Revue de la presse quotidienne internationale africaine

MAP - Publié le Vendredi 29 Janvier 2021 à 11:57



Dakar - Nombre de sujets focalisent l'attention de la presse africaine parue vendredi, notamment la détection du variant britannique du coronavirus au Sénégal, la modernisation de la gestion économique et budgétaire en Côte d’Ivoire, l’impact économique du coronavirus en Ethiopie et la crise du secteur du tourisme en Afrique du sud.


Au Sénégal, la détection pour la première fois du variant britannique du coronavirus sur le sol du pays fait la Une de la presse locale.

« Le variant britannique détecté au Sénégal », titre +Le Soleil+ relevant que cette nouvelle souche de la Covid-19 aurait un taux de contagiosité de 50 à 70 pc plus élevé que le virus de base et une létalité de 30 à 40 pc plus que la souche originelle.

« Elle est là » la variante britannique, s'alarme +Libération+ relayant les propos de la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Matshidiso Moeti qui affirme que « ce qui me donne des nuits blanches en ce moment, c’est le fait que les variants circulent probablement dans plusieurs pays africains ».

Se penchant sur le bilan de la pandémie, +L’Observateur+ fait état, sous le titre « C’est l’hécatombe », de 204 morts en 28 jours, soulignant qu’à la date du 28 janvier, le Sénégal a déclaré un total de 614 décès, dont 204 déplorés en janvier, alors que les experts viennent de confirmer la présence du variant britannique, plus virulent.

Sur un autre registre, les journaux de la place abordent le rapport 2020 de l’indice de perception de la corruption, publié jeudi par Transparency International, notant que le Sénégal est « toujours dans la zone rouge ».

En Côte d'Ivoire, "Abidjan Net" rapporte que l'Etat ivoirien, dans l'optique de moderniser sa gestion budgétaire et économique, s'est engagé à hisser la gestion des finances publiques au niveau des standards internationaux en vue d'un financement efficient de sa politique de développement.

Dans cet élan, peut-on lire, le gouvernement, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, s’est doté d’un schéma directeur de réformes des finances publiques.

Le pays obtiendra un appui de la Banque africaine de développement (BAD) pour le financement d’un programme de renforcement des capacités des administrations économiques et financières et des structures de contrôle des finances publiques.

Ce programme est piloté par le Projet d’appui à la gestion économique et financière dénommé "PAGEF" avec un portefeuille de 15,968 milliards de F CFA dont 13,456 milliards Fcfa de contribution de la BAD et 2,512 milliards Fcfa pour l’Etat de Côte d’Ivoire.

Au Gabon, +L'Union+ écrit que le président gabonais, Ali Bongo Ondimba, s’est entretenu, jeudi, avec le Professeur Lee White, Ministre des Eaux et Forêts de la Mer, de l’Environnement, notant que la participation du Gabon la 26ème conférence sur les changements climatiques (COP 26) était au centre de cette entrevue.

Et d’expliquer que le chef de l’Etat gabonais dont le pays assure la présidence du groupe africain des négociateurs sur le climat depuis 2019, a réitéré la nécessité d’harmoniser les positions africaines dans ce combat pour les générations futures.

Sur un autre sujet, +Médias241+ indique que le ministère de l’Énergie et des Ressources hydrauliques a indiqué mardi que dans le cadre du projet PIAEPAL (Programme intégré pour l’alimentation en eau potable et l’assainissement de Libreville), 77 milliards de Francs Cfa seront mobilisés pour favoriser l’accès des populations du Grand-Libreville à l’eau potable et qui devraient impacter 350 000 personnes.

Selon le média, les travaux seront lancés avant la fin du mois de mars 2021 et dureront entre 20 et 32 mois.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ revient sur l'impact de la pandémie du coronavirus sur l’économie du pays en relevant qu’en dépit des mesures prises pour maintenir les infections à un faible niveau et atténuer leurs effets économiques, l’Ethiopie est gravement touchée par le virus.

