Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Revue de la presse quotidienne internationale africaine

Publié le Mercredi 30 Juin 2021 | MAP



​Dakar - La formation professionnelle au Sénégal, l'impact du coronavirus sur les entreprises en Côte d'Ivoire, la distribution de l'eau et de l'électricité au Gabon, le durcissement des mesures restrictives au Kenya et au Rwanda, la situation dans la région de Tigray en Ethiopie et la condamnation de l'ancien président sud-africain Zuma pour outrage à la justice sont les principaux sujets abordés et commentés par la presse africaine parue mercredi.


Au Sénégal, l'inauguration de nouveaux instituts de formation professionnelle et le débat autour de la réforme du Code pénal meublent principalement les colonnes de la presse locale.

Le président Macky Sall inaugure deux hauts lieux du savoir à Diamniadio, près de Dakar, et à Thiès, rapporte le quotidien +Le Soleil+.

Il s’agit des Instituts supérieurs d’enseignement professionnel (ISEP) de Thiès et de Diamniadio, des modèles innovants de formation de courte durée offrant aux apprenants tout le confort nécessaire à leur réussite, souligne la publication.

Macky Sall était, mardi à Thiès, où il présidait à l’inauguration de l’ISEP, mais aussi aux installations du guichet du pôle emploi-entreprenariat au Centre départemental d’éducation populaire et sportive (Cdeps), rapporte de son côté +WalfQuotidien+.

Revenant sur la modification du Code pénal, +Sud quotidien+ relaye les propos du ministre de l’intérieur, Antoine Félix Diome affirmant que les violences commises lors de rassemblements ne peuvent être qualifiées d’actes terroristes. Une façon certainement pour le gouvernement de calmer davantage le jeu et de rassurer les citoyens vis-à-vis d’une loi jugée « liberticide » par beaucoup de Sénégalais, écrit le journal.

En Côte d'Ivoire, "Abidjan Net" rapporte que la crise sanitaire de covid-19 a causé une "perte d'activités et une baisse de chiffres d'affaires de 20 à 25%" en moyenne sur l'ensemble des entreprises en Côte d'Ivoire, selon le président du Patronat ivoirien, Jean-Marie Ackah.

"La pandémie de la Covid-19 a eu un impact important sur les entreprises avec une perte d'activités et une baisse de chiffres d'affaires de l'ordre de 20 à 25% sur l'ensemble des entreprises, en moyenne", a dit mardi à Abidjan M. Jean-Marie Ackah, en marge d'une Assemblée générale ordinaire de la Confédération générale des entreprises de Côte d'Ivoire (Cgeci, Patronat ivoirien). Toutefois, "nous avons quelques satisfactions dans cette crise. Malgré ce contexte difficile, c'est que nous avons noté que la destruction des emplois en Côte d'Ivoire, est restée contenue dans des proportions que nous considérons plus que raisonnables", a-t-il relevé, cité par la publication.

Sur un autre registre, "Sika Finances" indique que le Ghana est en passe de s'imposer comme la plaque tournante de l'industrie automobile en Afrique de l'Ouest. Après Katanka, Volkswagen qui a démarré son unité de montage en août 2020, et en attendant l'ouverture prochaine de l'usine de Nissan, Toyota a inauguré mardi son unité de montage dans la zone franche de la ville portuaire de Tema. Un évènement qui a enregistré la présence du chef de l'Etat Nana Akufo-Addo.

Selon le portail d'information, il s'agit d'un grand succès pour le Ghana qui avait conclu un accord avec le constructeur japonais à la faveur du TICAD 7 (la 7ème conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique) tenue au Japon le 29 août 2019.

Au Gabon, +l'Union+ s’intéresse à la distribution de l'eau et de l'électricité. Titrant "Distribution d’eau et d’électricité : un marché désormais ouvert", il écrit que la distribution de l’eau et de l’électricité n’est plus exclusivement réservée à la Société d’énergie et d’eau (SEEG), notant que c’est le ministre de l’énergie et des ressources hydrauliques, Alain-Claude Bilie-By-Nze qui a fait cette annonce lors de son passage à l’émission télévisée "Face à vous", en fin de semaine dernière.

Pour le ministre, cité par la publication, le nombre d’habitants à Libreville et à l’intérieur du pays ayant considérablement augmenté et les installations de la SEEG ne pouvant plus répondre à une demande dépassant leurs capacités, l’ouverture du marché à d’autres entreprises apparaît comme une solution inévitable.

Sur un autre registre, +Matin Equatorial+ indique que les populations de Makongognio dans la province de Ngounié (sud) ont manifesté, le 28 juin, leur colère de l’exploitation anarchique de la forêt.

Et le journal d’expliquer qu’au banc des accusés, la société chinoise TNBI, qui ne respecterait pas les clauses relatives au fonds de développement local.

