Revue de la presse quotidienne internationale africaine

MAP - Publié le Mardi 29 Décembre 2020 à 11:48



Dakar - Nombre de sujets attirent l'attention de la presse africaine parue mardi, notamment la question de l'aménagement du territoire au Sénégal, les performances économiques au Rwanda, l’impact du coronavirus sur le transport maritime en Côte d’Ivoire, le plan prospectif décennal en Ethiopie et la situation épidémiologique au Gabon.


Au Sénégal, l'aménagement du territoire et l’actualité partisane figurent parmi les principaux sujets abordés par la presse locale.

Sous le titre à la Une : « Le constat d’échec », +Enquête+ aborde le vote par l’Assemblée nationale d’une loi pour réduire le déséquilibre entre les territoires.

Entre la disparité dans l’accès aux services de base, la faible valorisation des ressources et potentialités des territoires, la capacité d’intervention limitée des collectivités territoriales, le gouvernement fait le constat de l’échec des politiques d’aménagement du territoire et se penche sur des solutions, en adoptant lundi la loi d’orientation pour l’aménagement et le développement du territoire, écrit la publication.

Abordant « la crise ouverte au sommet des grands partis au Sénégal », +Sud Quotidien+ relève que la crise qui est en passe de miner « Rewmi », parti d’Idrissa Seck, suite au limogeage du député Déthié Fall de son poste de vice-président, remet au goût du jour les remous politiques qui ont fini de plomber l’unité de la quasi-totalité des grandes formations politiques au Sénégal.

Les journaux de la place abordent d’autres sujets d’actualité locale, dont en particulier le décès de l’ancien ministre de l’intérieur, le Général Mamadou Niang, survenu lundi. Le défunt qui pilotait la Commission politique du Dialogue national, était un interlocuteur de confiance de la classe politique, écrit +Le Soleil+.

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ écrit que le pays des mille collines figure parmi les principaux marchés émergents du monde en 2020, citant un rapport du magazine mensuel basé à New York « Global Finance Magazine ».

Le magazine, souligne le journal, a qualifié le Rwanda de « marché émergent à surveiller » en raison notamment de sa croissance économique spectaculaire, de son climat d'affaires favorable, de sa main-d'œuvre qualifiée et de ses infrastructures modernes.

La publication précise que le pays a attiré, au cours de l’année 2020, des projets d’investissement évalués à 1,2 milliard de dollars malgré la pandémie de Covid-19, qui a significativement ralenti l’activité commerciale.

Sur un autre registre, le quotidien rapporte que les autorités rwandaises ont autorisé à l’ensemble des centres de santé du pays à effectuer des tests de dépistage de la Covid-19.

Le média, qui cite le directeur général du Rwanda Biomedical Center (RBC), Sabin Nsanzimana, indique que les autorités sanitaires ont déjà commencé à distribuer des tests de diagnostic rapide aux centres de santé.

En Afrique du Sud, +The South African+ revient sur les nouvelles restrictions imposées pour faire face à la hausse inquiétante des infections au coronavirus dans le pays, soulignant que le président Cyril Ramaphosa a annoncé qu'en vertu du niveau 3 de l'alerte à la pandémie adopté à partir de lundi à minuit, le port de masques est désormais obligatoire.

Ceux qui ne respectent pas la nouvelle réglementation risquent d'être arrêtés, de payer une amende ou même être emprisonnés, a averti le président dans un discours télévisé, cité par le portail, notant que la nouvelle variante de la Covid-19 de plus en plus présente dans les cas recensés en Afrique du Sud s'avère plus contagieuse que la souche d'origine.

Il a souligné en outre, selon le média, que le comportement des citoyens est derrière la flambée des infections et que les nouvelles mesures introduites n'en sont que la conséquence directe.

Même son de cloche chez +City Press+ qui fait savoir que M. Ramaphosa, a relevé que les Sud-africains ont dernièrement baissé sa garde face à la pandémie et que, par conséquent, le pays en payait désormais le prix.

"Nous ne portons pas de masques, nous ne nous lavons pas les mains ou ne nous désinfectons pas et nous ne respectons pas le principe de la distanciation sociale", a-t-il regretté, expliquant que les citoyens ont "continué à accueillir et à assister à des rassemblements sociaux et à des événements qui, dans de nombreux cas, bafouent les réglementations de santé publique".

En Côte d'Ivoire, +Sika Finances+ rapporte que le transport maritime dans le pays a subi le contrecoup de la pandémie de la Covid-19.

En effet, peut-on lire, le trafic global de marchandises est ressorti en retrait de 4,5% à 22.183.489 tonnes à fin septembre 2020, contre 23.218.400 tonnes à la même période de l'année précédente.

