Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain

Revue de la presse quotidienne internationale africaine du 21/09/2021


MAP - le Mardi 21 Septembre 2021 à 12:46 |

           

​Dakar - Plusieurs sujets d'actualité attirent l'attention des quotidiens africains de ce mardi qui abordent notamment la baisse drastique des nouvelles contaminations au coronavirus et l'affaire du trafic présumé des passeports diplomatiques au Sénégal, la présentation en Côte d'ivoire du rapport annuel 2020 sur l’état des droits de l’homme, la visite au Mali de la ministre française des Armées, le rejet par la Cour constitutionnelle en Afrique de la requête du parti de l'Alliance Démocratique (DA) contre la Commission électorale indépendante concernant la réouverture des listes électorales avant le scrutin communal du 1er novembre ainsi que les attaques en Ethiopie des rebelles du front de libération du peuple du Tigray contre plusieurs zones des Etats régionaux d'Amhara et d’Afar.


Au Sénégal, la baisse drastique de nouvelles contaminations au nouveau coronavirus dans le pays et l'affaire de trafic présumé de passeports diplomatiques font la Une des quotidiens nationaux.

Sous le titre "La nouvelle courbe de l'espoir", le journal ''le Soleil" écrit la troisième vague de Covid qui a fait plus de 600 morts entre mai et septembre au Sénégal est-t-elle derrière nous?.

"En tous cas, le pays a enregistré lundi le plus bas taux de nouvelles contaminations liées au virulent virus Delta", souligne le quotidien, qui, en citant les chiffres du ministère de la santé, indique que neuf nouveaux cas positifs ont été notifiés aux autorités sanitaires ces dernières 24 heures sur 1479 tests réalisés, "ce qui représente un taux de positivité de 0,60%".

Aucun cas de décès n'a été enregistré dimanche, ajoute, de son côté, "SudQuotidien", qui note que le Sénégal compte depuis le début de la pandémie 73.654 cas positifs, dont 69.800 ont été déclarés guéris et 1.845 décédés et 1924 malades sous traitement.

Depuis le lancement de la campagne de vaccination en février dernier au Sénégal, 1.219.834 personnes ont reçu au moins une injection, selon le ministère cité par les quotidiens.

Le journal "L'Observateur" s'intéresse quant à lui à l'affaire de trafic présumé de passeports diplomatiques et souligne que "même si aucune communication officielle n'est faite" sur "cette affaire impliquant deux députés, "en coulisse on travaille sur des schémas pour traduire ces parlementaires mis en cause devant la justice".

"Libération" rapporte, à cet égard, qu'"au delà des poursuites attendues contre les deux députés mis en cause, l'affaire El Hadji Diadie Kondé devrait permettre aux plus hautes autorités dont le président qui a réclamé une enquêté exclusive, de mettre de l'ordre dans le processus de délivrance des passeports diplomatiques sénégalais. Le journal indique que 4 passeports diplomatiques authentifiés par les affaires étrangères ont été délivrés à des fantômes.

En côte d'Ivoire, le quotidien "Fraternité Matin" écrit que le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) présentera au président de la République, Alassane Ouattara, son rapport annuel 2020 sur l’état des droits de l’homme ce mardi à l’auditorium de la primature.

Ce rapport, pour la circonstance, sera remis officiellement au ministre auprès du président de la République en charge des relations avec les institutions de la République, Gilbert Kafana Koné.

L’état des Droits de l’homme au cours de l’année 2020 est axé sur l’analyse de certains droits relevant des Droits civils et politiques, des Droits économiques, sociaux et culturels et des droits catégoriels, fait savoir le journal, signalant que le CNDH a été saisi de diverses requêtes portant sur des violations des Droits de l’homme pour lesquelles, conformément à ses attributions, il a mis en œuvre son mécanisme de traitement des requêtes.

Par ailleurs, la presse locale s’intéresse à un démenti du ministère de l’Economie et des Finances concernant la mise en place d’un nouveau fonds de 37,8 millions de dollars pour appuyer les entreprises privées.

«Le ministère a démenti cette information et mis en garde les chefs d’entreprises contre d’éventuelles arnaques», rapporte le journal «Soir Info».

