Revue de la presse quotidienne internationale africaine

MAP - Publié le Samedi 5 Juin 2021 à 11:39



​Dakar - Les préparatifs pour les élections locales au Sénégal, la réunion de la CEEAC sur la situation au Tchad, la situation au Tigray en Ethiopie, la coopération entre le Kenya et le Danemark et le scandale de corruption lié aux marchés publics en Afrique du Sud sont les principaux sujets abordés par la presse africaine parue samedi.


Au Sénégal, les préparatifs pour les élections locales, la vaccination anti-Covid, la dégradation de l'environnement et autres sujets d’actualité meublent les colonnes de la presse locale.

Sous le titre « Confection des listes pour les locales : Pression maximale sur Macky », +WalfQuotidien+ souligne qu’avec sa coalition de la majorité « Benno Bokk Yaakaar », le président Macky Sall devra faire des arbitrages « qui vont nécessairement faire des mécontents ».

Les attentes sont déjà là puisque ces partis alliés réclament leur véritable place au sein de la coalition présidentielle, écrit la publication.

Au sujet de la vaccination anti-Covid-19, +le Soleil+ fait état de la réception vendredi par le Sénégal d’un lot de 184.000 doses de vaccin AstraZeneca, soulignant que cet arrivage met fin aux crainte des personnes en attente de la deuxième dose de ce vaccin.

Sur un autre registre, le quotidien +L’As+ aborde la dégradation de l’environnement dans le sud du Sénégal, évoquant sous le titre « L’environnement en péril », la disparition de forêts et la destruction de dunes de sable dans la région de Ziguinchor.

Le pillage des ressources forestières du département de Bignola, la destruction des dunes de sable dans la commune de Diembéring et les changements climatiques ont fortement agressé ces dernières décennies l’environnement de la région de Ziguinchor, écrit le journal.

Au Gabon, +l'Union+ s’intéresse à la réunion de la CEEAC consacrée à la situation au Tchad. Il écrit que la Cheffe du Gouvernement, Rose Christiane Ossouka Raponda, a représenté, vendredi à Brazzaville (Congo) le Président Ali Bongo Ondimba, à l'occasion de la 1ère Session Extraordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC) consacrée à la situation politique et sécuritaire au Tchad.

Selon la publication, il s'est agi de travailler à l’accompagnement de la transition tchadienne et à la mise en place des mécanismes destinés à prévenir la propagation de toute menace sécuritaire dans la sous-région, notant que le Gabon a réitéré, à cette occasion, son engagement constant et obstiné en faveur du maintien de la paix et la stabilité en Afrique centrale.

Sur un autre sujet, +La.Libreville+ indique qu’après s’être rendu en Russie la semaine dernière, le ministre gabonais des Affaires étrangères Pacôme Moubelet Boubeya était hier à Paris où il s’est entretenu avec son homologue français Jean-Yves Le Drian.

Et d’ajouter que selon une source diplomatique, plusieurs sujets figuraient à l’ordre du jour notamment la situation au Tchad, la lutte contre le terrorisme, l’adhésion en cours au Commonwealth du Gabon et le futur soutien à son endroit du FMI.

En Côte d'Ivoire, "Sika Finances" rapporte que la production des produits pétroliers en Côte d'Ivoire s'est établie à 3,36 millions de tonnes en 2020 contre 3,74 millions de tonnes en 2019, soit une baisse de 7,5% selon le ministère ivoirien de l'Economie et des Finances. Malgré cette régression, l'offre de produits pétroliers a néanmoins permis de couvrir la consommation nationale (hors fond de bacs) qui est ressortie en hausse de +5,7% à 2,09 millions de tonnes fin décembre 2020.

Sur un autre registre, "Abidjan Net" indique que le gouvernement ivoirien a décidé de donner un coup d’accélérateur au projet « e.démarche» qui vise à dématérialiser 300 procédures administratives.

En Côte d’Ivoire, peut-on lire, soixante-six procédures administratives concernant la santé, l'éducation, le tourisme, l'agriculture, la justice et les eaux et forêts sont entièrement dématérialisées.

