Revue de la presse quotidienne internationale africaine

Publié le Mercredi 28 Juillet 2021 à 10:18 | MAP


​Addis-Abeba - Plusieurs sujets d'actualité font la Une de la presse africaine de ce mercredi qui revient notamment sur la situation au Tigray dans le nord de l'Ethiopie, la coopération sécuritaire entre le Rwanda et le Malawi, et l'état de l'économie de l'Afrique du Sud au lendemain des violentes émeutes qui ont secoué le pays.


En Ethiopie, +FANA BC+ qui relève que le cessez-le-feu unilatéral décrété par le gouvernement fédéral continue d'être violé par les provocations des rebelles du front de libération du peuple du Tigray (TPLF), note que les organisations humanitaires internationales, en particulier celles travaillant au Tigray, doivent faire pression sur le TPLF pour qu'il cesse ses attaques sur la région d'Afar et ouvre la voie à l’acheminement de l’aide humanitaire vers le Tigray.

Le média souligne que le gouvernement dispose dans les entrepôts de la région du Tigray des réserves de plus de 400 000 quintaux de blé et 2,5 millions de litres d'huile de table.

De son côté, +THE ETHIOPIAN HERALD+ qui cite un militant du Tigray, écrit que le gouvernement fédéral doit protéger la population du Tigray.

Le journal note que si l’armée reprend le contrôle sur Mekelle, capitale du Tigray, le gouvernement ne doit pas la quitter, soulignant la nécessité de la mise en place d’une administration intérimaire bien structurée.

Au Rwanda, le quotidien +The New Times+ rapporte que le Malawi et le Rwanda ont signé un accord d'extradition destiné à renforcer la coopération sécuritaire entre les deux pays.

«Tous les criminels recherchés dans les deux États seront arrêtés et extradés en vertu de cet accord », écrit le journal, indiquant que cet accord a été signé lundi au Malawi par l'inspecteur général de la police rwandaise, Dan Munyuza, et l'inspecteur général de la police du Malawi, George Kainja.

Les institutions policières des deux pays se sont également engagées à renforcer leur coopération dans plusieurs domaines, notamment en matière de lutte contre la criminalité transnationale et les crimes organisés, ajoute la publication, notant qu’une délégation rwandaise conduite par l'inspecteur général de la police est en visite de travail au Malawi depuis lundi.

Son confrère +KT Press+ s’attarde sur la participation du président rwandais, Paul Kagame, au pré-sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, qui se tient de lundi à mercredi à Rome, soulignant que le chef de l’Etat a saisi cette occasion pour exposer les défis auxquels l’Afrique est confrontée en matière de sécurité alimentaire.

Le président Kagame, qui prend part à cette rencontre en sa qualité de président de l'Agence de développement de l'Union africaine (NEPAD), a insisté lors de cette rencontre sur la nécessité de parvenir à l'autosuffisance alimentaire et de mettre en place des politiques et stratégies alimentaires plus efficaces, écrit le journal.

En Arique du Sud, +Business Tech+ revient sur le dernier rapport publié par l'Agence de notation Standard & Poor's (S&P) sur la situation économique de l'Afrique du Sud, au lendemain des violentes émeutes qui ont secoué le pays.

La publication indique ainsi que S&P a souligné que les émeutes et les pillages qui ont secoué notamment les provinces de Gauteng et du KwaZulu-Natal "affecteront la consommation privée et ralentiront le rythme de la reprise économique", notant que la croissance du Produit intérieur brut (PIB) sera réduite de 0,7% en 2021.

L'Agence a relevé également, ajoute le journal, que "les obstacles institutionnels et structurels continueront de peser sur la croissance à moyen terme, notamment en ce qui concerne le risque de nouveaux troubles, un approvisionnement en électricité peu fiable, de faibles dépenses d'investissement et un marché du travail inflexible".

Pour sa part, +Eyewitness News+ revient sur la lenteur de la campagne de vaccination contre la Covid-19, notant que plusieurs experts sud-africains ont mis en garde que le pays devrait faire face à une quatrième vague d'infections en décembre prochain.

Notant que le gouvernement envisage de vacciner plus de 35 millions de personnes d'ici la fin de l'année, le journal affirme que, selon les experts, même si le pays déploie davantage d'efforts pour accélérer son le programme de vaccination, la quatrième vague sera inévitable.

En outre, signale-t-il, bien que le gouvernement commence à cibler des tranches d'âge plus jeunes de la population, beaucoup de personnes appartenant aux groupes les plus vulnérables n'ont pas encore reçu de vaccin.