Au Nigéria, "The Nation" titre "TVA: Le gouvernement fédéral ordonne aux entreprises de verser des fonds au FIRS". Alors que la date limite pour le versement de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) pour le mois d'août expire aujourd'hui, le gouvernement fédéral a demandé aux entreprises de payer le Service fédéral des impôts (FIRS), écrit le quotidien.

Cela serait conforme à l'ordonnance de la Cour d'appel pour un statu quo antebellum, indique le journal. Citant le procureur général de la Fédération et ministre de la Justice, Abubakar Malami, la publication poursuit que le statu quo faisait référence à l'état des choses avant que les parties ne saisissent la justice.

"The Guardian" rapporte que les parties prenantes des secteurs de l'assurance et des pensions ont l'intention d'aborder l'impact de Covid-19 sur l'inclusion financière lors de l'édition 2021 de la conférence annuelle de l'Association nationale des assurances et des pensions.

La conférence, qui devrait se tenir le 14 octobre 2021, examinera les impacts de Covid-19 sur l'ensemble de l'économie ainsi que sur le secteur des services financiers, souligne le média.

Au Mali, les journaux se sont attardés sur la visite de la ministre française des Armées, Florence Parly, et sur ses entretiens avec son homologue malien, le colonel Sadio Camara, notamment, concernant la présence de la France dans ce pays et le recours à la société Wagner.

"L'Essor" indique que les discussions entre les deux responsables ont porté sur le plan qui sera adopté après le retrait programmé de l'opération Barkhane du Mali.

La ministre a dit que depuis huit ans, son pays a fait le choix d'être continuellement aux côtés du Mali, pour combattre les groupes terroristes, rapporte le quotidien, ajoutant que la France doit être assurée de la volonté de Bamako d'accompagner la CEDEAO pour mener à bien la transition politique.

La ministre française a considéré qu'un retour à la démocratie, à la bonne gouvernance et à la justice peut permettre au Mali de faire face aux défis du terrorisme, poursuit l'article.

De son côté, le journal "Le Pays" rapporte que M. Parly a souligné la nécessité d'intensifier la coopération pour restructurer les forces armées maliennes, assurant ces dernières du soutien aérien de la France et de ses partenaires et que la coalition internationale ne cessera guère de travailler .

Au Gabon, le journal "L'Union" relève que le gouvernement gabonais a instruit le ministre des Travaux publics, de l'Equipement et des infrastructures, Léon Armel Bounda Balonzi, de descendre sur le terrain pour se faire une idée précise sur l'état du réseau routier, notamment sur les conditions de circulation entre Libreville et l'intérieur du pays.

Ainsi, ajoute le quotidien, depuis mercredi dernier, M. Balonzi effectue une mission d'inspection qui arrive à point nommé en ce sens qu'elle permet au ministre de mesurer un peu plus l'immensité des défis du gouvernement dans ce secteur essentiel de l'économie gabonaise, mais aussi des attentes à tous points de vue légitimes des usagers de la route qui veulent se mouvoir en toute sécurité.

Au cours du séjour du ministre dans l'Ogooué-Lolo, il a fait le constat que seulement 10% de ce réseau routier est revêtu d'une couche d'enrobé dont la plupart en zones urbaines, regrette l'article.

Dans un autre registre, le journal fait savoir que le ministre de la Promotion et de la Bonne gouvernance, de la lutte contre la corruption, Francis Nkea Ndzigue, a procédé, au siège de la société d'incubation numérique au Gabon (SING), à l'ouverture du séminaire de formation des acteurs de mise en œuvre des recommandations de la 5è journée nationale de l'évaluation.

Il s'agit durant cet atelier, organisé en collaboration notamment avec le PNUD et l'UNICEF, d'élaborer une politique nationale de l'évaluation encadrant la planification, la mise en œuvre et l'utilisation de l'évaluation par l'ensemble des parties prenantes et la conception d'un plan de renforcement des capacités permettant de mettre à niveau les capacités locales par rapport aux besoins, précise l'auteur de l'article.

En Afrique du Sud, "The Star" se fait l'écho du rejet par la Cour constitutionnelle de la requête du parti de l'Alliance Démocratique (DA) contre la Commission électorale indépendante (CEI) concernant la réouverture des listes électorales avant les élections communales du 1er novembre.