Cette contreperformance est principalement expliquée par la baisse concomitante des exportations (-7,8% à 8348100 tonnes) et des importations (-2,3% à 13835400 tonnes).

Ainsi, au Port autonome d'Abidjan (PAA), le plus important du pays, le trafic de marchandises a chuté de 4,3% à 18.672.100 tonnes sur les neuf premiers mois de l'année 2020, après le repli de 6,6% au premier semestre de la même année.

Sur un autre registre, +Abidjan Net+ titre "Un recours de la FIF annoncé auprès du TAS visant le Comité de normalisation de la FIFA", soulignant que la Fédération ivoirienne de football (FIF) va déposer un recours devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour demander la suspension de la décision de la FIFA, qui lui impose un Comité de normalisation.

La FIF avait introduit lundi une requête auprès du TAS pour demander la levée de la mesure de suspension du processus électoral, requise par la FIFA afin de poursuivre le processus d'élection du président et les différents championnats.

Au Kenya, le journal +Daily Nation+ rapporte que les agents des laboratoires médicaux ont rejoint les infirmières et les cliniciens dans leur grève, une décision qui paralysera davantage les services dans les hôpitaux publics au milieu des craintes d'une augmentation des cas de coronavirus pendant les festivités.

Par l'intermédiaire de leurs responsables syndicaux, les responsables des laboratoires médicaux ont déclaré que le gouvernement n'avait pas reconnu le rôle important qu'ils jouent dans l'aide aux patients. Ils exigent une fourniture régulière d'équipements de protection individuelle (EPI) appropriés et de qualité, souligne le quotidien, ajoutant que les agents des laboratoires veulent que le gouvernement augmente leur allocation mensuelle de risque à 30.000 shillings (environ 300 dollars).

«Nous avons dit à nos membres de rester chez eux jusqu'à ce que le gouvernement commence à nous prendre au sérieux», a affirmé le président de l'Union nationale kényane des agents de laboratoire médical, Adel Ottoman.

"Nous avons commencé la grève aujourd'hui. Que le ministre de la Santé, Mutahi Kagwe, sache qu'il ne donnera pas les briefings quotidiens du Covid-19 si nous sommes en grève", a menacé Ottoman, cité par le quotidien.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ rapporte qu'un groupe de travail national mis en place par le Premier ministre Abiy Ahmed a pris le contrôle des opérations de maintien de l'ordre dans la zone Metekel de l'Etat régional de Benishangul-Gumuz, qui a été endeuillé récemment par un massacre qui a couté la vie à 207 personnes.

Le groupe de travail, composé de hauts fonctionnaires du gouvernement et de l'armée fédérale, a déjà commencé les opérations de maintien de l'ordre dans la région, relève le journal éthiopien, notant que les auteurs et personnes impliqués dans ce massacre sont activement recherchés.

Sur un autre registre, +FANA BC+ rapporte que le Premier ministre Abiy Ahmed a affirmé lundi que le plan prospectif décennal place la paix et la primauté de la loi en tête de ses priorités dans la mesure où le développement favorise une paix durable.

Le Premier ministre éthiopien a souligné qu’une série de mesures ont été prises qui incitent à une étroite collaboration entre les citoyens et les institutions pour parvenir à de meilleurs résultats, relève le média.

Le Conseil des ministres a approuvé le 11 décembre courant le plan prospectif décennal devant positionner l'Ethiopie comme un phare africain de prospérité, rappelle le média éthiopien.

Au Gabon, +l'Union+ s’intéresse à la révision de la Constitution. Titrant "Révision de la constitution : le parlement en congrès aujourd'hui", il écrit que le processus de révision de la Constitution, entamé la semaine écoulée, devrait connaître son épilogue, aujourd'hui, avec la tenue du Congrès du Parlement au siège provisoire de l'Assemblée nationale.

La publication souligne que de façon certaine, au regard de la majorité écrasante du Parti démocratique gabonais (PDG) à l'Assemblée nationale et au Sénat, on peut sans grand risque de se tromper affirmer que ce texte passera comme une lettre à la poste, commentant qu’il paraît presque utopique d'imaginer qu'après avoir approuvé, en séance plénière, le projet de révision de la Constitution, députés et sénateurs du PDG se déjugent.

Son confrère +La.libreville+ revient sur la situation épidémiologique. Il indique qu’au lundi 28 décembre 2020, avec 2800 tests réalisés (364679 au total), le pays a enregistré 13 nouveaux cas positifs de Covid-19 (9510 au total), 25 nouvelles guérisons (9356 au total) et 0 nouveau décès (64 au total). 

Le Fil | Bulletins | Mafrik | MAG | Religion | Tribune