Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Revue de la presse quotidienne internationale africaine du 13/09/2021

Publié le Lundi 13 Septembre 2021 | MAP



​Dakar - Plusieurs sujets d'actualité font la Une de la presse africaine de ce lundi qui focalise notamment sur les prochaines élections locales au Sénégal, la coopération économique entre le Gabon et la France, la situation humanitaire dans l'Etat régional d'Afar en Ethiopie, l'assouplissement des restrictions liées à la COVID-19 en Afrique du Sud et la lutte contre le paludisme au Rwanda. Au Sénégal, les quotidiens commentent l'annonce faite samedi par la société des pétroles « Petrosen » du forage "avec succès" du premier puits de pétrole de Sangomar et s’intéressent aussi aux prochaines élections locales prévues en 2022 dans ce pays de l’Afrique de l’ouest.


« L’Observateur » rapporte les propos du directeur général de « Petrosen Holding », Mamadou Faye qui affirme que « Ce nous avons trouvé est plus que rassurant », soulignant qu’aujourd’hui c’est le premier forage horizontal au Sénégal qui « a été conclu avec succès, parce que c’est pour la première fois qu’on a un gisement exploitable de cette dimension.

Le quotidien note que le premier baril de pétrole du gisement de Sangomar, découvert en 2014 et dont la campagne de forage a débuté le 30 juin 2021, est attendu en 2023 relevant que les résultats annoncés par la société « sont au dessus des attentes’’.

Quant au journal « Le Soleil », il s’intéresse aux élections locales prévues dans le pays, et cite le Maire de Zinguinchor (Sud du Sénégal) et membre de la Coalition présidentielle qui assure que la majorité gagnera ce scrutin « si elle s’unit autour de l’essentiel» .

« WalfQuotidien » souligne, pour sa part, que les regroupements politiques en perspectives des élections locales sont « très hétéroclites ».

« Ce sont des coalitions constituées, pour la plupart, de personnes que tout ou presque oppose », écrit le journal sénégalais, relevant que les alliances électorales sont conjoncturelles et jamais structurelles « et que les hommes politiques laissent de côté leurs idéologies, leurs croyances et leurs principes « pour un intérêt ou un objectif bien défini ».

Au Gabon, le quotidien "L'Union" rapporte que René Aboghe Ella a été promu à la tête de la Cour des comptes et Moutelet Nguele au Conseil d'Etat, au cours d'un Conseil supérieur de la Magistrature, présidé par le président gabonais Ali Bongo.

"Pour ainsi dire, c'est une véritable page qui se tourne à la tête de la plus haute juridiction en matière de contrôle des finances publiques", écrit la quotidien.

Sur un autre registre, le quotidien relève que le Gabon et la France viennent de convenir de la création d'un Forum d'affaires pour la mise en place de chaînes de valeur durables en Afrique.

Cette décision a été prise en marge du congrès mondial de l'union internationale pour la préservation de la nature (UICN) tenu à Marseille du 3 au 11 septembre auquel le ministre gabonais des affaires étrangères a pris place aux côtes de son homologues français, précise "L'Union".

Son confrère "Gabon Matin" s'attarde sur l'interpellation par une équipe d'intervention composée d'agents de la police judiciaire (PJ), des eaux et forêts, appuyés par des membres de l'ONG Conservation Justice de deux présumés trafiquants après avoir reçu l'information d'une transaction illicite d'ivoire.

"les indélicats étaient en possession de quatre pointes d'ivoire destinés au commerce illicite et ont été placés en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Mouila (Ngounié) en attendant leur transfert à Libreville où ils doivent comparaître devant le parquet spécial.

Le même quotidien avance que le Gabon amorce une troisième vague de la Covid-19, notant que cette vague se caractérise par la présence de plusieurs variants dont le plus préoccupant est le variant delta qui sévit le pays.

Citant les autorités l'article indique que cette troisième vague risque d'avoir un impact économique, sanitaire et social beaucoup plus lourd que les précédentes.

Au Mali, le journal "Les échos" rapporte que deux cas de choléra ont été enregistrés dans la ville d'Ansongo dans la région de Gao, au nord du Mali.