La pandémie de COVID-19 a considérablement affecté les activités des entreprises, relève le journal, notant que plus de 42 pc des entreprises enregistrées à Addis-Abeba ont complètement cessé leurs activités.

Pour ce qui est des ménages, l'impact négatif de la pandémie a entraîné une réduction de l'emploi, ajoute le journal, notant que plus de la moitié des ménages ont déclaré que leurs revenus ont été réduits ou complètement disparus en avril 2020.

Sur un autre registre, +FANA BC+ rapporte que les autorités éthiopiennes comptent rapatrier quelque 34 000 ressortissants d’Arabie Saoudite.

Citant le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Demeke Mekonnen, le média souligne qu'un travail considérable a été entrepris pour rapatrier les Éthiopiens en situation difficiles dans les pays du Moyen Orient en raison de la pandémie de COVID-19.

Un plan de rapatriement de 1 000 citoyens par semaine a été mis en place, ajoute le média.

Au Rwanda, les quotidiens locaux consacrent leur Une de vendredi à la participation du président rwandais, Paul Kagame, à un symposium de haut niveau sur le Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD), tenu jeudi par visioconférence.

Le journal +The New Times+ écrit que le dirigeant rwandais a appelé, lors de cette réunion, les États membres de l'Union africaine (UA) à soutenir et à promouvoir les initiatives et partenariats de l'Agence de développement de l'UA en vue d'accélérer la mise en œuvre de l'Agenda 2063.

Paul Kagame, qui préside actuellement l’agence continentale, a affirmé que le NEPAD est resté fidèle à sa vision, à ses valeurs et à son esprit de réforme au fil des ans, note la publication.

Son confrère +KT Press+ souligne que le bilan du NEPAD, notamment sous la présidence de Paul Kagame, a fait de l’institution un acteur clé pour la mise en œuvre de l’Agenda 2063 de l’UA, ajoutant que cette rencontre virtuelle a été l’occasion pour évaluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre de l’Agenda économique et social de l’Afrique.

En Afrique du Sud, +Eyewitness News+ revient sur le lancement, jeudi, de la conférence annuelle lekgotla, qui réunit tous les ministres du gouvernement ainsi que les premiers ministres de toutes les provinces.

Le journal indique que lors de cet événement de trois jours, le président Cyril Ramaphosa et son exécutif focaliseront l'attention sur les moyens de relancer l'économie du pays et le rôle des gouvernements locaux dans la mise en place du programme de relance.

Le ministre par intérim à la présidence, Khumbudzo Ntshavheni, a fait savoir que l'un des objectifs du programme de relance économique et de reconstruction est de vérifier quels sont les progrès qui ont été réalisés à la lumière de la situation difficile que connaît le pays à cause de la pandémie du coronavirus.

+The Citizen+ revient sur la crise que connait le secteur du tourisme sud-africain. Citant le Conseil sud-africain des professionnels du tourisme, la publication indique que le fonds lancé récemment par le gouvernement ne constitue qu'une «goutte d'eau» pour ce secteur en détresse.

Le projet était en préparation depuis 2019, avant même l'apparition de la Covid-19, mais il s'agit d'un «petit fonds de 1,2 milliard de rands (80 millions de dollars) dans un secteur qui vaut plus de 400 milliards de rands (26 milliards de dollars)», a déclaré le directeur général du conseil, Tshifhiwa Tshivhengwa. 


Nouveau commentaire :
Twitter

Nous apprécions votre opinion et vous encourageons à commenter nos publications. Pour garantir un environnement sûr, nous ne publierons pas de commentaires impliquant des attaques ad hominem, des propos racistes, sexistes ou autrement discriminatoires, ou tout ce qui est écrit uniquement dans le but de calomnier une personne ou un sujet.
Tous les commentaires sont modérés. marocafrik.com ne publie pas de commentaires avec des liens.
Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».
Merci de votre lecture !

Le Fil | Tribune