Au Kenya, le journal "Kenyans.co" rapporte que le président Uhuru Kenyatta a prolongé de 60 jours le couvre-feu nocturne de 22h00 à 4h00 pour juguler la propagation de la pandémie de Covid-19.

S'exprimant depuis la State House à Nairobi, Uhuru a également déclaré que le couvre-feu imposé dans 13 comtés déclarés à haut risque de propagation de Covid-19 sera maintenu de 19h00 à 4h00 jusqu'au 31 juillet 2021, souligne la publication.

Le journal écrit aussi que le Président a décidé de prolonger de 60 jours supplémentaires l'interdiction des rassemblements publics "Que l'interdiction des rassemblements publics soit prolongée de 60 jours supplémentaires", souligne le président Kenyatta, cité par le journal. Le président a déclaré que son gouvernement avait l'intention de vacciner l'ensemble de la population adulte estimée à 26 millions de personnes d'ici 2022, ajoute la publication.

Au Rwanda, les journaux locaux consacrent leur Une aux nouvelles restrictions imposées par l'exécutif pour lutter contre la troisième vague de Covid-19, indiquant que le gouvernement a décidé mardi de fermer les écoles, les universités et les lieux de culte pour endiguer la propagation du virus.

Le quotidien +The New Times+, qui cite un communiqué publié par la primature, écrit que le gouvernement a décidé de prolonger d’une heure le couvre-feu nocturne, de 18H00 à 04H00, tout en interdisant strictement les rassemblements sociaux, y compris les visites familiales.

Son confrère +KT Press+ souligne que ces nouvelles mesures concernent la capitale rwandaise Kigali ainsi que les districts de Burera, Gicumbi, Kamonyi, Musanze, Nyagatare, Rubavu, Rutsiro et Rwamagana.

Pour faire face à la flambée des cas de Covid-19, le gouvernement a également insisté sur l'importance de respecter les mesures sanitaires avec notamment le port du masque, la distanciation physique et le lavage des mains, ajoute la publication.

En Ethiopie +THE ETHIOPIAN HERALD+ revient sur le cessez-le-feu humanitaire unilatéral décrété par le gouvernement fédéral au Tigray suite à la demande de l'administration provisoire dans cet Etat régional du nord du pays.

La décision prise par le gouvernement démontre la ferme volonté et l'engagement des autorités fédérales pour la paix et la sécurité, souligne l'éditorialiste.

La déclaration unilatérale du cessez-le-feu vise à permettre aux organisations humanitaires de fournir de l'aide et des secours aux personnes dans le besoin, encourager les agriculteurs à entreprendre leurs activités et appeler toutes les parties prenantes, nationales et internationales, à contribuer à la mise en œuvre pleine et efficace du cessez-le-feu humanitaire, écrit l’éditorialiste.

Revenant sur les élections générales du 21 juin, le journal rapporte que le Conseil national électoral d'Ethiopie s’apprête à annoncer les résultats de certaines circonscriptions.

Le quotidien qui cite la présidente du Conseil, Mme Birtukan Mideksa, relève qu'il n'y a aucune raison de retarder l’annonce des résultats.

En Afrique du Sud, +Sunday Independent+ indique que les principaux partis d'opposition en Afrique du Sud ont critiqué le gouvernement pour ne pas avoir suffisamment renforcé le système de santé en préparation à la troisième vague d'infections à la Covid-19 qui ravage actuellement le pays.

«Le gouvernement du Congrès national africain (ANC) doit assumer l'entière responsabilité de la dernière vague d'infections à la Covid-19, sachant que le système de santé du pays n'était pas prêt pour la pandémie», signale le quotidien en citant le président du parti Freedom Front Plus, Pieter Groenewald.

Pour sa part, le chef du parti de l'Alliance démocratique (DA), John Steenhuisen, a souligné que sa formation politique avait appelé à une enquête parlementaire complète sur la gestion par le gouvernement du programme de vaccination.

Sur au autre sujet, +Sunday Times+ rapporte que la Cour Constitutionnelle sud-africaine a condamné l'ancien président sud-africain, Jacob Zuma, à 15 mois de prison pour outrage au tribunal.

Le journal ajoute qu'en rendant la décision du tribunal au nom de la majorité, le juge Sisi Khampepe a déclaré que "la seule sanction appropriée est une ordonnance d'emprisonnement directe et non avec sursis", soulignant que le travail noble du pouvoir judiciaire consiste à faire respecter, protéger et appliquer la constitution et la loi à tout prix.

En avril dernier, la Cour constitutionnelle sud-africaine avait examiné une requête déposée par la Commission judiciaire d'enquête sur la corruption réclamant de la prison pour Zuma pour son refus de témoigner devant la Commission, rappelle-t-il, notant que l'ex-président n’a pas respecté la décision de la Cour constitutionnelle qui l'a obligé à apporter son témoignage concernant les accusations de corruption portées contre lui.



Derniers tweets