Menu
              
MAP | Publié ici le Samedi 23 Avril 2022

Principaux points du rapport du CNDH sur l’effectivité du droit à la santé au Maroc





Voici les principaux points du rapport thématique sur "l'effectivité du droit à la santé: Défis, enjeux et voies de renforcement", présenté vendredi à Rabat par la présidente du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH), Amina Bouayach.

- Les efforts visant à améliorer l'accès au droit à la santé pour tous les citoyens doivent s'appuyer sur une stratégie nationale de santé faisant partie intégrante de la politique générale de l'État.

- Le Conseil propose que cette stratégie repose sur quatre piliers fondamentaux à savoir: le devoir de l'Etat à protéger, l'adoption d'une approche multisectorielle, assurer la durabilité et la sécurité humaine et la réduction des disparités sociales et territoriales.

- Le renforcement de la gouvernance du secteur de la santé au niveau des structures hospitalières, au niveau des ressources humaines et financières, et au niveau de l'industrie pharmaceutique nationale.

- L'adoption d'un système de santé qui serait basé sur les soins de santé primaires afin de faire face aux problématiques et aux coûts excessifs résultants de l'approche curative, tout en portant une attention particulière et rénovée aux groupes vulnérables, en particulier la mère et l'enfant, la santé reproductive et sexuelle, les personnes en situation d' handicap, les personnes âgées , les migrants et les réfugiés, la santé psychologique et psychiatrique et la couverture médicale universelle.

- L'importance de la formation et la recherche scientifique comme levier à même de renforcer la souveraineté nationale dans le secteur de la santé, à même d'identifier les éléments d'une stratégie nationale pérenne et intégrée en vue de consolider l'effectivité du droit à la santé.

- La nécessité de rompre avec la perception de la santé en tant que secteur social et d'adopter une approche intégrée et multisectorielle, en identifiant les croisements et les éléments d'influence mutuelle entre les problèmes de santé d'une part, et les déterminants économiques et sociaux et les enjeux liés aux politiques de l'éducation, de l'emploi, du logement, de. l'environnement, des modes de vie et de l'alimentation, d'autre part.

- La corrélation entre la consolidation de la décentralisation et la politique de santé, qui devient l'une des composantes de la stratégie de promotion de la justice spatiale.

- La mise en place de structures qui permettraient l'élaboration d'approches et de stratégies inscrites dans le long terme en matière des politiques publiques de santé.