« Trente-six procédures seront bientôt opérationnelles et les trente autres suivront, avec pour objectifs de faciliter et d'assainir la relation entre l'administration ivoirienne et ses usagers », poursuit le journal.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ revient sur la situation au Tigray en rapportant que la majorité des personnes tuées dans la ville d'Axoum dans cet Etat régional sont des membres de milices locales mobilisées par l'ancien front de libération du peuple du Tigray (TPLF).

Le journal qui cite le procureur général fédéral, relève que ces combattants avaient reçu une formation militaire de deux jours et un armement pour attaquer les troupes de l’armée fédérale éthiopienne.

De son côté, +FANA BC+ rapporte que le chef de l'administration provisoire au Tigray a affirmé que les gouvernements fédéral et régional, malgré l’insuffisance des ressources, oeuvrent pour reconstruire les infrastructures et les services publics, tels que les télécommunications, l'électricité et les services bancaires qui ont été détruits par les forces du TPLF.

Le service Telecom fonctionne dans la plupart des régions du Tigray et la couverture a atteint 70 %, a-t-il dit.

«Ce dont nous avons besoin maintenant, c'est d'un soutien matériel et financier », a ajouté le chef de l'administration provisoire cité par le média.

Au Kenya, le journal "The Star" rapporte que le gouvernement danois a fait don au Kenya de plus de 350 000 doses de vaccin anti-covid19.

La publication souligne que le ministre danois de la Coopération au développement Flemming Møller Mortensen a confirmé le don en soulignant que le Danemark soutient le Kenya depuis que le pays a signalé le virus en 2020.

En avril de l'année dernière, rappelle le journal, le Danemark a fait don de 513 millions de shillings d'aide d'urgence au pays pour aider à lutter contre le virus.

Avant la pandémie, le gouvernement danois a fait don de 940 millions de shillings pour soutenir les services de santé dans les 47 comtés du pays.

Citant l'ambassadrice danoise au Kenya, Mette Knudsen, le journal ajoute que ce fonds devrait permettre aux gouvernements des comtés d'améliorer l'accès à des soins de santé de qualité dans les établissements de niveau trois dans tout le pays.

Au Rwanda, +RNA+ focalise son attention sur la participation du Rwanda au 24e Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), qui se tient du 2 au 5 juin en Russie.

Le journal indique que le Rwanda est représenté à cette manifestation par le premier ministre, Edouard Ngirente, indiquant que le responsable rwandais a pris part à une table ronde sur le dialogue commercial Russie-Afrique.

Le premier ministre rwandais, écrit-on, a appelé les investisseurs russes et étrangers à investir en Afrique compte tenu de son potentiel de croissance, citant des secteurs clés tels que les infrastructures, l'éducation, la santé et l'industrie pharmaceutique.

Sur un autre registre, le quotidien +KT Press+ rapporte que le Rwanda a lancé une phase d'essai pour l’utilisation de chiens renifleurs afin de détecter les personnes atteintes du Covid-19.

En Afrique du Sud, +HeraldLive+ rapporte que le gouvernement sud-africain fait face à un autre scandale de corruption lié aux marchés publiques attribués depuis le début de la pandémie du coronavirus, soulignant que de graves allégations d'actes répréhensibles ont visé dernièrement le ministre de la Santé, Zweli Mkhize.

Selon le journal, l'ex-porte-parole et ancien assistant personnel de M. Mkhize aurait reçu des millions de rands en paiements irréguliers dans le cadre d'un contrat de sensibilisation autour du Covid-19.

Le ministre a admis que des paiements ont été effectués de manière irrégulière par son département à une société dirigée par son ancien responsable des médias, a-t-il ajouté, notant que cette affaire est intervenue alors que le président Cyril Ramaphosa a promis de lutter contre la corruption qui règne dans le pays et implique plusieurs membres de son parti.

Pour sa part, +Sunday Independent+ écrit que M. Mkhize a été critiqué au Parlement par les partis de l'opposition à cause d'une série d'affaires de corruption qui ont eu lieu dans le ministère de la Santé depuis la crise sanitaire de la Coivd-19.

Citant la députée du parti d'opposition l’Alliance démocratique, Siviwe Gwarube, le journal affirme que tout ce dont le pays a besoin est un gouvernement qui travaille pour le peuple et garantit que les fonds publics soient dépensés au profit des citoyens.