Revue de la presse quotidienne internationale africaine

MAP - Publié le Lundi 17 Mai 2021 à 12:12



Dakar - Nombre de sujets attirent l'attention de la presse africaine parue lundi, notamment les élections locales au Sénégal, l'orpaillage illégal au Gabon, le déficit d'énergie électrique en Côte d'Ivoire, la politique fiscale au Kenya, la campagne de vaccination en Ethiopie et les divisions au sein du parti au pouvoir en Afrique du Sud.


Au Sénégal, les gestations politiques en préparation des prochaines élections locales et le sommet sur les économies africaines à Paris dominent les sujets traités par les journaux de la place.

« Elections locales du 23 janvier 2022 : Une large coalition de l'opposition prend forme », titre la +Tribune+ soulignant que l’opposition qui ne compte pas se faire surprendre par la force de la coalition présidentielle, travaille autour d’une large coalition pour se donner les moyens de renverser la tendance lors de ces joutes électorales considérées comme des primaires en direction des législatives prévues la même année et de la présidentielle de 2024.

Les élections locales risquent d’être un véritable parcours de combattant pour les futurs élus locaux partisans de Macky Sall, écrit +Sud Quotidien+ sous le titre « L’Opposition défie Macky ».

Une large coalition pour contrer les candidatures de la majorité présidentielle au niveau des communes et des départements est en gestation au sein de l’opposition, écrit la publication.

Sur un autre registre, +Le Soleil+ aborde la participation du président Macky Sall au Sommet sur les économies africaines qui s’ouvre, mardi à Paris, sous les auspices du président français Emmanuel Macron.

Cette rencontre à laquelle prendront part une quinzaine de chefs d’Etat du continent, vise à identifier les voies et moyens de soulager les pays frappés économiquement par les effets de la pandémie de la Covid-19 et à réfléchir sur de nouvelles sources de financement, écrit le journal.

Au Gabon, +l'Union+ s’intéresse à l'orpaillage illégal. Titrant "Les hors-la-loi", il écrit qu’en opération coup de poing, les forces armées viennent en collaboration avec les services de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), de mettre fin aux activités de près de 150 orpailleurs illégaux dans le Haut-Ogooué, province située dans le sud-est du pays.

Le journal ajoute qu’il s’agit d’une mission que les forces armées comptent de poursuivre à travers différentes régions du pays, transformées, selon la publication, en zones de non-droit par des trafiquants de tout poil, pillant sans vergogne "nos richesses, parfois avec la complicité d’agents et responsables administratifs".

Sur un autre sujet, +Gabon Matin+ titre "Rejet de la réforme de l’ANPN par l’assemblée nationale : un signal fort". Il indique que l’agence nationale des parcs nationaux (ANPN) a encore de beaux jours devant elle. Le texte portant sa suppression n’ayant pas été approuvé par les députés vendredi dernier, au cours d’une plénière.

Selon la publication, il s’agit d’un refus inédit qui n’est pas passé inaperçu aux yeux de l’opinion, dès lors portée vers des spéculations.

En Côte d'Ivoire, "Sika Finances" écrit que "les entreprises sont au bord des larmes. Environ 180 d'entre elles dont 145 issues du secteur industriel vont devoir composer avec des coupures d'électricité fréquentes jusqu'au mois de juillet". "La cause n'est nulle autre que le déficit d'énergie électrique d'un peu plus de 200 mégawatts que connait le pays. Une situation que le gouvernement et la Compagnie ivoirienne d'électricité (CIE) expliquent par une baisse du niveau d'eau dans les barrages hydroélectriques. A cela s'ajoute une panne survenue au niveau d'une turbine à gaz de la centrale thermique d'Azito", peut-on lire.