Le journal ajoute que les autorités ont mené des opérations d'isolement et de traitement des cas, ainsi que des campagnes de sensibilisation au profit de la population locale, les exhortant à respecter strictement les règles d'hygiène, d'autant plus que le choléra est une maladie très contagieuse qui se propage rapidement.

"Lesor" écrit, quant à lui, que les gouvernements du Danemark et de la Norvège ont accordé au Mali un don de 79 200 doses de vaccins anti-Covid 19 via le programme covax.

Ces doses ont été transportées au cours du week-end via l'aéroport de Bamako.

En Ethiopie, +ETHIOPIAN MONITOR+ s'intéresse à la situation humanitaire dans l’Etat régional d’Afar en rapportant que le Centre national de coordination des situations d'urgence a fourni une aide humanitaire d'une valeur de 102 millions de Birr (01 dollars = 44 birr) aux personnes déplacées dans cet Etat régional.

Le média éthiopien relève que les récentes incursions des rebelles du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF) dans les Etats régionaux d'Amhara et d'Afar ont causé le déplacement d’au moins d’un demi-million de personnes.

Côté sport, +FANA BC+ revient sur l’exploit de l'athlète éthiopienne Senbere Tefere qui a battu dimanche le record du monde du 5 kilomètre sur route à Herzogenaurach en Allemagne.

La vice-championne du monde du 5 000 m en 2015, s'est illustrée avec un temps record de 14'29'', souligne le média éthiopien.

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ focalise son attention sur les efforts déployés par le gouvernement rwandais pour lutter contre le paludisme, indiquant que les cas de cette maladie infectieuse ont enregistré une baisse spectaculaire au cours des dernières années, chutant de 71% entre 2016 et 2021.

Malgré cette baisse remarquable, les cas de cette maladie potentiellement mortelle causée par des parasites transmis par des piqûres de moustiques sont restés élevés dans certaines régions du pays, notamment dans l'Est du pays, écrit le journal, citant le chef du département de prévention et de contrôle des maladies au Centre biomédical du Rwanda.

Face à cette situation, les autorités rwandaises viennent de lancer une vaste campagne de pulvérisation intradomiciliaire résiduelle d'insecticides ciblant 12 districts à travers le pays, particulièrement dans l’Est, ajoute la publication.

Le média précise que les cas de paludisme à l’échelle nationale ont diminué de 4,6 millions en 2017 à 1,4 million en 2021, attribuant ce résultat "positif" aux efforts du gouvernement pour la cartographie des sites de reproduction des moustiques et la pulvérisation et la destruction des gîtes larvaires.

En Afrique du Sud, +City Press+ indique que le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a annoncé dimanche l'assouplissement des restrictions imposées dans le cadre de la troisième vague du covid-19 que traverse le pays.

En passant au niveau 2 ajusté du confinement à partir de lundi, les rassemblements seront désormais limités à 250 à l’intérieur et 500 à l'extérieur, les funérailles restent limitées à 50 personnes, alors que le couvre-feu sera mis en place de 23h00 à 04h00, précise le journal.

Selon Ramaphosa, ajoute-t-il, la troisième vague d'infections n'est pas encore terminée, précisant que les nouvelles mesures seront revues durant les deux prochaines semaines pour une éventuelle modification.

Pour sa part, +SA News+ revient sur les propos du Commissaire à la Fonction publique, Michael Seloane, qui a déploré que la corruption demeure encore «endémique» et «généralisée» dans la Fonction publique en Afrique du Sud.

«Le secteur public est terni par les scandales de corruption, l'abus de pouvoir et l'abus d'autorité», ajoute le quotidien en citant M. Seloane qui s'est exprimé lors de la publication d'un rapport trimestriel sur «Le pouls de la Fonction publique».

Par ailleurs, rappelle la publication, M. Ramaphosa a reconnu que le phénomène de «la capture de l'Etat», qui renvoie à la corruption généralisée qui avait gangrené le pays durant le mandat de l'ex-président Jacob Zuma, a eu un «effet toxique» sur la plupart des institutions de l'Etat.