Revue de la presse quotidienne internationale africaine

MAP - Publié le Vendredi 4 Juin 2021 à 12:37



​Dakar - Les prochaines élections locales au Sénégal, les accusations de corruption contre un ministre sud-africain et la coopération entre l’Éthiopie et le Soudan du Sud sont les principaux sujets abordés par la presse africaine parue vendredi.


Au Sénégal, l'impact du nouvel redécoupage de Dakar sur les élections locales, la situation financière et autres sujets d’actualité meublent les colonnes de la presse locale.

Sous le titre « Le gouvernement, en mode clair-obscur ! », +Sud Quotidien+ fait état d’une conférence de presse du ministre de l’intérieur et de son homologue en charge des collectivités territoriales, consacrée au nouveau découpage de la région de Dakar avec la création du département de Keur Massar.

Cette rencontre de près d’une heure s’est achevée sur un goût d’inachevé, notamment en ce qui concerne les impacts de cette nouvelle réforme sur le calendrier déjà très tendu des prochaines élections locales, mais aussi sur la répartition du nombre de députés qui sera alloué à ce nouveau département dont la taille démographique est non négligeable lors des prochaines législatives, écrit la publication.

Abordant cette question de l’impact du découpage de Dakar sur la carte électorale, +Le Soleil+ cite le ministre de l’intérieur qui rassure que l’administration sénégalaise, qui a une expérience dans ce domaine, va prendre en charge la question. « Nul ne sera lésé dans son droit de participer à des élections dans cette zone », a-t-il affirmé.

Sur un autre registre, financier cette fois, le journal souligne le succès de la souscription aux eurobonds du Sénégal, une opération qui porte sur l’émission de 775 millions d’euros d’eurobonds. « Une signature qui inspire confiance », note la publication.

Au Gabon, +L'Union+ s’intéresse à la coopération entre le pays et la Russie. Titrant "Gabon-Russie : Pour des liens plus forts", il écrit que le président Ali Bongo Ondimba a accordé, hier, un entretien à l’ambassadeur de Russie au Gabon, Ilias Iskandarov.

Selon la publication, cette audience était l’occasion pour les deux parties –alors que le ministre des Affaires étrangères Pacôme Moubelet Boubeya vient de boucler un séjour à Moscou- d’afficher leur détermination de renforcer leurs échanges dans différents domaines : diplomatie, économie, santé, défense.

Au Volet économie, +Médias 241+ indique en citant une note du ministère de l’Économie que l’extraction de manganèse au plan national devrait atteindre 9,68 millions en 2021, soit une hausse de 9,8%, notant que cette embellie devrait progresser pour atteindre annuellement 10,3 millions de tonnes en 2023. En Afrique du Sud, +Sowetan+ rapporte que le président Cyril Ramaphosa a été sévèrement critiqué pour ne pas avoir suspendu son ministre de la Santé, Zweli Mkhize, qui fait face à des allégations de corruption.

Le journal fait savoir que M. Mkhize fait l'objet d'une enquête menée par l'Unité spéciale d'enquête (SIU) concernant un contrat de 150 millions de rands (11 millions de dollars) attribué à une entreprise appartenant à ses proches collaborateurs.

Soulignant qu'il a tendance à ne pas prendre des décisions à la hâte, Ramaphosa a précisé qu'il attend les résultats de l'enquête de la SIU pour se prononcer sur le sort du ministre.

Pour sa part, +The Citizen+ indique que la médiatrice de la République de l'Afrique du Sud, Busisiwe Mkhwebane, portera des accusations d'outrage contre M. Mkhize, après avoir manqué à trois reprises des assignations à comparaître devant la justice.

«Le nom de M. Mkhize avait été cité à comparaître pour témoigner sur des allégations faisant l'objet d'une enquête menée par le bureau de la Médiatrice de la République», a déclaré le porte-parole de l'institution, Oupa Segalwe.

Le journal précise que cette affaire est en relation avec le rapport soumis par l'Equipe de travail nationale des cliniques associées publié en 2017, dont le ministère de la Santé n'aurait pas mis en œuvre les recommandations.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ écrit que l'Ethiopie aspire à devenir un modèle de développement en matière de l'eau et de production d'énergie en Afrique de l'Est.

Le journal qui cite le ministre éthiopien de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie, Sileshi Bekele, relève que l'Ethiopie veut également s'associer avec les pays voisins pour la réalisation de projets communs de production d'énergie.

L'Ethiopie perd des milliards de mètres cubes d'eau chaque année alors que la majorité de la population est sujette à la pénurie d'eau, note le journal, ajoutant que le gouvernement œuvre pour mettre fin à cette situation.

Sur un autre sujet, +FANA BC+, rapporte que le ministre éthiopien de l'eau, de l'irrigation et de l'énergie s'est rendu à Juba porteur d’un message du Premier ministre Abiy Ahmed au président du Soudan du Sud, Salva Kiir Mayardit.

Le président sud-soudanais et l'émissaire éthiopien ont eu des discussions approfondies sur le renforcement des relations entre le Soudan du Sud et l'Ethiopie, la situation au Tigray, les prochaines élections générales et la construction et l'exploitation du grand barrage la Renaissance, ainsi que le différend frontalier entre Addis-Abeba et Khartoum, relève le média.

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ focalise son attention sur les relations de coopération liant le Rwanda et la Tanzanie, soulignant que les dirigeants des deux pays ont exprimé jeudi leur volonté de hisser leur coopération bilatérale à un niveau supérieur.

Le président Paul Kagame et son homologue tanzanienne Samia Suluhu Hassan ont échangé des messages officiels révélant leur volonté commune de booster la coopération bilatérale, écrit le journal, indiquant que le ministre rwandais des Affaires étrangères, Vincent Biruta, a été reçu jeudi par la présidente tanzanienne à Dodoma pour lui remettre le message du dirigeant rwandais.

Citant un communiqué publié par le porte-parole du gouvernement de la Tanzanie, Gerson Msigwa, la publication note que Kigali est prête à accélérer la mise en œuvre des projets conjoints initiés précédemment entre les deux parties, notamment le projet hydroélectrique de Rusumo et le projet de chemin de fer à voie standard (SGR) reliant Kigali à Isaka, en Tanzanie.

Le projet hydroélectrique de Rusumo devait être achevé l'année dernière, mais les travaux de constructions avaient été retardés, rappelle la publication.

Au Kenya, les principaux quotidiens s'intéressent à la nomination par le Président Uhuru Kenyatta de 34 juges qui doivent siéger à la Cour d'appel et la Cour Suprême.

Dans un article sous le titre, "Uhuru rejette la nomination des juges Joel Ngugi et George Odunga à la Cour d'appel", le journal "Kenyans.co" souligne que le président a rejeté la nomination des deux juges en question sous prétexte qu'ils faisaient partie des cinq juges qui avaient déclaré "nul et non avenu" son projet Building Bridges Initiative (BBI), portant amendement de la constitution.

La publication précise que le président a retenu la nomination de seulement 34 juges sur une liste de 40 dont les noms ont été recommandés par la Commission des services judiciaires.