Sur un autre registre, "Abidjan Net" rapporte que le cyber Africa forum se tiendra à Abidjan, le 7 juin 2021, relevant que cet événement constituera une avancée réelle dans la prise en compte des enjeux de sécurité informatique en Afrique. L’événement a pour mission d’ouvrir la voie vers des évolutions tant en matière de régulation qu’en matière de process et de stratégies, au sein des organisations publiques comme privées, écrit la publication, citant le commissaire général de ce forum, Franck Kié.

Au cœur des discussions, des problématiques telles que le rôle des entreprises face aux défis de la cybersécurité, les dispositifs de protection des infrastructures vitales, ou encore la transformation digitale à l’heure de la menace cyber.

Au Kenya, le journal "the Standard" s'intéresse à la politique fiscale du pays qui pourrait assurer la prospérité de l'économie nationale.

"Alors que l'histoire du Kenya regorge de plans économiques allant de la Vision 2030 au Programme des "Big Four", il n’y a pas eu d’articulation claire des principes guidant la collecte de revenus pour financer les plans de croissance du pays", écrit le journal.

Pour la publication, la colère des Kényans est palpable, la population étant face à une montagne de dettes et aux politiques d'imposition élevées qui en découlent qui touchent à tout, du pain au lait infantile.

"Aujourd'hui plus que jamais, il est absolument nécessaire de disposer d'une nouvelle politique fiscale décrivant les principes qui guideront l'économie kényane vers la prospérité", souligne l'auteur de l'article.

Des idées autour des principes fiscaux ont été lancées par divers penseurs au cours des derniers siècles, rappelle le journal, ajoutant qu'Adam Smith a écrit dans Wealth of Nations que «… les revenus économiques des particuliers sont de trois types principaux: le loyer, les salaires et le profit. Les contribuables ordinaires paieront en fin de compte leurs impôts à partir d'au moins une de ces sources de revenus».

En Ethiopie, +FANA BC+ rapporte que plus de 1,4 million de personnes ont reçu le vaccin AstraZeneca contre la COVID-19 dans le pays.

Citant le ministère de la Santé, le média fait état de la mise en place 6 000 stations de vaccination couvrant 20 000 localités dans le cadre de cette campagne de vaccination, notant que le gouvernement œuvre pour améliorer l'accès à la vaccination dans toutes les régions.

En politique, +ETHIOPIAN MONITOR+ s'intéresse à la réunion du Premier ministre Abiy Ahmed avec les dirigeants des Etats régionaux éthiopiens qui a été axée sur les domaines prioritaires.

Citant la Primature, le média éthiopien a relevé que la réunion de deux jours a été consacrée à l’examen des questions géopolitiques nationale et régionale, ainsi que du plan d’action pour les trois prochains mois.

En Afrique du Sud, +MoneyWeb+ revient sur les divisions qui secouent depuis longtemps le parti du Congrès national africain (ANC au pouvoir).

Suite aux derniers développements internes, notamment la suspension du Secrétaire général du Parti, Ace Magashule, l'ANC a atteint un point de basculement, estime le journal, notant que le l'attitude du président Cyril Ramaphosa "semblait désormais être celle d'un chef en charge".

Il ajoute que M. Magashule, qui a été suspendu par le Comité exécutif national (NEC), la plus haute instance décisionnelle du parti, parce qu'il a été accusé de fraude et de corruption, a ignoré cette décision et a osé même riposter en annonçant la suspension de M. Ramaphosa de son poste de président du parti.

Le parti a donné un ultimatum au Secrétaire général déchu pour s'excuser de son comportement «inapproprié», sinon il devrait s'attendre à des mesures disciplinaires qui seront prises contre lui, précise le journal.

Dans un autre registre, +Sunday Independent+ indique que plus de 600 policiers sud-africains ont perdu la vie depuis la détection de la pandémie de la Covid-19 dans le pays en mars 2020.

Citant le ministre de la Police, Bheki Cele, le journal relève que les éléments du Service de police sud-africain (SAPS) ont été également victimes de la pandémie alors qu'ils combattaient la criminalité qui sévit dans le pays et assuraient le respect des restrictions imposées pour freiner la propagation du virus.