, pour économiser l’eau mais également pour créer de l’activité et de l’emploi dans le milieu rural, a-t-il précisé.
Pour ce qui est de la deuxième composante, concernant l’assurance agricole, M. Sadiki a fait observer que son département en collaboration avec la Mutuelle agricole marocaine d’assurances (MAMDA) œuvreront ensemble pour accélérer la procédure d’indemnisation de l’ensemble des exploitations assurées, notamment pour les agriculteurs ayant perdu leur production, tout en précisant que l’indemnisation va commencer à partir de la deuxième moitié du mois d’avril au lieu de juillet.
Pour ce qui est de la 3ème composante qui concerne le financement, le ministre a expliqué que la banque fera en sorte de rééchelonner et traiter l’endettement des agriculteurs surtout des petits et moyens agriculteurs, ainsi que la mise en place de nouveaux produits pour le financement de la campagne printanière avec « un budget assez important » en plus de la préparation de la campagne prochaine et l’accompagnement de l’approvisionnement du pays, surtout en termes de céréales.
Après avoir rappelé que le financement du comblement des besoins du marché en céréales et en aliments de bétail se fera selon les mécanismes de contrôle et de suivi arrêtés avec les services concernés, notamment l’Office national interprofessionnel des céréales et des légumineuses (ONICL), M. Sadiki a fait savoir que l’ouverture des marchés est prévue pour vendredi prochain, suivie immédiatement par l’arrivée de l’orge chez les différents producteurs.
Le ministre a, par ailleurs, précisé qu’en plus de cette opération, une autre opération sera lancée à travers les services régionaux qui ont déjà des marchés qui sont en cours, situés dans les zones les plus affectées et lesquels sont déjà en train de distribuer l’orge subventionné.
S’attardant sur le plan procédural, le ministre a expliqué que pour « simplifier et faire vite », il est crucial de travailler par guichet vert, sans commissions locales comme c’était le cas auparavant, pour ne pas alourdir la procédure.
Et de soutenir que le programme va démarrer sur l’ensemble des territoires en fonction des besoins de chaque région. « Il y a des provinces qui sont plus affectées comme il y en a d’autres qui peuvent attendre. Tout est programmé et on sait comment approvisionner au fur et à mesure les quantités, a-t-il dit, tout en rappelant que les marchandises seront disponibles sur les lieux à partir de la semaine prochaine.
Dans ce même contexte, Tariq Sijilmassi, président du directoire du Groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM), a souligné que les 6 milliards de dirhams (MMDH) mobilisés par le CAM en faveur du déploiement du programme gouvernemental de lutte contre les effets de la sécheresse, ont la particularité « d’être bien adaptés aux besoins de la situation actuelle ».
« Entre le financement des cultures printanières à travers le Produit « Filaha Rabiia », le financement et l’entretien de l’arboriculture via le produit « Al Ghars », le financement de la sauvegarde du cheptel via le Produit « Laksiba » et l’accompagnement financier des investissements innovants en matière d’eau et d’irrigation », M. Sijilmassi a affirmé que le CAM fera en sorte de mobiliser toutes les ressources nécessaires pour traverser cette crise agricole avec le minimum de dégâts.
Pour sa part, le vice-président de la Confédération de l’Agriculture et du développement rural (Comader), Rachid Benali a relevé que ce programme traduit avant tout « l’interaction rapide et salvatrice » du Souverain avec la situation que traversent les agriculteurs. Une réaction, qui, selon lui, ne peut que soulager l’agriculteur, sa trésorerie et son élevage.
Il a, à cet effet, relevé que l’enveloppe accordée aux agriculteurs assurés, ne peut que leur redonner espoir pour se préparer à la prochaine saison, tout en émettant le souhait d’avoir des pluies dans les prochains jours, pour sauver les cultures printanières, le pâturage pour l’élevage, l’irrigation des arbres fruitiers et alléger par ricochet la souffrance du secteur agricole marocain.
A rappeler que le programme exceptionnel nécessitera au total une enveloppe financière estimée à 10 MMDH.



Tags : Monde rural: