Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Revue de la presse quotidienne internationale africaine du 14/09/2021

Publié le Mardi 14 Septembre 2021 | MAP



​Dakar - Plusieurs sujets d'actualité font la Une de la presse africaine de ce mardi qui focalise notamment sur l'attaque lâche et barbare perpétrée contre un convoi commercial marocain au Mali, la visite au Sénégal du nouveau procureur de la Cour pénale internationale (CPI), la destruction par les rebelles du front de libération du peuple du Tigray de plusieurs écoles en Amhara en Ethiopie et la crise qui frappe le secteur touristique dans la ville du Cap en Afrique du Sud.


Au Mali, les journaux se sont attardés sur le communiqué du ministères malien des affaires étrangères et de la Coopération internationale, qui a vivement condamné "l'attaque lâche et barbare" perpétrée samedi contre un convoi commercial marocain, faisant deux morts.

Le journal "Lessor" indique que le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Abdoulaye Diop a accordé une audience à l'Ambassadeur du Maroc au Mali, M. Hassan Naciri.

Le chef de la diplomatie malienne a, "au nom du Président de la transition, Chef de l'Etat, SE le Colonel Assimi Goita, vivement condamné l'attaque lâche et barbare perpétrée par des individus armés non identifiés", précise la publication.

Le ministre malien, poursuit le journal, a mis en avant la volonté des autorités maliennes d'interpeller les auteurs et de les traduire devant la justice, tout exprimant la compassion et la solidarité du Mali avec le gouvernement et le peuple frère du Maroc

Le journal "Info-Matin" relève que depuis l'attaque, les ministères en charge de la sécurité, de la défense et de la santé ont tous pris des mesures appropriées, chacun dans son domaine, faisant part de l’engagement des autorités maliennes à tout mettre en oeuvre pour retrouver les coupables et élucider les circonstances de l'attaque.

Au Sénégal, les journaux reviennent sur l'enquête publiée sur les conditions de vie des ménages au Sénégal et la visite officielle effectuée dans ce pays par le nouveau procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Karim Khan.

« Six millions de Sénégalais sont pauvres » , titre le quotidien "Les Echos", soulignant qu’il ressort de l’enquête harmonieuse sur les conditions de vie des ménages au Sénégal réalisée par la Commission de l'UE que le taux de pauvreté monétaire est estimé en 2018-2019 à 37,8 pc soit 6.032.379 de pauvres avec une pauvreté plus accentuée en milieu rural, 53,6 pc contre 19,8 pc en milieu urbain.

Le journal "L’AS" écrit , pour sa part, que qu’entre 2018 et 2019, le nombre de pauvres a connu une hausse puisqu’il est passé de 5,8 millions à plus de 6 millions de personnes, selon les résultats de l’enquête réalisée par l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD).

« Les pauvres en hausse », titre de son côté le journal « Le Quotidien » soulignant que de 42,8 pc de la population vivant en dessous du seuil de pauvreté en 2011, le taux de pauvreté s’établit à 37,8 pc en 2018/2019 soit une baisse de 5 points de pourcentage.

Quant au Quotidien « le Soleil », il titre « le Sénégal est un exemple pour la justice internationale », en citant les propos du Procureur du CPI Karim Khan, qui a accordé une interview à ce média en marge de cette visite.

Le Sénégal est devenu une grande icône de la justice internationale et c’est pour cette raison qu’il a réservé sa première visite officielle à notre pays, se félicite le journal sénégalais citant les propos de Karim Khan qui a été reçu vendredi dernier en audience par le président Macky Sall. ''je salue le partenariat avec le Sénégal . Pour plusieurs raisons ce pays a un grand standing. L'année prochaine, le Président Macky Sall va assurer la présidence de l'Union africaine, j'espère pouvoir activement collaborer avec lui ", a dit M. Khan au quotidien.

Au Gabon, le journal "L'Union" rapporte que le Conseil des ministres, réuni lundi, sous la présidence du chef de l'Etat, Ali Bongo, a été marqué par l'adoption de près d'une dizaine de projets de textes dont celui d'ordonnance portant création du Haut Commissariat de la République.

"Ce nouvel organe qui doit assister le président de la République dans l'évaluation, le suivi, la mise en œuvre de son action politique sera attaché à lui. Ses membres lui rende directement compte", explique le quotidien.

Dans un autre contexte, le journal fait savoir que le ministre gabonais de la défense, M. Micheal Moussa Adamo, a séjourné à Oyem, accompagné d'une délégation composée essentiellement de hauts gradés et ce, pour toucher du doigt les conditions de travail des forces de défense et sécurité (FDS) dans le Woleu-Ntem.

En présence également du ministre de la Santé, Guy-Patrick Obiang Ndong, les deux responsables gouvernementaux se sont rendus au stade Engong, à l'hôpital hansénier d'Ebeign, précise l'article, ajoutant que le ministre de la défense a aussi survolé en hélicoptère plusieurs zones frontalières, avant de se rendre au camp des sapeurs-pompiers, à la légion nord de la gendarmerie et au camp militaire d'Eyenassi.

De son côté, "La Calotte" fait savoir que le ministère de la Santé a drastiquement sanctionné des responsables du centre de traitement ambulatoire (CTA) et de l'Office national pharmaceutique (OPN) pour distribution des antirétroviraux, dont la date de péremption est dépassée, aux personnes vivant avec le VIH-Sida.