Le journal rappelle que le principal parti d’opposition s'était adressé au tribunal suprême pour contester la décision de la CEI de modifier le calendrier des élections, en donnant aux partis une autre chance de soumettre les noms de leurs candidats aux élections municipales.

Plusieurs partis politiques sud-africains avaient fait savoir qu’ils rejettent l’appel du parti au pouvoir, le Congrès National Africain (ANC), pour le report des élections locales, initialement prévues le 27 octobre prochain, mais finalement fixées pour le 1er novembre, note-t-il.

Idem pour le quotidien "Eyewitness News" qui estime que les prochaines élections locales offrent au parti au pouvoir l’opportunité pour "corriger certaines défaillances au niveau des municipalités".

Il rapporte, à cet égard, une déclaration du président de l’ANC qui est également chef de l’Etat, Cyril Ramaphosa, qui a reconnu que de nombreuses structures gouvernementales locales fonctionnaient à un niveau sous-optimal et étaient en proie à la corruption.

«Alors que les citoyens s’apprêtent à voter pour les communales, nous sommes confrontés au défi de placer les bonnes personnes aux bons endroits dans notre gouvernement local», a-t-il dit.

Pour sa part, «Independant» rapporte des propos du président du parti EFF, Julius Malema, qui a déclaré que «les prochaines élections locales ne pourraient pas être libres et équitables si les partis politiques ne pourraient pas surveiller le processus crucial d’inscription des électeurs sur les listes électorales et les bureaux de vote".

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ revient sur les attaques des rebelles du front de libération du peuple du Tigray (TPLF) contre plusieurs zones des Etats régionaux d'Amhara et d’Afar.

«Le groupe terroriste du TPLF a étendu ses massacres et tué des civils, hommes, femmes, enfants et prêtres dans les Etats régionaux d'Amhara et d'Afar », écrit le journal.

«Au nord de Debre Tabor dans la région de Chena Teklehaymanot, des fosses communes ont été récemment découvertes contenant 124 corps », rapporte le quotidien qui fait état de plus de 100 portées disparues.

Le massacre, qui a été confirmé par le directeur de la communication de l'Etat régional d'Amhara, Gizachew Muluneh, fait partie d'une série d'attaques perpétrées par le TPLF depuis le cessez-le-feu décrété par le gouvernement fédéral, souligne le journal.

Plus de 200 civils ont été tués à Afar, dont plus de 100 enfants, selon l'UNICEF, et environ 300 000 personnes ont été déplacées, ajoute le journal, notant que les forces fédérales ont chassé les agresseurs de cette région.

Le quotidien relève que le gouvernement estime que le massacre de Chena a été perpétré par « le groupe des jeunes Samri du TPLF », qui serait également responsable de la mort de plus de 1 000 civils dans la ville de Maikadra en novembre dernier. Après avoir perpétré ce massacre, le groupe s’est enfui au Soudan où il se cachait dans un camp de réfugiés du HCR, souligne le journal.

Au Kenya, +Kenyans.co+ rapporte que le pays est deuxième en matière d’innovation à l'échelle africaine. Le média, qui se fait l'écho du classement du Global Innovation Index 2021 publié par l'Organisation mondiale de propriété intellectuelle, précise que le pays est arrivé en deuxième position de ce classement au niveau continental derrière l'Afrique du Sud. Le classement a été effectué sur la base d'un indice qui examine, entre autres, les investissements effectués dans le domaine d'innovation, explique la publication, ajoutant que le rapport a révélé que malgré les effets de la pandémie mondiale, les pays ont continué à investir massivement dans l'innovation.

Pour sa part, +The Standard+ écrit que la dirigeante de la National Rainbow Coalition (NARC), Martha Karua, a été élue à l'unanimité porte-parole par intérim par un ensemble de dirigeants politiques de la région du Mont Kenya, lors d'une réunion consultative tenue à Naivasha, dans le comté de Nakuru. Lors d'un point de presse tenu lundi, les dirigeants ont déclaré qu'ils s'étaient réunis pour résoudre les problèmes affectant leur région en vue des élections générales de 2022.




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Septembre 2021 - 09:56 Maroc. Revue de presse quotidienne du 29/09/2021





Facebook
Twitter
Newsletter
Mobile
Rss