Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Revue de la presse quotidienne internationale africaine

Publié le Mardi 29 Juin 2021 | MAP



​Dakar - Le procès pour corruption de plusieurs anciens dirigeants des établissements publics au Gabon, la situation au Tigray en Ethiopie et le durcissement des mesures restrictives pour faire face à la 3è vague de Covid-19 en Afrique du Sud sont les sujets phares abordés par la presse africaine parue mardi.


Au Gabon, +l'Union+ s’intéresse au procès pour corruption de plusieurs anciens dirigeants des établissements publics. Titrant "Il reste en prison", il écrit qu’à la barre de la Cour criminelle spécialisée pour l’ultime audience de sa première session de l’année judiciaire 2020-2021, l’ancien directeur général de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS), Renaut Allogho Akoué, a vu hier sa demande de remise en liberté provisoire rejetée.

D’après la publication, il devrait se présenter lors de la 4e session criminelle dont la date reste à déterminer, notant que la 2e, elle, a lieu ce matin avec comme principal accusé l’ex-Administrateur directeur général de Gabon Oil compagny (GOC), Christian Patrichi Tanasa.

Au volet économie, +Médias241+ indique que le chiffre d’affaires de l’Office des ports et rades du Gabon (Oprag) a s’est établi à 17,3 milliards de francs CFA, soit une baisse de 51,75 milliards de francs CFA en comparaison à l’année 2019.

Ce recul s’explique par une contraction des activités portuaires en 2020 sous l’effet de la pandémie de coronavirus, ajoute le portail, notant que le bilan comptable de l’Oprag pour l’année 2020 a été publié à l’issue de son Conseil d’administration tenu le vendredi 25 juin dernier par visioconférence.

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ s'intéresse à la situation au Tigray en rapportant que le gouvernement fédéral a décrété un cessez-le-feu humanitaire unilatéral et inconditionnel dans cette région jusqu'à la fin de cette saison agricole.

Le journal qui cite la Primature relève que toutes les forces militaires fédérales et régionales ont été chargées depuis hier de respecter et d'appliquer le cessez-le-feu, notant que le gouvernement sera contraint de garantir la primauté du droit s'il y avait des tentatives de violation de cette disposition.

Le journal rappelle que la demande d'un cessez-le-feu humanitaire a été formulée par l'administration provisoire du Tigray au gouvernement fédéral pour favoriser les activités agricoles dans la région tout en ouvrant la voie à certaines factions du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF) qui ont manifesté leur intérêt à recourir à un règlement pacifique du conflit.

Au Kenya, le journal "The Standard" écrit que la tension reste élevée le long de la frontière entre les comtés d'Elgeyo Marakwet et Baringo suite à la résurgence des vols de bétail.

Au cours de la semaine dernière, rapporte le journal, au moins cinq personnes ont été tuées et un nombre inconnu de têtes de bétail volées lors des escarmouches entre les communautés voisines, ajoutant que le cerveau présumé d'un vol de bétail a été tué la semaine dernière à Ngoron dans la circonscription de Tiaty, déclenchant des attaques de représailles.

Les habitants d'Elgeyo Marakwet affirment que le voleur présumé a été tué par des éleveurs de bétail, note le journal, qui souligne que ces affrontements tribaux se sont répercutés sur la situation de l'éducation, les parents ne pouvant plus envoyer leurs enfants aux écoles de crainte pour leurs vies.

En Afrique du Sud, +City Press+ fait savoir que le pays a renforcé ses restrictions en adoptant le confinement de niveau 4 ajusté afin de faire face à la troisième vague de la covid-19, largement causée par le variant Delta.

Citant le Président sud-africain, Cyril Ramaphosa, le journal écrit que «des restrictions supplémentaires sont nécessaires pour freiner le taux élevé d'infections et soulager la pression croissante sur le secteur de la santé», mettant en garde que le pays est «en proie à une vague dévastatrice».

Soulignant que les services des soins intensifs dans le pays font face à une grande demande, le chef d'Etat a affirmé qu'il était clair que les mesures de confinement existantes ne suffisaient pas pour aplatir la courbe des contaminations.

Pour sa part, +Sunday Independent+ revient sur les propos du vaccinologue Shabir Madhi, qui a souligné que le pays ne sera pas en meilleure situation, d'ici deux semaines, après la fin de la période de confinement niveau 4 imposée par les autorités du pays.

«Au cours des deux prochaines semaines, l'Afrique du Sud connaitra un tsunami de nouveaux cas de Covid-19 ainsi que de décès», a ajouté M. Madhi cité par le journal, notant que le pays devra prolonger le confinement strict de 14 jours supplémentaires.

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ rapporte que le président rwandais, Paul Kagame, a reçu lundi à Kigali les lettres de créance du premier ambassadeur du Pakistan résidant au Rwanda.

"Le Pakistan est déterminé à promouvoir les relations de coopération avec le Rwanda à tous les niveaux, notamment dans le secteur du commerce", a déclaré le nouvel ambassadeur pakistanais, Amir Mohammad Khan, cité par le journal.

Outre l'ambassadeur du Pakistan, le dirigeant rwandais a également reçu lundi les lettres de créance de l’ambassadeur du Venezuela, de l’ambassadeur de la Suisse et de l’ambassadeur du Royaume de Thaïlande, indique la publication.

Sur un autre registre, le journal écrit que Conseil des ministres de la Communauté de l'Afrique de l'Est (EAC) a soumis à l'Assemblée législative de l’EAC une proposition de budget pour l'exercice 2021-2022 de 91,7 millions de dollars.

Selon le média, le budget de la Communauté est-africaine pour le prochain exercice devrait se concentrer sur l’accélération de la mise en œuvre des projets destinés à atténuer les effets de la pandémie de Covid-19.



Derniers tweets