Le processus de Tanger, une étape cruciale de la présidence marocaine du CPS pour le mois d'octobre (Commissaire de l’UA)

Publié le 27/11/2022
MAP


Addis-Abeba, 26/11/2022 (MAP) - Le processus de Tanger issu de la conférence sur «la promotion du Nexus Paix, Sécurité et Développement, perspective d’une intégration régionale » organisée en octobre dernier dans la ville du Détroit, a constitué une étape cruciale au cours de la présidence marocaine du Conseil de Paix et de Sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) pour le mois d’octobre, a affirmé M. Bankole Adeoye, Commissaire aux Affaires Politiques, à la Paix et à la Sécurité de la Commission de l’UA.


  « Nous considérons la conférence de Tanger comme un fondement de nos efforts pour examiner l'interdépendance entre la paix, la sécurité, la bonne gouvernance et le développement durable », a souligné M. Adeoye lors d’une rencontre avec la presse marocaine accréditée auprès de l’UA en présence notamment de l’Ambassadeur Représentant permanent du Royaume auprès de l’UA et la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi.


  Le Commissaire aux Affaires Politiques, à la Paix et à la Sécurité de la Commission de l’UA qui a saisi cette occasion pour remercier le Royaume du Maroc pour avoir accueilli la toute première conférence politique continentale sur le nexus Paix, Sécurité et Développement, perspective d’une intégration régionale, a relevé que cette conférence était d’une grande importance de part plusieurs raisons, la première étant qu’elle est la première de son genre, organisée au plus haut niveau.


  Elle a constitué une occasion d’engager des échanges et des discussions au cours de l’examen des liens et des interconnections entre la paix, la sécurité et le développement, a noté M. Adeoye.


  « On est très heureux d’avoir pu réunir plus de 200 participants d’Afrique et d’ailleurs tout au long de trois jours, leur permettant ainsi d’examiner les liens à même de renforcer les bases de l’acte constitutif de l’UA ainsi que les autres instruments pertinents de l’UA qui ont pour objectif de promouvoir la paix et la sécurité dans le continent dans le cadre de l’approche solutions africaines aux problèmes de l’Afrique et en lien avec les aspirations de l’Agenda 2063 de l’UA et l’Agenda 2030 pour le développement », a soutenu le Haut responsable de l’UA.


  « Cette interconnexion est donc déjà ancrée, mais c'est la pratique qui est cruciale. Comment l'Afrique peut-elle passer de la promotion de l'industrialisation à la promotion de la paix et de la stabilité ? Comme le souligne l'expression populaire, pas de paix sans développement et pas de développement sans paix. C'est l'essence du processus de Tanger », a réaffirmé le Commissaire aux Affaires Politiques, à la Paix et à la Sécurité de la Commission de l’UA.


  Et d’ajouter : « Nous sommes très fiers de ce sommet inaugural qui a réuni des responsables et praticiens en la matière ».


  « Alors que nous nous attaquons aux défis du terrorisme, de l'extrémisme violent, de la radicalisation, de l'insurrection et des changements anticonstitutionnels de gouvernement, nous devons nous rappeler que seul le développement peut garantir une paix durable », a insisté M. Adeoye.


  Pour le Commissaire aux Affaires Politiques, à la Paix et à la Sécurité de la Commission de l’UA, le rôle du Maroc depuis qu'il a réintégré l'UA a été déterminant et le leadership du Maroc au sein du CPS de l'UA pour le mois d'octobre, avec l'étape franchie à Tanger, s'est également avéré très crucial.


  Il est important de voir le rôle du Maroc dans le soutien des efforts visant à promouvoir la sécurité et la paix au Sahel, la sécurité alimentaire dans le bassin du lac Tchad et l'amélioration de la sécurité dans de nombreuses régions du continent, s’est réjoui M. Adeoye qui a apprécié « l'engagement du Maroc en tant que membre principal du CPS ».


  Placée sous le thème «la promotion du Nexus Paix, Sécurité et Développement, perspective d’une intégration régionale », la conférence de Tanger a été sanctionnée par la Déclaration de Tanger, qui consacrera l'importance de la relation entre paix, sécurité et développement dans les stratégies et programmes d'instauration de la paix et de la sécurité et de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme sur le continent africain.