Revue de presse quotidienne internationale africaine

Publié le Jeudi 20 Mai 2021 à 13:53 | MAP


Dakar - Plusieurs sujets d'actualité font la Une de la presse africaine qui aborde notamment, dans son édition de jeudi, le sommet de Paris sur la relance des économies africaines, la crise au sein du parti du Congrès national africaine (ANC) en Afrique du Sud, la question du grand barrage "la Renaissance"cen Ethiopie, et le procès visant l'ancien premier ministre ivoirien Guillaume Soro.


Au Sénégal, continue de marquer l’actualité dans la presse locale qui aborde également d’autres sujets d’intérêt politique et économique.

Sous le titre « Les promesses du sommet de Paris », +Le Soleil+ publie la déclaration finale du sommet sur le financement des économies africaines qui s’est tenu dans la capitale française.

Pour soutenir les économies africaines affectées par la Covid-19, le sommet propose de répondre aux besoins de financement pour promouvoir une relance rapide et soutenir une croissance à long terme du continent, écrit la publication.

Sur un autre registre, le quotidien +L’As+ fait état d’une tournée économique du président Macky Sall, du 28 au 31 mai, dans le monde rural.

A travers cette démarche, le président, suite aux évènements de février-mars, veut évaluer sa cote de popularité dans le monde rural qui lui a été toujours favorable lors des élections passées, note le journal.

+L’Observateur+ revient justement sur les émeutes qui secoué les Sénégal début mars dernier, s’interrogeant sur les conclusions de la commission d’enquête mise en place pour situer les responsabilités.

Pour mener une enquête de fond et rétablir la vérité sur les violences qui ont causé plus d’une dizaine de morts, le gouvernement avait annoncé la création d’une commission indépendante et impartiale ouverte à l’opposition et à la société civile, rappelle la publication, relevant que depuis, aucun acte concret n’a été posé.

En Afrique du Sud, +Sowetan+ revient sur la crise interne qui secoue depuis plusieurs mois le parti du Congrès national africaine (ANC au pouvoir).

Le journal se demande si l'ex-Secrétaire général, Ace Magashule, qui a été suspendu par le parti, tente d'orchestrer une crise à l'ANC et d'aggraver les divisions dans les rangs du parti au pouvoir?

Selon le quotidien, "il n'y a pas de doute à ce sujet. M. Magashule défie son organisation pour l'expulser et provoquer une insurrection, ce qui lui permettra de mobiliser les branches qui l'ont élu à ce poste clef de l'ANC".

Estimant que des personnes comme Magashule n'auraient pas dû être élues à un poste, le journal signale que l'ex-secrétaire général est le leader de l'ANC le plus impliqué dans la corruption qui a eu lieu sous le mandat de l'ex-président, Jacob Zuma, son allié.

Pour sa part, +The South African+ s'arrête sur les dysfonctionnements que connait le programme d'autonomisation économique des Noirs (BEE) qui a été mis en place pour rendre justice à la population noire discriminée par le régime de l'Apartheid.

Il signale ainsi que les lois régissant le BEE pourraient bientôt subir un bouleversement majeur. Le ministre du Commerce et de l'Industrie, Ebrahim Patel, a suggéré, en effet, que l'ensemble du cadre régissant ce programme «devait être revu».

Notant que la fraude qui entache le programme BEE suscite l'inquiétude des Sud-africains, la publication signale que le ministre Patel cherche maintenant à faire un examen approfondi du cadre dans sa forme actuelle, avertissant que ceux qui enfreignent les lois «vont rendre des comptes».

En Ethiopie, +THE ETHIOPIAN HERALD+ s'intéresse à la question du grand barrage éthiopien la Renaissance en focalisant sur une déclaration du ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri qui a affirmé que le deuxième remplissage du barrage n'affecterait pas les intérêts en eau de l’Egypte.

Le journal souligne notamment que le gouvernement égyptien a «une fois de plus reconnu publiquement la position ferme de l'Ethiopie sur le grand barrage».

De son côté, +FANA BC+ rapporte que les premiers tests de production de l’électricité au niveau du grand barrage la Renaissance commenceront au cours de la prochaine saison des pluies (juin-juillet), notant dans ce sens qu’une une ligne de transport d’électricité de 650 km de long a été réalisée et connectée au réseau national.

