Tunisie: le changement du système politique doit être effectué d'une manière participative (partis politiques)

Publié le Jeudi 16 Septembre 2021 à 15:15 | APS


​Tunis - Les partis politique tunisiens: Machrou Tounes, Béni Watani et Coalition nationale tunisienne ont estimé, mercredi, dans une déclaration commune, que le système politique (régimes politique et électoral) adopté depuis 2014 a "été une des causes principales des crises politiques et économiques qu'a connues le pays dont le changement est désormais vital pour l'Etat", a rapporté jeudi l'agence de presse TAP.


Les trois partis ont souligné que le processus de changement du système politique doit être effectué d'une manière participative en adoptant une méthode qui garantit la participation de toutes les forces nationales vives et une large implication de la société civile avant l'organisation d'un référendum.

Le processus de changement, ont ils estimé, devrait prendre en compte, à la fois, la situation d'exception dictée par la crise étouffante que connaît le pays et les dispositions de la constitution qui, en les transgressant, signifie la levée de la légitimité de toutes les institutions élues.

Ils ont appelé le président de la République à adopter les critères de la compétence et de l'intégrité dans le choix du gouvernement et du chef du gouvernement et non sur la base de l'allégeance envers les personnes.

Et de souligner la nécessité de préserver les relations diplomatiques et stratégiques de la Tunisie, loin de toute forme de populisme, afin de renforcer la sécurité du pays et protéger son économie.

Le président Tunisien a déclaré, mardi, lors d'une réunion, au palais de Carthage, avec les professeurs de droit constitutionnel Sadok Belaïd, Mohamed Salah Ben Aïssa et Amine Mahfoudh qu'il "était possible de former un nouveau gouvernement le 26 ou le 27 juillet dernier, immédiatement après l'annonce des mesures du 25 juillet. Il importe, cependant, a-t-il estimé de mettre en place une vision de la politique qui sera suivie par le gouvernement pour servir l'intérêt du peuple tunisien.

"Tout l'enjeu repose sur la politique qui sera adoptée par le gouvernement et non la nomination d'une personne pour le composer", a-il souligné.

Lors de son déplacement, samedi, à l'Avenue Habib Bourguiba, à Tunis, Kais Saied a affirmé qu’"il respecte la Constitution et qu’il travaille dans le cadre de la légitimité", mais il n'a pas exclu d'apporter des amendements au texte de la Constitution.