Marocafrik : Bulletin d'information maroco-africain
           

Une cinquantaine de migrants morts au large de l'Afrique sur la route de l'Europe

Publié le Mercredi 18 Août 2021 | AFP



Nouakchott - Quarante-sept migrants ouest-africains sont probablement morts en mer, alors qu'ils tentaient de gagner l'Europe à bord d'une embarcation qui a dérivé pendant deux semaines avant d'être récupérée au large de la Mauritanie avec sept rescapés, ont indiqué mardi les gardes-côtes et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).


Il s'agit d'un nouveau drame sur la route migratoire de l'Atlantique, empruntée chaque année par des milliers d'Africains fuyant la pauvreté ou la guerre pour l'Europe via l'archipel espagnol des Canaries, malgré la dangerosité du voyage entrepris à bord de modestes bateaux ou pirogues mises à disposition par des passeurs clandestins monnayant le voyage. Plus de 370 personnes ont déjà trouvé la mort sur ce trajet depuis le début de l'année, selon l'OIM.

Les gardes-côtes mauritaniens ont repéré lundi midi le bateau dérivant, avec six hommes et une femme, au large de Nouadhibou, dans le Nord de la Mauritanie, près de la frontière avec le Sahara occidental, a dit un de leurs responsables. Ils faisaient partie d'un groupe initial de 54 personnes originaires de différents pays d'Afrique de l'Ouest.

"Les autres sont tous morts de faim et de soif après avoir épuisé leurs provisions", a-t-il déclaré sous le couvert de l'anonymat, conformément à une pratique généralisée sur les questions de sécurité en Mauritanie.

Le groupe était constitué de 43 hommes et 11 femmes, maliens, sénégalais, ivoiriens, mauritaniens et guinéens, a dit l'OIM. Parmi eux figuraient deux enfants de moins de trois ans et une adolescente, tous trois disparus.

L'embarcation est partie "selon toute vraisemblance" de la région de Laâyoune (Sahara occidental) le 3 août à destination des Canaries, mais a connu une avarie de moteur, a rapporté un responsable de l'OIM en Mauritanie, Nicolas Hochart, joint au téléphone par l'AFP. Un autre responsable de l'OIM a situé leur départ à Tan-Tan, environ 300 km plus au nord, au Maroc, en face de l'archipel des Canaries.

"Le voyage, si tout se passe bien, ça prend quelques jours au maximum (...). A partir du moment où le moteur a flanché, ils se sont retrouvés sans réserve" d'eau et de nourriture, a souligné M. Hochart.

Les décédés sont communément jetés à la mer par les survivants.

Les survivants, une Ivoirienne, trois Sénégalais, deux Maliens et un Guinéen, ont reçu le secours et les soins de l'OIM et de la Croix-Rouge française. Quatre ont été hospitalisés dans un état critique, selon l'OIM.

Cet itinéraire passant par l'Atlantique et la côte occidentale de l'Afrique jusqu'aux Canaries, porte d'entrée de l'Europe, est avec la Méditerranée l'une des voies privilégiées empruntées chaque année par des migrants africains poussés par la pauvreté, les guerres, les persécutions ou l'espoir d'une vie meilleure.

C'est un trajet très dangereux: l'OIM a dénombré 376 morts ou disparus sur ce trajet depuis le début de l'année, contre 306 sur la même période en 2020. Le nombre réel est probablement bien plus élevé, compte tenu de la difficulté à recenser les naufrages et le nombre de passagers à bord de chaque bateau.

L'ONG Caminando Fronteras, pour sa part, chiffrait en juillet à près de 2.100 le nombre de migrants morts, principalement des Africains de l'Ouest, au cours du premier semestre en essayant de rejoindre l'Espagne, dont 90% sur la route des Canaries.

Les arrivées de migrants aux Canaries ont bondi depuis fin 2019, principalement en raison de l'augmentation des patrouilles en Méditerranée.

L'OIM Espagne estime que cette poussée migratoire peut avoir été aggravée par la pandémie de Covid-19 et l'impact qu'elle a eu sur les conditions de vie en Afrique, ainsi que par le fait que les passeurs auraient réactivé la route Atlantique l'an dernier.