Au Kenya, le journal "Daily Nation" rapporte jeudi que le lauréat du prix mondial des enseignants 2019, le Kényan Peter Tabichi, a été choisi pour rejoindre la nouvelle Académie du Prix mondial des étudiants, ajoutant que la nomination de cet instituteur du comté de Nakuru à ce poste a été annoncée mardi.

La Fondation Varkey, dans un communiqué, a annoncé que M. Tabichi avait rejoint les acteurs Ashton Kutcher et Mila Kunis ainsi que les héros sportifs Zach et Julie Ertz pour devenir membres du jury qui sélectionnera le lauréat du nouveau Chegg.org Global Student Prize, souligne la publication.

Selon la fondation, citée par le journal, M. Tabichi, professeur de sciences et de mathématiques, a atteint le seuil d'avoir une histoire de mentorat de ses étudiants dans leurs études ou leur carrière, ayant fait campagne pour les problèmes des étudiants et ayant une expertise dans l'éducation et les jeunes.

"Peter Tabichi, qui fait don de 80% de son salaire aux pauvres, a contribué à changer la vie de son école, a encadré ses élèves pour qu'ils remportent des foires nationales et internationales de science et d'ingénierie. En faisant croire à ses étudiants en eux-mêmes, M. Tabichi a considérablement amélioré leur rendement et leur estime de soi, doublant son inscription à l'école en trois ans et augmentant le nombre de personnes qui se rendent à l'université", lit-on dans le communiqué.

En Côte d'Ivoire, "Abidjan Net" rapporte qu'un procès visant l'ancien premier ministre et ex-président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro et 19 de ses proches, accusés de "complot contre la sûreté de l'État", s'est ouvert mercredi au tribunal criminel d'Abidjan.

Il est reproché à ces personnes dont certaines sont incarcérées et d'autres actuellement hors du pays, d'avoir fomenté un "complot contre la sûreté de l'État".

Le parquet les poursuit en outre pour "participation à une bande armée sans y exercer aucun commandement, détention sans autorisation d'armes à feu de la première catégorie et d'actes de manœuvres de nature à compromettre la sécurité publique". Sur un autre registre, "Soir Info" écrit que dans l'UEMOA, la Côte d'Ivoire et le Sénégal sont en voie de résoudre la problématique de l'accessibilité à l'électricité pour toutes les couches de la population, selon l'édition 2020 du rapport "Atlas de l'énergie dans l'UEMOA".

Indicateur clé de développement humain, le taux d'accès à l'électricité qui est le pourcentage de ménages disposant de l'électricité s'est établi en Côte d'Ivoire et au Sénégal respectivement à 74,52% et 63,2% en 2018. Ce taux était pourtant ressorti à 57,96% et 56,5% dans ces deux pays en 2010 selon les données de la Banque mondiale.

Au Gabon, la presse locale s'intéresse à l’activité parlementaire. A cet égard, +l’Union+ écrit que le projet de loi organique déterminant les emplois supérieurs civils de l'État et le mode d'accès à ces emplois a été adopté, mardi dernier, par les sénateurs. C'était au cours d'une plénière dirigée par la présidente du Sénat, Lucie Milebou Aubusson Mboussou.

Défendu par la ministre de la Fonction publique, Madeleine Berre, et pris en application des dispositions de l'article 20 de la Constitution, ce texte "définit de manière non exhaustive les emplois, les hautes fonctions, ainsi que les fonctions sensibles ou stratégiques laissées à la discrétion du président de la République pour procéder à la nomination et à la révocation des agents en Conseil des ministres", explique la publication.

Pour sa part, +Médias241+ souligne que le Gabon se dote d’une politique semencière, notant que le projet de loi fixant la politique semencière du Gabon, adopté lors du conseil des ministres du 13 octobre 2020 et proposé par le ministère de l’agriculture, vient de d’être adopté par l’Assemblée nationale.

Selon le portail, il s’agit d’un projet destiné à soutenir la matérialisation du développement du volet agricole gabonais, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’accélération de la Transformation (PAT).