Revue de la presse quotidienne internationale africaine

Publié le Vendredi 16 Juillet 2021 à 11:55 | MAP


​Addis-Abeba - Plusieurs sujets d'actualité font la Une de la presse africaine de ce vendredi qui focalise notamment sur l’enrôlement d'enfants soldats par les rebelles au Tigray, les violences en Afrique du Sud et le reconfinement au Rwanda. En Ethiopie, +FANA BC+ revient sur la situation au Tigray en rapportant que les rebelles du Front de libération du peuple du Tigray (TPLF) ont enrôlé des enfants soldats en violation des conventions internationales.


Le média relève que le ministère éthiopien de la Femme, de la Jeunesse et de l'Enfance a appelé la communauté internationale à condamner cet « acte criminel des terroristes du TPLF ».

«Les organisations internationales doivent coopérer pour poursuivre le groupe terroriste pour violation des conventions internationales en déployant des enfants dans la guerre », souligne le ministère cité par le média éthiopien.

« Malgré le cessez-le-feu unilatéral décrété par le gouvernement fédéral pour renforcer l'aide humanitaire et créer un environnement propice pour la reprise des activités agricoles, le groupe terroriste a continué de rejeter l'appel à la paix et de se livrer à des actes de provocation», note le média.

En Afrique du Sud, les journaux continuent de jeter la lumière sur les violences qui secouent le pays depuis l'incarcération de l'ancien président Jacob Zuma.

Ainsi, +City Press+ indique que la Présidence a annoncé que le bilan des violences qui continuent depuis une semaine à ravager deux provinces sud-africaines est passé à 117 morts.

Citant la ministre à la Présidence par intérim, Khumbudzo Ntshavheni, le journal précise que le nombre de morts recensés dans la province du KwaZulu-Natal est de 91, alors que 26 personnes ont été tuées à Gauteng et précisément dans la ville de Johannesburg.

Il ajoute que les services de police ont procédé à l'arrestation de 2.203 personnes suspectées d'être impliquées dans les pillages et les violences qui ont ravagé les deux provinces, notant que 5.000 soldats supplémentaires ont été déployés jeudi, portant le nombre total de militaires sur le terrain à 10.000.

Pour sa part, +Eyewitness News+ écrit que l'Association de la Communauté indépendante des pharmacies (ICPA) a révélé que près de 50 pharmacies ont été complètement pillées en Afrique du Sud suite aux violences qui se sont poursuivies durant toute une semaine.

«Les vaccins anti-Covid et les médicaments chroniques n'ont pas été épargnés par les pillages en cours, avec près de 50 pharmacies détruites dans les provinces de Gauteng et du KwaZulu-Natal», précise le journal en rapportant les propos du directeur d'ICPA, Jackie Maimin.

Notant qu'entre 1000 et 2000 vaccins ont été volés, Maimin a signalé qu'«heureusement, toutes leurs pharmacies ne gardaient pas en stock les vaccins Covid-19. Mais d'autres médicaments de maladies chroniques avaient été détruits».

Au Kenya, le journal "The Star" rapporte que les Forces de défense du Kenya déployés dans le cadre de la Mission de l'Union Africaine en Somalie (AMISOM) ont remis quatre salles de classe nouvellement construites et un stade de sport à l'administration locale de Ras Kamboni, en Somalie.

Cité par le journal, le commandant adjoint, le colonel Pascal Kitiro, a déclaré que cette nouvelle structure permettra aux Somaliens de renforcer leur système éducatif.

"Le projet vise à fournir une éducation de qualité dans la région pour le développement global et la stabilité de la Somalie", a-t-il déclaré.

Le commissaire général du district du secteur sud, Mohammed Ibrahim, a souligné l'importance de l'éducation et a remercié la KDF pour son soutien aux habitants de la région. "L'avenir de notre pays repose sur nos enfants. Il est de notre devoir de les nourrir et de les éduquer de la bonne manière", a souligné M. Ibrahim, cité par le journal.

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ s'arrête sur la décision du gouvernement de reconfiner la capitale Kigali, ainsi que de huit autres villes dans le pays, à partir de samedi et jusqu'au 26 juillet, pour endiguer l’explosion des cas de Covid-19.

Le journal écrit que les autorités rwandaises ont mis en place un programme d'aide alimentaire qui bénéficiera à 210.000 ménages vulnérables durant la période du confinement, citant une déclaration du ministre des Collectivités locales, Jean Marie Vianney Gatabazi.

Le gouvernement, indique-t-on, a également décidé d’interdire les transports publics et de fermer les bureaux des entreprises et administrations, les écoles et universités ainsi que les commerces non essentiels et lieux de culte.

Son confrère +KT Press+ écrit que la majorité des nouveaux cas de contamination au Covid-19 enregistrés au Rwanda, au cours des derniers jours, sont imputés au variant Delta de coronavirus, citant dans ce sens le ministre d'État auprès du ministère de la Santé chargé de la Santé publique, Tharcisse Mpunga.

Par ailleurs, la publication note que la campagne nationale visant à vacciner 60% de la population d'ici l'année prochaine n'a atteint, jusqu'à présent, que 3% des habitants du pays.