Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain

MAP - le Vendredi 12 Novembre 2021 à 12:03 |

Pedro Canales : L'Algérie "contrôle et arme" le polisario pour porter atteinte au Maroc


           

Madrid, 11/11/2021 (MAP) - Le régime algérien « contrôle et arme » les séparatistes du polisario pour nuire aux intérêts du Maroc, souligne l’expert espagnol en géopolitique, Pedro Canales.


« L’Algérie contrôle, soutient, arme et accueille le polisario sur son sol » pour porter atteinte à son voisin le Maroc, a relevé M. Canales qui était l’invité d’une émission sur la radio espagnole « Onda Cero », ajoutant que, loin de défendre les thèses du polisario, les manœuvres du régime algérien visent à déstabiliser le Maroc.

« Franchement, d'après mon expérience sur cette question (…) je peux assurer que le régime algérien ne fait pas confiance au polisario, mais veut toujours l'exploiter pour réaliser ses objectifs » tendant à attaquer le Maroc, a-t-il dit.

Les militaires qui sont aux commandes en Algérie cherchent toujours l’escalade avec le Maroc faisant fi de l’histoire et de la réalité qui confirment les sacrifices réalisés par le Maroc en faveur de l’indépendance du peuple algérien, fait observer M. Canales, ancien correspondant de plusieurs médias espagnols au Maroc et éditorialiste du magazine « Atalayar ».

Commentant la décision unilatérale d’Alger de ne pas reconduire le contrat d’approvisionnement de l’Europe en gaz, via le gazoduc Maghreb-Europe (GME) transitant par le Maroc, M. Canales a indiqué qu’il s’agit d’une « erreur stratégique » parce que son « objectif principal, comme l'Algérie l'a admis, était d'étouffer l'économie marocaine, et de porter un coup sévère, sinon fatal, au tissu industriel du Maroc».

Toutefois, a assuré l’expert espagnol, cet objectif n'a pas été réalisé et ne peut pas être atteint, d'abord parce que le gaz ne représente qu'un petit pourcentage de la production énergétique du Maroc et, ensuite, parce que le Maroc peut facilement compenser cette perte de gaz à travers ses ressources énergétiques et ses contrats avec d’autres pays.