Le ministère de la Santé, poursuit la publication, tout en condamnant un fait ne "relevant pas de l'éthique et de la déontologie médicales" a lancé le 10 septembre une enquête interne au sein de l'ensemble des CTA et OPN sur le stockage et la dispensation des antirétroviraux.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ s'intéresse aux attaques des rebelles du front de libération du peuple du Tigray (TPLF) dans la région d’Amhara qui ont détruit plusieurs écoles et collèges dans cet Etat régional.

«Les terroristes du TPLF ont entièrement détruit 260 écoles dans l'Etat régional d'Amhara », relève le journal, notant que 2511 établissements d’enseignement ont également été partiellement endommagés en raison des attaques des « terroristes » qui ont ciblé des civils dans la région.

Les collèges et écoles détruits avaient une capacité d'accueil de plus d'un million d'élèves, souligne le quotidien qui cite un responsable du département de l’éducation.

«Le TPLF a détruit plusieurs infrastructures, pillé des institutions et des propriétés privées dans toute la région », ajoute le journal.

Dans un autre article, le journal s’élève contre certains médias internationaux qui, contrairement au Tigray, ne se sont pas intéressés aux «atrocités commises par les terroristes du TPLF dans certaines parties des Etats d'Amhara et d'Afar».

Citant le Directeur de l'Autorité éthiopienne des médias (EMA), Mohammed Idris, le quotidien note que «ces médias n'ont pas manifesté d'intérêt pour rapporter les atrocités commises par les terroristes du TPLF dans certaines parties des États d'Amhara et d'Afar malgré la situation de sécurité à faible risque dans ces deux États par rapport au Tigray ».

Le journal a rappelé que divers médias internationaux avaient accusé le gouvernement fédéral de ne pas leur autoriser l'accès à l'État du Tigré. Et après avoir obtenu l'autorisation, ces médias internationaux ont diffusé des informations erronées sur l'opération d'application de la loi menée par le gouvernement fédéral.

Sur un autre registre, +ETHIOPIAN MONITOR+ revient sur la coopération entre l’Ethiopie et le Kenya dans le domaine de l’électricité en focalisant sur la rencontre tenue à Addis-Abeba entre le ministre éthiopien de l'Eau, de l'Irrigation et de l'Énergie, Seleshi Bekele, et le ministre kenyan de l'Énergie, Vharles Keter.

Les deux parties ont discuté du projet d'interconnexion énergétique entre les deux pays voisins avec un investissement de 1,3 milliard de dollars, relève le média éthiopien.

En Afrique du Sud, +City Press+ revient sur la crise qui frappe le secteur touristique dans la ville du Cap, considérée comme l'une des destinations les plus prisées du pays.

Le journal relève ainsi que la pandémie de la Covid-19 a eu un impact énorme sur le secteur au cours des 18 derniers mois, notant que les professionnels du tourisme espèrent qu'avec l'annonce dimanche du président Cyril Ramaphosa d'un assouplissement des restrictions, davantage de touristes visiteront la ville.

Citant James Vos, membre du Conseil de la Mairie du Cap, la publication a noté que même le tourisme intérieur a été sévèrement affecté par la crise sanitaire, précisant que malgré les efforts déployés pour atténuer ses effets pour les petites et moyennes entreprises, les dégâts n'ont pas pu être évités.

Pour sa part, +Eyewitness News+ s’arrête sur une enquête menée par l’Observatoire de la Province de Gauteng portant sur la qualité de vie dans la province, qui abrite la capitale Pretoria et la ville de Johannesburg.

Selon l’enquête, la pandémie a inversé une tendance positive de lutte contre la pauvreté dans la province, qui constitue le cœur battant de l'économie sud-africaine, déplorant que la qualité de vie s’est dégradée de manière significative durant les dernières années.

Citant le directeur de recherche de l'Observatoire, Graeme Gotz, la publication signale que «le principal facteur qui a fait baisser la qualité de vie globale mesurée est le niveau de satisfaction des citoyens par rapport aux actions du gouvernement, en se dégradant de 51 à 40 points».

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ s'arrête sur les efforts déployés par le gouvernement pour accélérer la campagne nationale de vaccination contre la Covid-19, indiquant que le Centre biomédical du Rwanda (RBC) procédera, ce mardi, au lancement de la phase d'administration de la deuxième dose des vaccins anti-covid.

Le journal, qui cite un responsable du ministère de la Santé, écrit que cette opération cible uniquement les personnes ayant reçues la première dose lors de la phase précédente de vaccination de masse, faisant savoir qu’un total de 37 centres de vaccination seront installés à travers le pays pour réussir cette campagne d’envergure

A ce jour, un total de 1.808.973 personnes ont reçues la première dose, tandis que 974.140 personnes ont reçu les deux doses nécessaires à la vaccination complète, précise la publication selon laquelle le gouvernement prévoit de vacciner 60% de sa population (7,8 millions de personnes) d'ici juin 2022.

Sur un autre registre, +KT Press+ rapporte que la compagnie nationale Rwandair desservira deux nouvelles villes congolaises à partir du mois prochain, à savoir Lubumbashi et Goma, indiquant qu’un Bombardier CRJ Series et un Havilland Dash 8 seront mobilisés.

Selon le journal, le transporteur aérien est à la recherche de nouveaux marchés pour propulser le réseau de la compagnie aérienne et améliorer le choix de destinations et de routes, notamment en Afrique subsaharienne.